Études religieuses, historiques et littéraires, Band 10

Cover
Bureau de la Revue, chez J. Albanel, 1866
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 92 - Ce qui était dès le commencement, ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos yeux, ce que nous avons contemplé et ce que nos mains ont touché...
Seite 73 - Ta gloire est morte, ô Christ! et sur nos croix d'ébène Ton cadavre céleste en poussière est tombé! Eh bien ! qu'il soit permis d'en baiser la poussière Au moins crédule enfant de ce siècle sans foi, Et de pleurer, ô Christ! sur cette froide terre Qui vivait de ta mort, et qui mourra sans toi! Oh!
Seite 14 - ... il a pris à quelques docteurs une malheureuse et inhumaine complaisance, une pitié meurtrière, qui leur a fait porter des coussins sous les coudes des pécheurs, chercher des couvertures à leurs passions, pour condescendre à leur vanité, et flatter leur ignorance affectée. Quelques autres, non moins extrêmes, ont tenu les consciences captives sous des rigueurs très-injustes : ils ne peuvent supporter aucune faiblesse, ils traînent toujours l'enfer après eux, et ne fulminent que des...
Seite 84 - a été la base de la foi de l'humanité. Loin d'ici, raison impuissante ! Ne va pas appliquer une froide analyse à ce chef-d'œuvre de l'idéalisme et de l'amour. Si la sagesse renonce à consoler cette pauvre race humaine, trahie par le sort, laisse la folie tenter l'aventure. Où est le sage qui a donné au monde autant de joie que la possédée Marie de Magdala?
Seite 344 - En effet, dans d'autres temps, c'en eût été une peut-être; aujourd'hui, c'est un succès, grâce aux fautes du clergé et de votre cour. Nous sommes heureux de nous en être tirés à si bon marché. Savez-vous ce qui arrivera si vous continuez de laisser marcher et de marcher vous-mêmes dans la voie où l'on est ? Vous vous rappelez Saint-Gerinain-l'Auxerrois, l'archevêché saccagé, l'église 'fermée pendant plusieurs années.
Seite 181 - L'une chauffe un bouillon, l'autre apprête un remède ; Chez lui sirops exquis, ratafias vantés, Confitures surtout, volent de tous côtés : Car de tous mets sucrés, secs, en pâte ou liquides, Les estomacs dévots toujours furent avides : Le premier massepain pour eux, je crois, se fit, Et le premier citron à Rouen fut confit.
Seite 74 - Tant que mon faible cœur, encor plein de jeunesse, A ses illusions n'aura pas dit adieu, — Je voudrais m'en tenir à l'antique sagesse Qui du sobre Épicure a fait un demi-dieu. Je voudrais vivre, aimer, m'accoutumer aux hommes, Chercher un peu de joie et n'y pas trop compter, ."""^t'.
Seite 450 - Il n'ya que le mystère des racines ou, en d'autres termes, la cause pour laquelle telle conception primitive est marquée par tel son et non par tel autre...
Seite 53 - ... la vôtre vous a conseillé de me tuer sans m'ouïr, » n'ayant reçu de moi aucune offense; et la mienne » me commande que je vous pardonne, tout convaincu » que vous êtes de m'avoir voulu tuer sans raison.
Seite 178 - Châtillon , de Caumartin , et quelques autres ; et sur le tout Boileau que vous connaissez , qui y était venu réciter de ses satires , qui me parurent admirables ; et Racine , qui y récita aussi trois actes et demi d'une comédie de Porus , si célèbre contre Alexandre, qui est assurément d'une fort grande beauté.

Bibliografische Informationen