Collection complète des oeuvres, Band 30

Cover
éditeur non identifié, 1784
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 146 - ... c'est elle qui, au lieu de cette maxime sublime de justice raisonnée, Fais à autrui comme tu veux qu'on te fasse , inspire à tous les hommes cette autre maxime de bonté naturelle, bien moins parfaite, mais plus utile peut-être que la précédente : Fais ton bien avec le moindre mal d'autrui qu'il est possible.
Seite 35 - Mes états vous offrent une retraite paisible. Je vous veux • du bien, et je vous en ferai si vous le trouvez bon. Mais si vous vous obstinez à rejeter mon secours, attendez-vous que je ne le dirai à personne.
Seite 65 - Tronchin me répondit que, puisqu'il ne pouvait pas me guérir de la manie de faire encore des pièces de théâtre à mon âge, il désespérait de guérir Jean-Jacques. Nous restâmes l'un et l'autre fort malades , chacun de notre côté.
Seite 86 - Anglais s'amusent des productions rares de toutes espèces, quoiqu'il soit rare qu'ils estiment. On vous montrera au doigt à la comédie, si vous y allez ; et on dira : Le voilà cet éminent génie qui nous reproche de n'avoir pas un bon naturel, et qui dit que les sujets de Sa Majesté ne sont pas libres!
Seite 282 - Ton action , l'un s'en va d'un côté » l'autre de l'autre, & il n'ya pas d'apparence qu'au bout de neuf mois ils ayent la mémoire de s'être connus. Car cette mémoire exige plus de progrès ou de corruption dans l'entendement humain, qu'on ne peut lui en fuppofer dans l'état d'animalité dont il s'agit ici...
Seite 87 - Jean-Jaques , ce que j'ai lu dans le grand livre du deftin ; mais vous en ferez quitte pour méprifer fouverainement les Anglois , comme vous avez méprifé les François , & votre mauvaife humeur les fera rire. Il y auroit cependant un parti à prendre pour foutenir votre crédit & vous faire, peutêtre, à la longue élever des...
Seite 35 - Etats vous offrent une retraite paifible : je vous veux du bien & je vous en ferai , fi vous le trouvez bon. Mais fi vous vous obftinez à rejetter mon fecours , attendez-vous que je ne le dirai à perfonne.
Seite 67 - Neufchâtel , n'ayant pas eu depuis un grand nombre d'années le plaifir de communier fous les deux efpèces , demanda inftamment au prédicant de Moutier-Travers...
Seite 49 - vint cependant quelque foupçon de l'ar„ tifice , tandis que nous étions au coin „ de mon feu , & vous me reprochâtes „ d'y avoir participé , je tâchai de vous „ appaifer & de détourner la converfation;
Seite 174 - d'après Rousseau , la véritable jeunesse du » monde ; tous les progrès ultérieurs ont été, » en apparence , autant de pas vers la per» fection de l'individu et , en effet , vers

Bibliografische Informationen