Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

prit, grande à la fois et petite en vous-même; croissante, par un prodige inconcevable, et décroissante en même temps. Où est aujourd'hui cette grace merveilleuse, cette beauté de tout votre corps? Où sont les vertus pleines de vie qui vous méritèrent ce glorieux témoignage : La multitude de ceux qui croyaient n'avait qu'un cœur et qu'une ame; nul ne considérait comme à lui rien de ce qu'il possédait. O douleur , ô lamentation! vous ne les trouvez que dans Vos livres, ces vertus, et il ne vous en reste plus rien; ce touchant spectacle, vous n'y assistez plus que par le souvenir, vous en êtes bien loin par la réalité. Car aujourd'hui, la plus grande partie de vos enfans trafiquent de choses qui donnent la mort; semblables aux brocanteurs, aux hôteliers de la terre ou plutôt des enfers, ils travaillent à amasser des biens périssables tout-à-la-fois et pernicieux. Jaloux d'acheter de l'or au prix même de leur vie, ils prodiguent ce qui est à eux, pour acquérir ce qui valeur échapper; ils confient à la terre de funestes trésors qui doivent apporter aux héritiers une courte joie, aux possesseurs un deuil éternel; ils se privent, eux et les autres, de l'usage des choses présentes; ils ensevelissent leurs richesses dans les cavernes les plus profondes; ils enfouissent à la fois leur argent et leurs espérances, suivant ces paroles de notre Maître : Oh est votre trésor, est aussi votre cœur. Ainsi, ils deviennent ennemis de leur salut; et des ames destinées au ciel, il les rattachent à la terre sous le poids des soins temporels. Car, le cœur de l'homme qui thésaurise, suit toujours son trésor, et se transforme, pour ainsi dire, en une substance matérielle et terrestre, non-seulement à l'heure présente, mais encore dans le

TOM. II. 9

dictum, quo ait: Ubi fuerit thesaurus tuus, ibi erit et cor tuum (1 ). Invident itaque saluti suae, animasque proprias, quae vocantur ad cœlum , terrenis ponderibus in terram premuni. Mens enim thesaurizantis thesaurum suum sequitur , et quasi in naturam terrestris substantiae demutatur; nec solum mme , sed etiam in futureatque perpetuo. Nam cum, ut scriptum est, ante hominem vita pariter ac mors sint, et ad quod vult manum porrigat , necesse est ea unusquisque hominum in aeternitate possideat quae hic quasi manu sua ipse pervaserit, voluntatique ac sententiae suae deditus, his in futuro adhaereat conditione, quibus hic adhaesit affectu.

Sed videlicet immunes se ab hoc piaculo quidam putant, qui fortasse aurum ac facuitates suas in terra non habent, attamen ubicumque abstrusas habent. Nemo se ridiculis opinionibus fallat. Quicumque augendis opibus terrena cupiditate famulantur , aurum terrae semper infodiunt. Hoc est enim illud quod Salvator in evangelio docet , dicens: Nolite thesaurizare uobis thesauros in terra. Et iterum: Thesaurizate autem vobis thesauros in cœlo (2). Intelligi juxta carnalem auditum ista non possunt. Numquid enim aut omnes mali in terra corporales thesau

(1) Maltli. VI. 21.

(2) Mattli. VI. 19-20.

siècle futur et à tout jamais. Puisque, ainsi qu'il est écrit, devant l'homme sont la vie et la mort, et qu'il peut tendre la main vers ce qu'il désire, il faut bien que chaque homme, dans l'éternité, possède ce qu'il a conquis icibas de sa main en quelque sorte; il faut bien que, libre de ses volontés et de ses déterminations, il ait en partage dans l'autre vie ce qui aura captivé ici-bas sf* affections.

Mais quelques personnes vont peut-être se croire exemptes de ce crime, parce que ni leur argent ni leurs trésors ne sont enfouis dans la terre, quoique du reste ils soient cachés ailleurs. Qu'on ne se laisse point séduire par de ridicules opinions; celui qui travaille avec une cupidité servile à augmenter ses richesses , enfouit toujours son or dans la terre. C'est- ce que le Sauveur nous enseigne dans l'Evangile,lorsqu'il dit: N'amassez pas des trésors sur la terre. Et encore: Amassez des trésors dans le ciel. Ces paroles ne peuvent se prendre dans un sens charnel; car, peut-on dire que tous les médians, que tous les bons placent leurs trésors temporels, ceuxlà sur la terre, ceux-ci dans le ciel ? Non certes. Et voilà pourquoi les expressions sacrées ne peuvent s'entendre que d'une inclination de l'esprit et du cœur. En effet, comme des biens passagers et des peines éternelles ros suos, aut omnes boni in cœlo locant? Non utique. Et ideo effectus spiritalium rerum atque virtutes vis sacrae locutionis expressit. Scilicet ut quia cupiditati et avaritiae terrena atque tartarea, misericordia e autem ac largitati cœlestia ac sempiteriia debentur, idcirco diversitas terreni et cœlestis thesauri posita est, ut qui cupiditati et avaritiae thesaurizarent, in inferno se opes locare cognoscerent; qui vero misericoidiae et humanitati, cœlestes se thesauros praeparare gauderent. Loca itaque thesaurorum de meritis thesaurizantium nominavit. Ibi enim dicuntur esse jam thesauri, ubi sunt thesaurisantes futuri.

Sed austera forsitan videatur esse sententia , cunctos aequaliter ad perfectionem vocans , et una omnes lege compellans, cum utique non sit universorum una conditio. Rectissime quidem dici ad ista poterat quod, cum omnes perpetuo velint vivere, omnes id agere del)erent ut vitam participare possint : quia inconsultissimum ac stultissimum est id quosdam agei e, ut quod affectu ac voto volunt, idipsum re atque actu nolle videantur. Sed tamen videamus eam maxime Christianorum , id est, filiorum tuorum partem qua? certis rerum impedimentis et inexpugnabilibus, ut putat, necessitudinum vinculis perfectione revocatur. Ac primum , in hac parte illi, opinor, sunt qui ad quaerendas pecunias et ampliandas latissime opes compelli se piguodans l'enfer doivent être le partage de la cupidité et de l'avarice, comme des joies célestes et sans fin sont réservées à la miséricorde et à lu libéralité, les livres saints établissent une distinction entre les trésors terrestres et les trésors du ciel, afin de faire comprendre à ceux qui thésaurisent pour l'avarice et la cupidité, qu'ils placent leurs richesses dans l'enfer; afin d'encourager au contraire ceux qui pratiquent la miséricorde et la charité, par l'idée consolante qu'ils se préparent des trésors dans le ciel. Ainsi la place des trésors est désignée d'après les mérites de ceux qui les amassent, puisqu'on nous dit que les trésors sont là où seront un jour ceux qui les auront entassés.

Peut-être accusera-t-on de rigueur le précepte qui appelle également tous les hommes à la perfection, et les soumet à une même loi, puisque la condition de tous est loin d'être la même. Sans doute, on aurait bien droit de répondre à cela que, les hommes étant portés naturellement à aimer la vie, ils ne devraient rien omettre de tout ce qui peut la leur conserver; car, c'est le comble de l'imprudence et de la folie, de voir certaines personnes, par leur conduite et leurs actions, démentir leurs vœux et leurs espérances. Examinons toutefois cette partie des Chrétiens, c'est-à-dire, de vos enfans qui sont éloignés de la perfection par certains obstacles, et aussi par les liens de la parenté, difficultés qu'ils regardent comme invincibles. Et d'abord, on peut mettre de ce nombre, je pense, ceux qui alléguent la sollicitude et la violence en quelque sorte de l'amour paternel, comme le motif qui les porte à amasser les richesses , à

« ZurückWeiter »