Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

mm cura et quasi violento filiorum amure causantur. Quasi vero quicumque patres sunt, nequaquam aut possint aut debeant omnino esse nisi divites, et amare filios suos sine opum multiplicatione non valeant ; aut vero virtus ac medullae affectuum avaritia et cupiditates sint; quia scilicet ut illi putant, sicut corpus sine medulla , sic amor sine cupiditate esse non possit. Quod si ita est, omnis absque dubio pietas, mali causa est; neque in ea sensus sunt bonorum affectuum, sed incentiva vitiorum. Et ubi illud erit sacrum divinae auctoritatis oraculum : Pietas ad omnia utilis est {Y). Hoc enim modo non solum non ad omnia utilis, sed penein omnibus insalubris. Si enim generatrix cupiditatum est, plus in se multo malorum continet quam bonorum, secundum illud scripturae Sacrae : Radix omnium malorum est cupiditas (2). Itaque si radix malorum omnium est cupiditas, atque haec pietatis matrice gignitur, et quasi viroso ejusdem lacte nutritur, non tam cupiditas reprehendenda, quae ex pietate parente nascitur, quam ipsa pietas, ex qua talis fdia procreatur. Quo fit ut si tam pestilens est pietas, ac tam nocens, nec amare expediat, nec amari; quia nec parentes amoremdebent adpetere sibi noxium, nec desiderare filii parentibus obfuturum. Quarn

( 1 ) Tim. I. IV. 8. (2) Id. VI. 10.

agrandir leurs possessions. Comme si l'on ne pouvait ou l'on ne devait être père, à moins d'être riche; comme si l'on ne pouvait aimer ses enfans sans multiplier ses biens; comme si la force et l'ame des affections consistaient dans l'avarice et la cupidité! Car, suivant leur opinion, l'amour ne saurait exister sans cupidité, non plus que le corps sans principe de vie. S'il en est ainsi, toute piété, sans doute, est une cause de mal, et loin de produire de saintes affections, elle ne fait qu'enflammer les vices. Dès lors, où sera cet oracle sacré de l'autorité divine : La piété est utile à tout. Car de cette manière, non-seulement elle n'est pas utile à tout, mais encore pernicieuse presque en toutes choses. Si elle engendre la cupidité, elle renferme en soi beaucoup plus de mal que de bien, suivant ces paroles de l'Ecriture: L'avarice est la racine de tous les maux. Si donc l'avarice est la racine de tous les maux, si elle prend naissance dans la piété, si elle est nourrie de son lait pestilentiel, il faut moins blâmer l'avarice qui a la piété pour mère, que la piété elle-même qui engendre une telle fille. Par-là, puisque la piété est si fatale, si nuisible, il n'est avantageux ni d'aimer, ni d'être aimé; car, les parens ne doivent point ambitionner un amour qui leur serait pernicieux, ni les enfans rechercher une tendresse qui perdrait leurs pères.'A vrai dire, cet amour deviendrait funeste aux pères et aux fils tout-à-la fois; funeste aux parens qui travailleraient à acquérir des biens pernicieux; funeste aux enfans, qui grandiraient au milieu de ces richesses illégitimes , héritiers pervers et corrompus. De là vient que presque tous les enfans ne succèdent pas moins aux patrimoines vis ille non parentibus tantum, sed etiam filiis morbum ferat, quia et illis gravis est qui perniciosas pariunt liaereditatés, et illis qui inter improbissimum quaestum improbi educantur haeredes. Et hinc est quod pene omnes parentibus suis filii non magis in patrimonia quam in vilia succedunt, nec magis facultates paternas sumunt quam pravitates ; ac sic, transeuntes semper in mores patrum, ante eorum incipiunt nequitiam quam substantiam possidere. Bona enim parentum nonnisi mortuis eis possident, viventibus autem adhuc et valentibus, mores. Ac sic, priusquam in dominio suo habere incipiant res paternas, habent in animis ipsos paires; et antequam babeant illa quae falso dicuntur bona, habent illa qua e vere probantur mala.

Quid ergo? cum haec ita sint,interdicere forsan parentibus fîliorum videor affectum? Minime, Quid enim tam ferum, tam inhumanum, tam legi aemulum, quam si non amandos dicamus filios, qui amandos fatemur inimicos? aut si affectum quem natura pnestat prohibeamus, qui etiam eum quem natura prohibet impendimus? aut si caritatem menti extorqueamus quam habet, qui etiam illam ei conamur inserere quam non habet? Non ita est. Non solum enim amandos dicimus filios, sed praecipue ac super omnia amandos, nec quicquam his omnino anteponcndum , nisi Deum solum. Nam et hoc est prapcipue amare, illum tiliis qu'aux vices de leurs pères, et ne recueillent pas moins les possessions que les défauts paternels. De cette manière, entrant toujours dans les mœurs de leurs parens, ils en prennent la corruption avant d'en posséder l'héritage. Car ils ne jouissent des biens qu'à la mort de leurs pères, mais avant cette époque , ils ont les mœurs de ces mêmes pères, tout pleins encore de vie et de santé. Ils n'ont point encore en leur pouvoir les richesses paternelles, et ils ont déjà dans le cœur les vices de leurs pères; ils n'ont pas encore ce qu'on nomme faussement des biens, ils ont déjà ce qu'on doit nommer de véritables maux.

Quoi donc? Avec ce langage, ne semblé-je point peut-être interdire aux parens l'affection paternelle? A Dieu ne plaise! Quelle férocité, quelle inhumanité, quel renversement de la loi, si nous allions prétendre qu'on ne doit point aimer ses enfans, nous qui confessons qu'il faut aimer ses ennemis; si nous allions condamner une affection que la nature met dans notre cœur, nous qui prêchons même un amour que la nature désavoue; si nous allions arracher du cœur la tendresse qu'il connaît, nous qui cherchons à lui inspirer même celle qu'il ne connut jamais. Non , il n'en est point ainsi. Non-seulement nous enseignons qu'il faut aimer ses enfans, mais encore qu'il faut les aimer par dessus toutes choses, qu'il ne leur faut rien préanteponere, quem nou expediat omaiuo postponere. Quid est ergo, aut quo modo amandos dicimus filios? Quo absque dubio, nisi quo Deus ipseconstituit? Neque enim est ullus melior filiorum amor quain quem ille docuit qui ipsos filios dedit. Neque possunt pignora melius amari, quam si in eo ipso, a quo data sunt,amentur. Quomodo igitur Deus amari filios jusserit non dico ego. Dicat sermo ipse divinus, qui ad patres omnes generaliter ita loquitur : Ut tradant mandata Deifiliis suis, ut ponant in Deo spem suam , et non obliviscantur operum Dei sui, et mandata ejus exquirant(\). Alibi quoque: Et vos, mop\\\.,patres, nolite ad iracundiam provocare filios vestros, sed educate illos in disciplina et correptione Domini (2). Videtis quasparari opes a parentibus filiis Deus jubeat, non pecuniarios thesauros, nec graves metallo aureo saccos, habentes quidem multum ponderis, sed plus tamen iniquitatis, non superbas ac praeeminentes excelsis urbibus domos, non supra humanos visus elata culmina, nec inserta nubibus aerio habitatore fastigia, non denique fundos interminabiles, et notitiam sui possessoris excedentes, qui consortes pati indignum aestiment, et vicinitatem injuriam putent. Non ergo haec Deus praecipit, nec in servi lia terrenae

il) Psal. LXXVII. 8.-9. [2) Eplus. VI. 4.

« ZurückWeiter »