Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

inquit aliquis, si vidua sit dives, et viduitatem tamen in magna opum copia non relinquens? Quid, si virgo integritatem professa, et impolluli corporis sanctitate devota? Quid, si conjugium sine opere conjugali, negans seipsum sibi, et habens se quasi non habens? Quid, si monachus ab incunabulis Deo militans? Quid, si clericus sacri ministerii servitutem fideli servitute consummans? Numquid etiam ii aeternœ salutis fructu periclitantur, si aut \iventes opes integras habeant,aut morientes indigentibus non relinquant? Parva est ad promulgandam de bujuscemodi quaeslione sententiam senno atque aucloritas mea. Videamus ergo quid de his omnibus sacrorum voluminum lîngua e ac praeceptorum cœlestium voces sonent. Et tune rectissime, secundum datam a Deo normam, opinionis nostrae regulam dirigemus. Ac primum, non est quod confugiendum sibi nunc quisquam putet ad veterum exemplorum esse solatia, ut dicat aliquos fortasse sanctos, aut in lege, aut ante legem, divites fuisse. Abiit quippe illud tempus, mutata ratio est. Ante legem enim liberum omnibus erat vel habendae vel etiam consectandae facultatis arbitiïum ; quia scilicet adhuc tune virga interdictoium cœlestium non castigabatur. Ubi enim, inquit Apostolus , non est lex, nec prœvaricatio ( 1 ). Lex ergo fecit

(I) Rom. IV. 15.

une vierge qui embrasse la chasteté et consacre son corps à une vie sans tache; quoi! des époux qui renoncent à l'œuvre conjugale, qui font abnégation d'eux-mêmes, qui vivent dans le mariage comme s'ils n'y vivaient pas; quoi! un moine qui combat pour Dieu dès le berceau; quoi! un clerc qui porte le fardeau du sacré ministère avec une fidélité persévérante, quoi .'toutes ces personnes risquent le salut éternel, si, pendant leur vie, elles conservent tous leurs biens, si, à l'heure de la mort, elles ne les abandonnent pas aux indigens? C'est trop peu de chose , pour décider une pareille question, que mes paroles et mon au-" torité. Voyons donc quels sont à cet égard les enseignemens des livres saints et des préceptes sacrés; alors, nous fonderons avec sagesse les bases de notre opinion sur la règle posée par Dieu. Et ici, que personne ne s'imagine pouvoir invoquer en sa faveur des exemples anciens, en disant qu'il y eut peut-être, ou dans la loi, ou avant la loi, des saints qui furent riches. Les temps ne sont plus les mêmes, la face des choses est changée. Avant la loi, il était libre à tous de posséder et même d'acquérir des richesses, parce que la verge des interdits célestes ne se faisait point sentir. ou il n'y a point de loi, dit l'Apôtre, il ri y a point de prévarication. La loi a donc fait que certaines choses n'ont plus été permises, suivant ces paroles: Je n'aurais point connu la convoitise, dit l'Apôtre, si la loi ne disait: Tu ne convoiteras point. De là vient que, avant la loi, on possédait innocemment des richesses que Dieu n'avait point proscrites. Sous la loi aussi, tous avaient presque le même privilége, car elle n'interdisait à aucun homme de posséder ce qu'il voulait, pourvu qu'il possédât justement, aliquid non licere, secundum illud : Nam concupiscentiam, inquit Apostolus, nesciebam , nisi lex diceret: Non concupisces (1). Et ideo, opes, quas ante legem Deus non reprehenderat, homo libere possidebat. In lege quoque nihilominus prope idem juris omnibus suppetebat, quia lex hominem, dummodo juste, habere quod vellet penitus non vetabat. Itaque tune omnes omnino sancti cunctis facultatibus suis juxta praescriptos legis terminos utebantur, ambulantes, ut legimus, in omnibus mandates et justificationibus Dei sine querela (2). Sicut utique illi ipsi ambulaverunt de quibus ista memorantur. Sicut Prophetes Anna in jejuniis atque orationibus vivens. Sicut Nathanael ille quem legimus, veri Israelitae laude sublimis, et ipso Domino ac Deo teste mirabilis. Sicut Tobias, magnanimitate devotionis praecepta legis excedens, sepulturis hominum mortuorum etiam cum mortis periculo serviebat, et indigentibus usque ad indigentiam suam consulens, in tantum largitatis affectum venerat, ut mercenario suo partem bonorum omnium deputaret ; et hoc, quo magis possit mirum esse, jam dives , et, quo mirabilius, dives ex paupere ; quia majorem ferme excitant habendi cupidilatem opes post indigentiam. i Tales ergo tune sancti erant, secundum legem

(1) Rom. VII. 7.

(2) Luc. 1-6.

C'est pourquoi les gens de bien usaient alors de toutes leurs richesses, suivant les bornes posées par la loi, marchant, comme il est écrit, dans les ordonnances et les commandemens du Seigneur, sans aucune plainte. C'est aussi de cette manière que marchèrent les pieux personnages dont il est question : Anne la prophétesse, qui vivait dans les jeûnes et les prières; ce Nathanaël, décoré dans l'Évangile du nom de véritable israélite, et proposé à l'admiration par le Sauveur lui-même; Tobie, qui dépassait les préceptes de la loi par la magnanimité de son zèle, qui rendait aux morts les derniers devoirs au risque même de sa vie, qui se réduisait à l'indigence pour secourir les pauvres, qui, dans sa tendre libéralité destinait à son mercenaire une partie de tous ses biens, conduite d'autant plus étonnante qu'il était déjà riche, d'autant plus admirable qu'il avait été pauvre d'abord : car, les richesses, au sortir de l'indigence, nourrissent presque toujours un plus grand désir de posséder.

Tels étaient donc les saints d'alors; ils jouissaient de tout suivant la loi, ils renoncaient à tout suivant l'Evangile. Ainsi donc, la perfection consistait dans l'obéis omnia habentes, secundum Evangelium omnia relinquentes. Ac sic, perfectus fuit omnis qui legi paruit, et tam devotus qui sub lege tune minus fecit, quam nunc in Evangelioqui plus facit. Tune enim quasi Evangelium lex fuit. Quo fit quod qui se obtemperantem tune legi praebuit, quasi Evangelium complevit. Non est ergo quod confugien. dum sibi nunc quisquam ad legem putet. Vetera enim, ut ait Apostolus, transierunt,factasunt omnia nova (1). Plus tune indulgentia e erat, et plus licentiae. Tune esus carnium praedicabatur, nunc abstinentia. Tune in omni vita jejuniorum paucissimi dies, nunc quasi unum jejunium, vita omnis. Tune laesis ultio suppetebat, nunc patientia. Tune irascentibus lex ministra erat, nunc adversaria. Tune accusatori gladium porrigebat, nunc charitatem. Tune etiam carnali inlecebrae lex indulgebat, nunc Evangelium, nec aspectui. Tune corporeae voluptates habebant quamdam licentiam, nunc jubentur etiam oculi custodire censuram. Tune ad multas uxores recipiendas uni us mariti torum lex dilatabat, nunc etiam ad unam excludendam casti affectus devotione constringit. Superest enim, inquit Apostolus, ut et qui habent uxores ita sint ac si non habeant, et qui fient tanquam non fientes, et qui gaudent tanquam non gaudentes, et qui emunt tanquam non possidvn

(1) Cor. n. V. 17.

« ZurückWeiter »