Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

rum : Gratia quoque magna erat in illis omnibus, nec enim quisquam egens erat inter illos. Quicumque enim possessores prœdiorum ac domorum erant vendentes adferebant pretia venditorum et ponebant ante pedes Apostolorum (1). Alibi quoque : Et nemo ex eo quod possidebat, suum proprium esse dicebat (2). Atque hoc non parvus credentium numerus, ne quem forsitan minus scriptorum auctoritas moveat, dum putat exempla esse paucorum. Quae fuerit quippe tune multitudo Ecclesiae principalis vel ex hoc solo agnosci potest, quod in principiis statim ipsis octo hominum millia biduo Ecclesiae accessisse referuntur, pateatque aeslimationi quae caeteris diebus universi generis multitudo concreverit, ubi duo tantummodo dies, praeter disparem aetatem pariter ac sexum, tantam virorum copiam procrearunt. Unde, cum et tam innumerabilis jam tune et tam perfecta plebs fuerit, quaero a vobis cum quibus loquor, cuncti parentes , in illis tot ac tantis tune credentium millibus, tanta fidei perfectione viventibus, omnes ne cum filiis, an omnes sine tiliis fuerint? Neutrum, opinor. Nulla enim Ecclesia e plebs est non de utroque permixta. Intelligere ergo possunt quicumque ex Christianis filios non habent cui relinquere substantias suas debeant, cum videant cui reliquerint tune illi filios non haben

(1) Act. IV. 33-35.

(2) llii. 32.

saintes ne perde quelque chose de sa force, si l'on allait s'imaginer que peu de personnes ont donné d'aussi louables exemples. Il est aisé, en effet, de juger quelle était alors dans l'église principale la multitude des fidèles, puisque, en deux jours, au dire des livres saints , huit mille hommes embrassèrent l'Evangile; on peut estimer par-là quelle vaste foule de tout genre vint ensuite grossir le nombre des disciples du Christ, puisque deux jours suffirent pour donner tant d'hommes à la foi, sans compter les enfans et les femmes. Or, le peuple chrétien étant déja dès cette époque et si nombreux et si parfait, je vous le demande, parens, vous à qui je parle, parmi ces milliers de croyans, doués d'une aussi grande perfection de foi, tous avaient-ils des enfans ou bien n'en avaient-ils pas? Aucune de ces deux choses ne me paraît vraisemblable. Car, il n'est pas d'église qui ne présente cette diversité. Ceux donc des Chrétiens qui n'ont pas d'enfans peuvent apprendre comment ils doivent disposer de leurs richesses, lorsqu'ils voient de quelle sorte en ont disposé les Chrétiens d'alors qui n'avaient pas d'enfans. Ceux au contraire qui en ont, peuvent apprendre ce qu'ils doivent faire, lorsqu'ils voient que les pères d'alors préféraient les enfans de Dieu à leurs propres enfans. Tout âge, toute condition trouve donc ici un modèle à imiter. Quiconque participe à la même foi, est dans la nécessité de participer aussi à cet exemple saint. Si les fidèles d'alors donnaient tous leurs biens pour Dieu, et se déshéritaient eux-mêmes de leur vivant, apprenez donc, je vous prie, à vous constituer, tout au moins vous-mêmes, héritiers de vos biens, à l'heure de la mort. Voilà, comme je l'ai dit, voilà, pates. Sin autem habent, discant quid etiam ipsos oporteatfacere,cum videant tune parentes amorem filiorum Dei filiis praetulisse. Habet igitur omnis aetas, habet omnis conditio quod sequatur. Quicumque est particeps fidei, participem se beati faciat exempli. Si illi tune ob Deum donantes omnia sua, etiam seipsos exhaereditavere viventes, discite vos, quaesumus, bona vestra vel ipsi haereditare morientes. Quae quidem, ut dixi, etiam vos, o infidelissimi parentes, curiosius altentiusque pro vobis convenit cogitare. Oportet quippe vos, mihi credite, etiam inter filios vestros salutis animarumqlie vestrarum non oblivisci. Propinqua enim vestra pignora esse vobis et conjunctissima satis certum est. Sed, mihi credite, nemo vobis propinquior, nemo conjunctior, quam vos ipsi. Amate itaque, non obsistimus, amate filios vestros, sed tamen secundo a vobis gradu; ita illos diligite, ne vos odisse videamini. Inconsultus namque et stuitus amor est, alterius memor, et sui immemor. Non accipiet, inquit Scriptura sacra, iniquitatempatrisfilius, nequepater accipiet iniquitatem filii sui (1 ). Et Apostolus: Unusquisque, inqu'r , proprium onus suum portabit (2).

Relictae itaque filiis divitiae parentes non liberant de m< ndicitate, imo, relicta immoderate filiis facilitas parentum est sempiterna mendicitas,

(1) Ezech. XXVIII. 20. (î) Cal. VI. i.

rens infidèles, ce qu'il vous convient de méditer pour vous avec un soin, avec une attention spéciale. Il vous faut, croyez-moi, même au milieu de vos enfans, ne point oublier votre salut ni vos ames. Vos enfans, sans doute , vous sont bien chers et bien précieux; mais, croyez-moi, nul ne vous touche de plus près, nul ne vous est aussi étroitement allié que vous-mêmes. Aimez vos enfans, je ne m'y oppose pas, aimez vos enfans, mais toutefois en second après vous; chérissez-les de manière à ne point sembler vous haïr. Car, c'est aimer en fou et en insensé, que de songer aux autres en s'oubliant soi-même. Le fils, dit l'Ecriture sainte, ne portera point l'iniquité du père, le père ne portera point l'iniquité du Fils.El l'Apôtre : Chacun portera son propre fardeau.

Ainsi donc, les biens laissés aux enfans, ne garantissent pas les parens de la mendicité; au contraire, les richesses léguées sans mesure aux enfans, deviennent pour les pères une cause d'éternelle indigence, et dèslors , rien de plus funeste aux parens que des fils trop aimés. Car, pendant que ceux-ci regorgent de biens, ceux-là pâtissent dans l'éternité. Et quand même il se ac per hoc, nulli parentibus magis noxii quara filii nimis amati. Dum enim illi patriis bonis affluunt, parentes in sempiternitate cruciantur. Etiamsi tam pius sit filius ut refrigerandi supplicii paterni gralia communicare cum patre postea bona relicta cupiat, non valebit. Reddere siquidem post mortem patri pietas filii non poterit quod unicuique indevotio sua et infidelitas denegarit. Ideoque, juxta Apostolum, unusquisque sarcinas suas cogitet, quia unusquisque hominum sua onera portabit. Flammae infelicium mortuorum divitiis non refrigerantur haeredum (1). Dives ille in Evangelio, qui purpura induebatur et bysso, absque dubio qui locuples in hoc seculo ipse fuerat, etiam haeredes suos morte ditarat. Sed nequaquam hoc ei proderat quod opibus ac talentis ejus germani divites incubabant, et ille guttam refrigerii impetrare non poterat. Illi erant in abundantia, sed ille in egestate; illi in gratulatione, sed ille in dolore; illi in divitiis , sed ille in tormentis; illi fortasse jugiter in luxuria, sed ille semper in flamma. O infelix ac miseranda conditio! Bonis suis aliis praeparavit beatudinem, sibi adflictionem; aliis gaudia , sibi lacrymas ; aliis voluptatem brevem, sibi ignem perennem. Ubi erant tune adfmes, ubi propinqui, vel filii, si quos habuerat, vel germani quorum meminerat, et quos certe tanto

[ocr errors]
« ZurückWeiter »