Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

nunquaui introduxere in affectum; et hoc maxime, ut dixi, aut locupletes, aut nobiles, aut honoratos, et qui, nisi potentes essent, parentes forsitan non fuissent. Ridicula tniseri testatoris ambitio, dans censum propriae facultatis, ad comparandum mendacium propinquitatis, emens pretio haereditatis nomen haeredis, et totis patrimonii sui viribus hoc elaborans ne se ille qui baeres scribitur parentem neget, et ut testator infelicissimus, stultissima ac miserrima vanitate, facto haerede nobili, quia in vita sua humilior esse visus est, honoratior in morte esse videatur! O cœcitas, o ilisania! quanto studio, infelicissimi homines, id efficitis ut miseri in aefernitate sitis ? Quanto minore cura, minore ambitu id vobis praestare potuistis ut semper beati esse possitis? Cujusquidem rei causam aliam omnino invenire non possum, nisi solam tantummodo incredulitatem atque perfidiam, id est, quod aut judicandos se a Deo homines esse non putant, aut resurrecturos omnino esse non credunt. Nemo est enim qui resurrecturum se et judicandum a Deo de operibus bonis ac malis certUs sit, qui non vel spei ac beatitudini suae. praestet ut pro bonis operibus perennia bona capiat, vel timori atque discrimini, ne pro malis mala aeterna patiatur.

Sed abhorrere hoc videlicet a Christiano nomine videtur ut dicatur futura non credere. Quid I

qu'on n'introduisit jamais dans son amitié; ce sont prin* cipalement, comme je l'ai dit, des riches , des nobles, des gens de distinction, qui, sans leur crédit, n'eussent peut-être jamais été regardés comme des proches. Ridicule ambition d'un malheureux testateur qui abandonne un bien réel pour se parer d'une alliance chimérique, qui achette au prix de son héritage un nom d'héritier, qui prodigue tout son patrimoine, afin que celui qu'il porte pour héritier ne désavoue pas cette parenté prétendue, et que lui, testateur malencontreux, après s'être fait dans sa vanité folle et misérable, un héritier de distinction, d'obscur qu'il fut toujours pendant sa vie, pa* raisse jeter un certain éclat en mourant. O aveuglement! ô folie! Quelle étude vous mettez , infortunés que vous j êtes, à vous rendre malheureux dans l'éternité! Avec f combien moins de peine, moins d'empressement, vous pourriez vous procurer la béatitude sans fin! Je ne trouve point d'autre cause de cet égarement que votre incrédulité et votre manque de foi, c'est-à-dire cette persuasion qui vous fait croire que Dieu ne jugera point les hommes, ou qu'ils ne ressusciteront point. Est-il quelqu'un , s'il était sûr de ressusciter et d'être jugé de Dieu, d'après ses œuvres bonnes ou mauvaises, qui ne travaillât point à fonder son espérance et sa béatitude en méritant les biens éternels par de bonnes œuvres, ou à dissiper ses craintes et ses dangers en évitant les maux éternels réservés à des œuvres mauvaises?

Il semblera peut-être que c'est un contraste bien singulier avec le nom qu'il porte, si l'on dit d'un Chrétien tOM. II. 20

ergo cansae est ut, si credit quae dixit Deus, uon timeat quae minatur Deus? si non credit verbis quae dixit Deus, non credit praemiis qua e promittit Deus. Neque enim se probat promissionibus Dei credere,qui non sic agit, ut possit ad promissa a Deo praemia pervenire. In ipsa quippe bac vita bominum, si judicandum se aliquis ab humana bac potestate et rapiendum se ad tribunal terrenum esse cognoverit, advocatos requirit, patronos adbibet, officialiumgratiam favoremque mercatur, et baec omnia metujudicii futuri agit cum tamen eventum judicii comparare non possit; adeo, etsi victoriam emere ipsam non valet, spem tamen victoriae magno emit. Die mihi, quisquis ille es, qui credere te judicium Dei dicis, tu, si vel supradictorum exemplo hominum judicandum te esse a Deo crederes, nonne spem ac salutem tuam quolibet pielio comparares? Sed non credis utique, non credis; et licet credulitatem tuam verbis tuis velis adseverare, non credis. Verbis enim, ut ail Apostolus, confiteris , sed factis negas. Denique, ut infidelitatem tuam tibimet ex teipso probem, die mihi, obsecio, quisquis ille es, qui substantiam tuam vel propinquo cuipiam diviti,vel adfmi, vel si lu forte desunt, etiam extraneo derelinquis, cur eam non sanus a le atque incolumis abdicasti? cur non sospes ac vegetus haeredibus tradidisti? sed in testamento ipso providentissime caves et sollicite ac diligenter inscribis: Quando qu'il ne croit pas aux choses futures. A-t-il foi aux paroles de Dieu, pourquoi donc n'appréhende-t-il pas ses menaces? Rejette-t-il les paroles divines , il rejette aussi les promesses de Dieu. Car, il prouve bien qu'il rejette les promesses de Dieu, celui qui n'agit point de manière à mériter ses récompenses. Dans la vie humaine, si quelqu'un sait qu'il doit être jugé par le pouvoir civil et cité au tribunal des hommes, il cherche des avocats, il recourt à des patrons, il brigue la faveur et l'appui des officiers, tout cela, [dans la crainte du jugement qu'il va subir, et dont il ne peut néanmoins assurer le succès, tant il achette à grand prix l'espoir de la réussite, dans l'impossibilité où il se trouve d'acheter la réussite elle-même. Dites-moi, vous, qui que vous soyez, qui prétendez avoir foi au jugement de Dieu, si vous aviez comme cet homme la certitude que vous serez jugés, et jugés par Dieu, n'achetteriez-vous pas à tout prix l'espérance et votre salut? Mais vous ne croyez pas, certes, non, vous ne croyez pas; quand bien même vous voulez prouver par vos paroles que vous avez la foi, vous ne croyez pas. Vous confessez Dieu, par votre langage, comme dit l'Apôtre, mais vous le renoncez par vos actions. Enfin, pour vous prouver votre infidélité par vous-même, dites-moi, je vous prie, qui que vous soyez, vous qui laissez votre bien à un riche parent, à un allié, à un étranger même , si par hasard les proches vous manquent, pourquoi ne pas vous départir de ce bien, tandis que vous êtes en pleine santé? Pourquoi ne point le livrer à vos héritiers, pendant que vous êtes encore plein de force et de vigueur? Mais non ; dans votre testament, concu en des termes d'une rare préego ex rebushumanis excessero, tune mihi tu Me, carissime, hœres esto. Die mihi, quaeso, cur huic carissimo, ut ipse ais, ac devinctissimo tuo tamdiu nihil de tuo tribuis, tamdiu nihil de tuo tradis, quamdiu te putas esse victurum, sed tum cum te vides esse moriturum? Et quid dico cum esse te moriturum vides? Imo id caves providentissime ne, vel spirante vel moriente te, quicquam de tuo habeat, sed jam defuncto omnino, jam mortuo. Et mirum est quod hoc ipsum sinis ut, funestato te, tua habeat, nisi etiam jam exportato, atque tumulato. Quamvis etiam in hoc quod ais: Quando ego ex rebus humanis excessero, idipsum cavisse videaris. Hoc est enim ex rebus humanis penitus excedere, totum omnino cum suo corpore hominem in praesentia humanarum rerum esse desiisse. Die mihi itaque, cur haec tam provide in testamento caves, cur tam sollicite ac prudenter interseris ? Absque dubio quia necessariam tibi, dum vivis, rem tuam judicas, quia alienare te facultatibus tuis non \is, et iniquissimum putas, vivo te et incolumi, alium tuo divitem fieri, te autem mendicitate consumi. Verum est, nec in rationabilem curam abnuo, et quicquid a te in hune modum dicitur probo. Sed in uno tamen mihi satis a te fieri cupio. Quid est quod tu, qui tibi usum rerum tuarum tantopere necessarium putas, fructus ac reditus facultatis tuae post mortem necessarios esse non putas? Dicis absque

« ZurückWeiter »