Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

in amure. Itaque si sapientia Christiani timor est atque amor Domini, ita demum vere sapientes sumus, si Deum semper ac super omnia diligamus ; et hoc cum omni tempore, tum praecipue in exitu nostro, quia sapientia in exitu canitur.

Si ergo sapientia per hoc maxime in exitu canitur , si Deus super omnia diligatur, quae igitur insania est ut dicat aliquis Christum carnali propinquitati praeponi ab incolumibus oportere, a morientibus non debere? Cur enim eum proferant incolumes, si non debent praeferre morientes! Aut si potest quispiam religiose agnatos atque adfines suos Christo in morte praponere, cur non religiose etiam ante praeponebat? Aut si est ulla hora in vita ultima, qua quis plus alios diligere debeat quam seipsum et Deum, cur non et in vita anteriore plus diligat? Ac sic fit ut solvantur omnia, et evanescant, et intereant, neque ullum quis viliorem habeat quam seipsum, neque ullum inferiorem quam Deum. Si enim ullum est tempus quo ab aliquo possit Deus adfinibus aut propinquis jure postponi, nullum est quo possit jure praeponi. Sin autem, quod verum est, nullum est omnino tempus quo non debeat anteponi, nullum est omnino tempus quo possit jure postponi. Nullum utique. Elideo, ne in extremis quidem, quia etiam justum hominem Propheta, in die qua erraverit, dicit esse periturum. Itaque, si omnis error errantis perditione surtout l'aimer à la mort, parce que c'est à la fin que Ion célèbre la sagesse.

Si donc, pour être regardé comme sage à la fin de la vie, il faut que vous aimiez Dieu par dessus tout, quelle folie n'est-ce pas de prétendre que dans la santé on doit préférer le Christ à des proches selon la chair, mais que, à la mort, on ne le doit pas? Car, pourquoi cette obligation dans la santé, si elle n'existe pas à la mort? Ou bien, si l'on peut religieusement, à son heure dernière, préférer au Christ ses alliés et ses proches, pourquoi ne le pouvait-on pas auparavant? Est-il une heure dans les derniers jours de la vie où il faille chérir les autres plus que soi-même, plus que Dieu , pourquoi alors ne les avoir pas chéris aux jours passés ? Il arrive ainsi que toutes choses se dissolvent, s'évanouissent et s'effacent ; que personne à nos yeux n'est plus vil que nous, personne relégué plus bas que Dieu. S'il est un temps où l'on ait le droit de n'aimer Dieu qu'après ses"parens et ses proches, il n'en est point où l'on puisse avec droit le leur préférer. Si au contraire, ce qui est vrai, il n'est point de temps où il ne doive occuper la première place, il n'en est point non plus où l'on soit endroit de le reléguer à la seconde. Non, certes, il n'en est pas. Et la dernière heure elle-même ne saurait conférer ce privilége, puisque l'homme juste, au dire du prophète, le jour qu'il se sera égaré, trouvera sa ruine. Si donc la mort devient la peine de toute erreur, ni si la vie des hommes se trouve commultatur, et his quoque erroribus vita hominum periclitatur quibus usitate atque communiter innocentia humana polluitur, quid futurum existimamus, ubi in Deum ipsum detestabili infidelitate peccatur? Si enim , inquit Apostolus, omnis inobedientia justam accipit mercedis retributionem, quomodo nos effugiemus , si tantam neglexerimus salutem (1). Nullus autem salutem veram plus negligit quam qui Deo aliquid anteponit. Cum enim salus nostra, munus ac misericordia Dei sit, qua e ei ratio consequendae salutis est qui Deum ipsum despicit, in cujus misericordia salus nostra consistit ? Aut cum judex et vivorum sit Deus et mortuorum, qua e ei spes in Dei judicio esse poterit qui eum etiam moriens judicio suo spreverit, a quo est statim mortuus judicandus? Et ideo, ut Scriptura divina ait, in quo judicio judicat, in eo judicabitur de eo (2), hoc est , quo judicio judicat de Deo, eo ipse judicabitur a Deo. Neque iniquum putare poterit si eum cunctis in futuro Dominus postposuerit, qui in praesenti Deum cunctis ipse postponit, nec queri potest si eum omnibus Deus aestimet damnabiliorem, cum ipse omnibus Deum aestimet viliorem.

Sed dicit aliquis non se hoc animo ista facere quo aut contemnat Deum aut vilem putet, sed

(1) Heb. L 2-3.

(2) Matth. VII. 2.

promise par ces égaremens mêmes qui souillent d'ordinaire et plus généralement l'innocence humaine, que pensons-nous qu'il adviendra, lorsqu'on ose s'attaquer à Dieu dans une détestable infidélité? Car, dit l'Apôtre, toute désobéissance recevant le juste chatiment quelle mérite, — Comment échapperons-nous, si nous négligeons ce grand moyen de salut? Or, jamais on ne néglige plus le vrai salut, que lorsqu'on préfère quelque chose à Dieu. Notre salut étant un bienfait de la céleste miséricorde , quel espoir d'obtenir le salut, quand on méprise Dieu luimême , en la bonté de qui repose tout notre salut. Dieu étant le juge et des vivans et des morts, quelle confiance peut avoir au tribunal de Dieu celui qui même à la mort, et de son propre tribunal, à lui, méprise le juge devant lequel il va comparaître aussitôt après le trépas? Et voilà pourquoi, au langage de la divine Ecriture , l'homme sera jugé comme il aura jugé, c'est-à-dire, qu'il sera lui-même jugé de Dieu, comme il aura lui-même jugé Dieu. Et ce ne sera pas chose inique de voir, dans le siècle futur, le Seigneur faire passer après tous celui qui, dans le siècle présent, aura lui-même fait passer Dieu après toutes choses ; il n'y aura là rien de criant, si Dieu le juge plus condamnable que tous les autres, lui qui aura jugé Dieu moins estimable que toutes choses.

Mais, dira quelqu'un, si j'en agis de la sorte, ce n'est pas que je méprise Dieu ou que j'en tienne peu de compte; j'aime, j'honore ceux que j'ai institués mes héritiers. — Supposons que cela soit; presque tous les plus grands criminels, presque tous les plus quo vel amet eos quos haeredes instituit, vel honoret. Adquiescamus hoc ita esse; omnibus ferme etiam aliis flagitiosissimis ac criminosissimis reis excusatio ista suppetit. Nam dicere et fomicatoribus licet non se hoc animo fornicari quod Deum spernant, sed quia calore corporis atque infirmitate vincantur. Et homicidae id affirmare possunt, non se contemptu Dei humanum sanguinem fundere, vel odio, sed cupiditate tantum scelera praestare. Sed quid prodest malis haec excusatio, cum scilicet nihil intersit qua se quispiam dicat peccare causa, cum sit omne peccatum divinitatis iujuria? Adquiescamus tamen, ut supra dixi, hoc ita esse, nec ex contemptu Dei res suas quempiam alii magis quam Deo tradere , sed vel honore haeredis sui se ad hoc trahi, vel certe amore compelli. Sed quid facimus quod hoc ipso magis incuria Dei probatur atque contemptus? Si enim, o quisquis es ille, per id quod hasredibus tuis vel quibuscumque res proprias derelinquis, et honorare te eos indicas et amare, Deum utique, cui non relinquis , nec honorare te indicas nec amare. Ac per hoc quicquid pro te dixeris, contra te est, et ad contemptum atque ad contumeliam Dei pertinet amor et honorificentia caeterorum. Cum enim aliis ideo relinquas , quia eos honoras, Deum, cui non relinquis, utique non honoras , cum aliis ideo relinquas multa, quoniam

« ZurückWeiter »