Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

consignatio similitudinis,etcorona decoris in deliciis paradisi fuisti; omnem lapidem optimum indutus es , sardium, et topazium, et smaragdum. Et iterum : Argento, inquit, et auro implesti thesauros tuos, a multitudine negotiationis implestipromptuaria tua (1). Qua e omnia numquid non talia sunt ut specialiter de Afris dicta videantur? Ubi enim majores thesauri, ubi major negotiatio, ubi promtuaria pleniora? Auro, inquit, implesti thesauros tuos à multitudine negotiationis tuce. Ego plus addo, tam divitem quondam Africam fuisse, ut mihi copia negotiationis suae non suos tantum, sed etiam mundi thesauros videatur implesse. Et quid post haec? Exaltatum est, inquit, cor tuum in decore tuo, propter multitudinempeccatorum tuorum in terram te projeci. Quomodo Africanae potentiae et hoc competit, aut quomodo projecta esse videtur in terram? Quomodo, nisi, quia quando amisit potentiae veteris altitudinem, quasi cœlestem perdidit dignitatem. Etducam, inquit, ignem de medio tui; hic te devorabit. Quid hac re verius? De media quippe eorum iniquitate ignis peccati exiit, qui felicitatem prioris temporis devoravit. Et omnes, inquit, qui te noverunt inter nationes, contrislabuntur super te. Convenire illis hoc non putemus, si non eversio Africani soli, luctus est generis humani. Per

[ocr errors]

ornement, la sardoinc, la topaze et Fémeraude. Et encore: tu as remplîtes trésors d'or et d'argent: le négoce faisait regorger tes magasins. Tous ces détails ne sembleraientils pas s'appliquer d'une manière spéciale aux Africains? car, où vit-on jamais de plus grands trésors, un commerce plus florissant, des magasins plus riches? Le goce, dit le Prophète, arempli tes trésors. Ajoutons que l'Afrique fut autrefois si opulente que l'étendue de son commerce remplissait, ce semble, non-seulement ses propres trésors, mais encore ceux du monde entier. Que dit le Prophète, après cela? Ton cœur s'est enflé de ta beauté, et à cause de la multitude de tes péchés, je t'ai renversé sur la terre. Comment cela s'applique-til à la puissance africaine, comment semble-t-elle renversée sur la terre? comment! si ce n'est parce qu'elle a perdu en quelque sorte sa dignité céleste, quand elle a perdu l'éclat de son antique opulence. Je tirerai du milieu de toi le feu qui te dévorera. Quoi de plus vrai ? du milieu de leurs iniquités, un feu vengeur est sorti, qui a dévoré le bonheur des premiers temps. — Tous ceux qui t'ont connu parmi les nations, seront stupéfaits sur toi. Avouons que ces paroles ne conviennent point à l'Afrique, si les bouleversemensde cette contrée ne font point le deuil du genre humain. — Tu es devenu comme un néant, et tu ne seras plus à jamais. Il est assez manifeste que là tout s'est affaissé en ruines. Il reste à souhaiter que les châtimens éternels ne deviennent point encore la continuation des malheurs présens.

ditiu , inquit, factus es, et non eris amplius in œternum. In perditionem illic jam deducta omnia satis constat. Superest ne malorum praesentium pœnas etiam aelernorum continuatio consequatur.

Non patiatur hoc autem pro affectu suae misericordia e Deus. Nam quantum ad meritum nostrorum criminum pertinet, ita se res habet ut pati posse videatur. Quid enim piaculorum est non illic semper admissum? Nec de omnibus dico; quia et enormia fere sunt, et sciri ac dici tanta non possunt. De sola vel maxime obscœnitate impuritatum loquor, et quod est gravius, sacrilegiorum. Praetermitto in aliquo rabiem cupiditatis, vitium totius generis humani. Praetereo avaritiae inhumanitatem, proprium est Romanorum pene omnium malum. Relinquatur ebrietas, nobilibus ignobilibusque communis. Taceatur superbia et tumor. Tam peculiare hoc divitum regnum est, ut aliquid forsitan de jure suo se putent perdere, si hinc sibi alius quicquam vbluerit vindicare. Transeatur denique prope omne fraudum, falsitatum, perjuriorum nefas. Nulla unquam his malis Romana civitas caruit, etsi specialius hoc scelus Afrorum omnium fuit. Nam, sicut in sentinam profundae navis conluviones omnium sordium, sic in mores eorum quasi ex omni mundo vilia fluxerunt. Nullam enim improbitatem scio quae illic non redundaverit, cum utique etiam pagana e ac ferae gentes, et si habeant specialiter mala pro

Puisse le Seigneur ne pas le permettre dans sa clémence et sa miséricorde! Toutefois, à ne considérer que nos crimes, il ne saurait nous réserver un autre sort. Car enfin, quel forfait y a-t-il qui n'ait été commis sur cette terre infortunée? Je ne parlerai point de tous les désordres; ils sont énormes, et tant d'abominations ne sauraient être ni connues, ni exprimées. Je m'en tiens à ces impuretés obscènes, et ce qui est plus grave, à ces infâmes sacriléges. Je laisse là cette rage de cupidité, vice de tout le genre humain. Je tairai cette inhumanité d'avarice; c'est le caractère propre de presque tous les Romains. Laissons là l'ivrognerie, également commune aux nobles et aux roturiers. Passons sous silence l'orgueil et l'enflure. C'est là le domaine si privi-' légié des riches, qu'ils croiraient sans doute perdre de leur droit, si tout autre prétendait s'arroger quelque chose de cette élévation. Oublions enfin cette atrocité de fraudes, de fourberies et de parjures. Jamais cité romaine ne fut exempte de ces vices, qui toutefois sont plus particuliers aux Africains. Comme la sentine d'un immense vaisseau devient le réceptacle de toutes les immondices, ainsi les crimes du monde entier se sont en quelque sorte glissés dans leurs mœurs; car je ne connais pas de désordre qui n'ait établi là son séjour; quoique les nations païennes et barbares aient des vices qui leur sont propres, tout en elles cependant n'est

pria, non sint tamen in his omnia execrationedigna. Gotliorum gens perfida, sed pudica est; Alanorum impudica, sed minus perfida; Franci mendaces, sed hospitales; Saxones crudelitate efferi, sed castitate mirandi. Omnes denique genies habent sicut peculiaria mala, ita etiam quaedam bona. In Afris pene omnibus nescio quid non malum. Si accusanda est inhumanitas, inhumani sunt; siebrietas,ebriosi; si falsitas, fallacissimi; si dolus, fraudulentissimi; si cupiditas, cupidissimi, si perfidia, perfidissimi. Impuritas eorum atque blasphemia his omnibus admiscenda non sunt, quia illis quae supra diximus malis aliarum gentium vitia, his autem etiam sua ipsa vicerunt.

Acprimum, ut de impuritate dicamus, quis nescit Africam totam obscœnis libidinum taedis semper arsisse, non ut terram ac sedem hominum, sed ut /Etnam putes impudicarum fuisse flammarum?Nam, sicut ■4£tna intestinis quibusdam naturae ferventis ardoribus, sic illa abominandis jugiter fornicationum ignibusaestuavit. Nec voloin hac readsertionibus meis credi; testimonium requiratur generis humani. Quis non omnes omnino Afros generaliter sciat impudicos, nisi ad Dcum forte conversos, id est, fide ac religione mutatos? Sed hoc tam rarum est ac novum, quam raruni videri potest quemlibet Gaium non esse Gaium, aut quemeunque Seium non esse Seium. Tam infrequens enim est hoc cl inusitatum , impudicum

« ZurückWeiter »