Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

pas digne d'exécration. Les Goths sont perfides, mais amis de la pudeur; les Alains, impudiques, mais sincères; les Francs, menteurs, mais hospitaliers; les Saxons, d'une cruauté farouche, mais d'une chasteté admirable. Toutes les nations enfin, ont des vices et des vertus qui leur sont propres; mais je ne sais quel désordre ne règne pas chez presque tous les Africains. S'agitil d'inhumanité, ils sont inhumains; d'ivrognerie, ils sont ivrognes; de fausseté, ils sont trompeurs; de fourberie, ils sont fourbes; de cupidité, il sont cupides; de perfidie, ils sont perfides. Leur penchant à l'impureté et aux blasphèmes ne doit point entrer dans cette énumération, et s'ils surpassent les autres peuples par les vices que nous venons de signaler, ils se surpassent euxmêmes par ces deux derniers.

Et d'abord, pour parler de l'impureté, qui ne sait que les torches impures de la volupté brûlèrent toujours dans l'Afrique entière? Vous croiriez, non point que c'est une terre et un séjour d'hommes, mais un Etna de flammes impudiques ? Comme l'Etna sent bouillonner dans son sein les ardeurs d'une nature dévorante , ainsi l'Afrique fut toujours consumée des feux abominables de la fornication. Et je ne prétends point que, en cette matière, on s'en tienne à mes paroles; qu'on en appelle au témoignage du genre humain. Qui ne sait que tous les Africains sont en général impudiques, si l'on excepte peut-être les personnes converties à Dieu, c'est-à-dire , changées par la foi et la religion? Mais cela est aussi rare et aussi étrange qu'il le serait de voir un Gaius n'être pas Gaius, un Seius n'être pas Seius. Il est aussi rare, aussi insolite de voir un Africain n'être non esse Afrum, quam novum et inauditum, Afrum non esse Afrum. Ita enim generale in eis malum impuritatis est, ut quicumque ex eis impudicus esse desierit , Afer non esse videatur. Nec discurram per loca singula, aut cunctas discutiam civitates, ne studiose videar quaerere atque investigare qua e dicam. Una tantum universarum illic urbium principe et quasi matre contentus sum, illa scilicet Romanis arcibus semper aemula, armis quondam et fortitudine, post splendore et dignitate. Carthaginem dico , et urbi Romae maxime adversariam, et in Africano orbe quasi Romam; quae mihi ideo in exemplum au testimonium sola sufficit, quia universa penitus quibus in toto mundo disciplina Reipublica3 vel procuratur, vel regitur, in se habuit. Illic enim omnia officiorum publicorum instrumenta, illic artium liberalium scboke, illic philosophorum officinae, cuncta denique vel linguarum gymnasia vel morum, illic quoque etiam copiae militares, et regentes militiam potestates, illic honor proconsularis, illic quotidianus judex et rector, quantum ad nomen quidem Proconsul, sed quantum ad potentiam Consul; illic denique omnes rerum dispensatores, et differentes inter se tam gradu quam vocabulo dignitates, omnium, ut ita dicam, platearum et compositorum procuratores , cuncta ferme et loca urbis et membra populi gubernantes. Hac ergo tantum contenti sumus ad exempoint inpudique, qu'il serait etrange et inoui de voir un Africain n'être point Africain; car le vice d'impureté est si général parmi eux, que quiconque cesserait d'être impudique, semblerait dès lors cesser d'être Africain. Je ne courrai point de lieux en lieux, je ne scruterai point les villes une à une, de peur qu'on ne m'accuse de recourir à des investigations minutieuses pour trouver ce que je veux dire. Je me contente de cette cité reine et mère en quelque sorte de toutes les villes africaines, de cette cité rivale éternelle de Rome, par ses armes d'abord et par son courage , puis ensuite par sa splendeur et son éclat. Je parle de Carthage, celte formidable ennemie des Romains, cette autre Rome de la terre d'Afrique; seule, elle me suffit pour exemple et pour témoignage; car, tout ce qui peut au monde constituer les élémens d'une république, elle le posséda dans son sein. Là, se trouvait tout ce qui peut favoriser les professions civiles; là, se trouvaient des académies pour les arts libéraux, des écoles de philosophie, des gymnases de langues ou de mœurs, des forces militaires et des généraux pour les commander; là encore la dignilé proconsulaire, là un juge et un gouverneur permanent, avec le titre de proconsul, il est vrai, mais avec le pouvoir de consul; là enfin des officiers publics, des dignitaires aussi différens par le rang que par le nom; pour chaque place pour chaque rue, en quelque sorte, des juges qui gouvernaient tous les lieux de la ville, tous les membres d'un si grand peuple. Nous nous contentons de cette seule ville pour faire juger des autres cités; il sera facile de comprendre ce qu'elles devaient être, n'ayant- pas une police aussi réglée, lorsque nous aurons vu ce qu'était plum ac testimonium cœlerarum; ut intelligumus scilicet quales illa: fuerint civitates quae minores habuerunt probi ofïicii procurationes, cum viderimus qualis extiterit ubi summi semper fuere rectores. Quo loco prope est ut pœnileat me promissionis meae, id est, quod superius spopondi, cunctis prope Afrorum criminibus praetermissis, de impuritatibus praecipue ac blasphemiis eorum esse dicturum. Video enim quasi scaturientem viliis civitatem, video urbem omnium iniquitatum genere ferventem; plenam quidem turbis, sed magisturpitudinibus;plenam divitiis,sed magis vitiis; vincentes se invicem bomines nequitia flagitiorum suorum, alios rapacitate, alios impuritate certanles; alios vino languidos, alios cruditate distentos; hos sertis redimitos, illos unguentis oblitos; cunctos vario luxus marcore perditos , sed pene omnes una errorum morte prostrastos; non omnes quidem vinolentia temulentos, sed omnes tamen peccatis ebrios. Populos putares non sani status, non sui sensus, non animo incolumes, non gradu, quasi in morem baccharum crapulae catervatim inservientes. .Tam vero illud cujusmodi, aut quam grave, genere quidem dispar, sed iniquitate non dispar, nisi hoc dispar forte, quia ma jus! Proscriptiones dico orphanorum , viduarum adflictiones, pauperum cruces, qui ingemiscentes quotidie ad Deum, ac linem malorum imprecantes, et quod gravissimum la ville de Carthage, même avec de puissans gouvernemens. Et ici, peu s'en faut que je ne me repente de mes promesses, et qu'il ne me fâche de m'être engagé à signaler avant tout les impuretés et les blasphèmes des Africains, laissant de côté leurs autres excès. Je vois une ville où les crimes débordent, je vois une ville où se remuent tous les genres d'iniquités; une ville pleine de peuple, et plus encore d'infamies; pleine de richesses, et plus encore de vices; des hommes qui se surpassent les uns les autres par la noirceur de leurs forfaits; rivalisant, les uns de rapacité, les autres, d'impureté; les uns, chancelant d'ivresse; les autres, gorgés de bonne chère; ceux-ci, couronnés de fleurs, ceux-là, couverts de parfums; tous énervés d'un luxe dégradant, presque tous plongés dans les mêmes erreurs de mort; tous ne sont pas dans le vertige du vin, mais tous néanmoins sont dans l'ivresse du crime. Vous diriez un peuple qui a perdu le sens,- qui ne se connaît plus luimême, dont l'esprit est malade, la démarche incertaine, et qui se jette en foule dans la crapule, à la manière des Bacchantes. Et les crimes dont je vais parler, combien ils sont étranges, combien ils sont graves! Quoique d'une espèce différente, ils ne diffèrent pas en malice, à moins peut-être qu'on ne trouve cette différence dans leur grandeur. Je veux signaler la proscription des orphelins, l'oppression des veuves, les croix des pauvres. Ces victimes, gémissant tous les jours devant Dieu , demandant un terme à leurs maux, et, ce qui est bien plus grave encore, appelant, dans l'excès de leurs amertumes , la présence de l'ennemi, ont obtenu enfin de souffrir en commun, de la part des barbares, une op

« ZurückWeiter »