Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

est, interdum vi nimiae amaritudinis etiam adventum hostium postulantes, aliquando a Deo impetraverunt ut eversionem tandem a barbaris in commune tolerarent, quam soli a Romanis ante toleraverant.

Sed esto, haec omnia praetermittantur, quia et in omni ferme aguntur orbe Romano, et spopondi me de bis malis hoc loco pauca dicturum. Quid ergo? Impudicitia atque impuritas, de qua loquor, numquid non ad eversionem Afrorum sola suffecerat? Quae enim fuit pars civitatis non plena sordibus, quae intra urbem platea aut semita non lupanar? Adeo omnia pene compita, omnes vias, aut quasi foveae libidinum interciderant, aut quasi retia praetexebant; ut etiam qui ab hac re penitus abhorrerent, tamen vitare vix possent. Latronum quodammodo excubias videres , commeantium viatorum spolia captantes, qui insidiarum frequentium densitate ita omnes admodum calles, omnes anfractus ac diverticula sepsissent, ut nullus ferme tam cautus esset qui non in aliquos insidiarum laqueos incurreret, etiam qui se de plurimis expedisset. Fœtebant, ut ita dixerim, cuncti urbis illius cives cœno libidinis, spurcum sibimetipsis mutuo impudicitiae nidorem inhalantes; sed horrori eis tamem horrida ista non erant, quia idem omnes horror infecerat. Unam enim putes illic fuisse libidinum fornicationumque sentinam, cœnum quasi ex omni platearum et cloa

pression qu'ils avaient enduree seuls auparavant, de la part des Romains.

Mais soit; laissons là tous ces désordres, parce qu'ils régnent dans presque tout le monde romain, et que j'ai promis d'ailleurs de n'en dire que peu de mots. Quoi donc? ces turpitudes et ces impuretés dont je parle, n'auraient-elles pas suffi toutes seules pour entraîner la ruine de l'Afrique? Et en effet, quelle partie de Carthage, qui ne fût un théâtre de sales voluptés? Quelle place, quelle chemin dans la ville qui ne fût un lieu de prostitution? presque toutes les rues, toutes les voies présentaient comme des pièges, comme des filets de débauche, en sorte que la pudeur elle-même avait peine à s'en garantir. Vous eussiez vu là comme des larrons apostés pour dépouiller les voyageurs; des embûches sans nombre, dans tous les sentiers, dans tous les détours et les passages, embarrassaient la route à chaque pas, au point que nul homme, si prudent fût-il, ne pouvait s'empêcher de donner dans quelques-uns de ces pièges, même après en avoir évité plusieurs. Tous les habitans de la ville portaient, pour ainsi dire, avec eux, une odeur de libertinage, et ils se communiquaient les uns aux autres une haleine fétide d'impudicité qui s'exhalait de leurs bouches. Mais un mal si horrible ne leur faisait pas horreur, parce que tous en étaient également infestés. Vous eussiez pris Carthage pour une sentine de débauches et de fornications , pour un égoût où se rendaient toutes les immondices des rues et des Tom. II. 5

carum labe collectum. Et quae illic spes esse poterat, ubi, praeter id quod in Domini templo erat, nihil videri penitus nisi sordidum non licebat? Quanquam quid dicam in Dei templo? Hoc quippe totum ad sacerdotes tantum et clerum pextinet; quos non discutio, quia Domini mei ministerio reverentiam servo, et quos ita solos puros fuisse arbitrer in altario, sicut, pereuntibus Sodomis, solum Loth fuisse legimus in monte. Cœterum, quantum ad plebem pertinet, quis in illo numero tam innumero castus fuit? castum dico. Quis non fornicarius, non adulter, et hoc sine cessatione, sine termiuo? Rursum elamitem itarjue necesse est : quae spes in illo populo esse poterat, ubi cum unus interdum adulter plebem ecclesiasticam polluat, ibi inter tôt millia si diligentissime quaereres, castum vel in Ecclesia invenire vix posses? Plus multo dicam. Utinam haec essent sola quae diximus, et contenta illic virorum impuritas fuisset solis sordidarum mulierum fornicationibus inquinari. lllud gravius, et seelestius, quod illa de quibus beatus Apostolus Paulus cum summa animi lamentatione conqueritur, in Afris pene omnia fuerunt : scilicet quia masculi, relicto naturali usu fcemince, exarserunt in desideriis suis in inyicem, masculi in masculos turpitudinem, exercentes, e( mercedem quam oportuit errqris sui in semetipsis recipientes. Et sicut non probaverunt Deum habere cloaques. Et quel espoir pouvait-il rester dans un lieu où, si vous exceptez les temples du Seigneur, on ne voyait rien qui ne salît les regards? Encore même que parjé-je des temples de Dieu ? cela, c'est tout le fait des prêtres et du clergé; je ne scruterai pas leur conduite, parce que je garde le respect qui est dû au ministère du Seigneur; j'aime ù croire que , seuls, ils se sont conservés purs à l'autel, comme autrefois Loth fut seul préservé, sur la montagne, de l'embrasement de Sodome. Quant au peuple, où était dans une foule si nombreuse un homme qui fût chaste? que dis-je, chaste! Qui donc ne menait pas une vie de fornication, d'adultère , et cela, sans intervalle, sans fin ? 11 faut bien alors que je m'écrie de nouveau ; s'il est vrai qu'un seul adultère souille quelquefois le peuple chrétien, quel espoir pouvait-il rester à une ville où, parmi tant de citoyens, après d'attentives recherches, on trouvait à peine, même dans l'église, un homme chaste? je dirai plus encore. Plût à Dieu que ce fût là tout, et que l'impureté des hommes s'en fût tenue à forniquer avec des femmes déhontées! Ce qu'il y a de plus grave et de plus criminel , c'est qu'on a vu en Afrique, presque tous les désordres que le bienheureux Apôtre Paul déplore dans l'amertume de son ame. Les hommes, dit-il, rejetant l'union des deux sexes , qui est selon la nature, ont été embrasés de désirs les uns pour les autres , Ihomme commettant avec Vhomme des crimes infâmes, et recevant ainsi far eux-mêmes la peine quiétait due à leur égarement. Et comme ils n ont pas fait usage de la connaissance de Dieu, Dieu aussi les a livrés à un sens dépravé, en sorte qu'ils ont fait des actions indignes de l'homme. Le bien

in notitia, tradidit illos Deus in reprobum sen- sum , ut faciam quœ non conwenit (1). Numquid hoc beatus Apostolus de barbaris ac feris gentibus dixit? non utique, sed de nobis, id est, specialiter de Romanis: quos quidem Afri, quia nequaquam olim vincere imperio ac sublimitate valuerunt, quodpotuerunt unum, impuritate vicecerunt. Quicumque ergo jure se mihi irasci putat, magis Apostolo irascatur: scilicet quia quod dicimus nos fuisse Afros, hoc ille dixit dominos eorum esse Romanos.

Sed forte \el id occultum quod loquimur erat, aut saltem hoc providebant procuratores, ne publics passim disciplinas oculos civitatis scelera propalata polluerent. Quod si factum utique fuisset, quamvis simul extitissent opere ipsosordidi, non omnes tamen fuerant visu atque animo sordidati; et solet satis res flagitiosa, quando agitur occulte, fidem facinoris non mereri. Supra omnem autem monstruosi piaculi exsecrationem est, scelus summum admittere , et pudorem sceleris non habere. Quid , rogo, fieri illic prodigiosius potuit? In urbe Christiana, in urbe ecclesiastica, quam quondam doctrinis suis Apostoli instituerant, quam passionibus suis martyres coronarant, viri in semetipsis fœminas profitebantur; et hoc, sine pudoris umbraculo, sine ullo verecundia;

(1) Rom. L 27-28.

« ZurückWeiter »