Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

LIVRE SEPTIÈME.

Argument.

Les calamités sont impuissantes pour corriger les Romains. — Ils se montrent en toutes choses plus vicieux que les Barbares. — Les peuples les plus favorises du ciel sont aussi les plus coupables. — L'Aquitaine.' — L'Espagne. — L'Afrique. — Ces régions, à cause de leurs crimes, ont été livrées aux ennemis les plus faibles. — Débordeméns des Africains. — Tableau de Cartilage. — Désordres publics. Indifférence des prêtres et des magistrats à les réprimer. — Modération et chasteté des Vvandales. — Maximes abominables de Socrate. — Récapitulation.

[ocr errors]

ooooooooooooooooooooooooooooooooottooo

Cum in conclusione libelli hujus qui nunc finitus est, de infirmitate ac miseria Ronaanorum nonnulla dixerim , contraria forsitan negotio quod nunc agimus dixisse videamur. Scio enim posse hoc loco subjici, hinc maxime probari quod non respiciat res humanas Deus, quia, cum Romani quondam pagani et vicerint et regnaverint, nunc Christiani et vincantur et serviant. Sufficere quidem ad confutationem objectionis istiùs poterant illa quae dudum de cunctis fere paganis gentibus dicta sunt, id est, magis peccare eos qui scientes negligant legem Dei quam qui non faciant nescientes. Sed tamen, si Deus annuerit, cum ad eam negotii partem accesserimus ut de veteribus Romanis aliqua dicantur, evidenter di

[ocr errors]

Ce que nous avons dit, sur la fin du livre precédent, de la faiblesse et dela misère des Romains, pourrait sembler peut-être défavorable au sujet que nous traitons. 11 est aisé, je le sais, de m'objecter ici : ce qui prouve surtout que Dieu ne considère point les choses humaines, c'est que, idolâtres, les Romains autrefois vainquirent et régnèrent; tandis que, chrétiens aujourd'hui , ils sont vaincus et esclaves. Pour détruire cette objection, il suffirait sans doute de ce qui a été dit déjà de presque toutes les nations païennes, qu'ils sont bien plus coupables les hommes qui négligent la loi divine avec connaissance de cause que ceux qui ne l'accomplissent point sans le savoir. Mais toutefois, si Dieu me prête secours , lorsque, dans la suite de cet ouvrage, je serai amené à parler des vieux Romains, je prouverai manifestement avec l'aide du ciel que les bienfaits du Sei

. vino mmiere adprobabimus'tam justum tune erga illos fuisse Domini favorem quam nunc erga nos justam severitatem, tam dignum illud fuisse quod Uomanos tune Deus auxilio suo extulit, quam nunc dignum esse quod punimur. Atque utinam pœna ipsa prodesset! Illud gravius multo ac luctuosius, quod post pœnam nulla correctio est. Curare nos vult castigationibus suis Dominus; sed curam remedia non sequuntur. Quid hoc mali est? Jumenta ac pecudes sectione curantur; et putrefacta mulorum, et asinorum, porcorum viscera, cum adusta cauteriis fuerint, munus medicae adustionis agnoscunt, statimque ubi aut cremata aut desecta fuerit vitialorum corporum labes, in locum demortiue carnis viva succedit. Nos et urimur, et secamur; sed nec ferri desectione, nec cauteriorum adustione sanamur;imo, quod est gravius, cura ipsa deteriores sumus. Et ideo, non frustra nobis evenit quod evenire pecudibus et jumentis solet,qua e inremediabiles morbos ferunt. Nam in omnibus partibus mundi, quia curis medicantibus non corrigimur, morte atque occisione fmimur. Ecce enim, ut non repetam quae multo ante jam dixi, hoc ipsum quale est quod paulo ante memoravi, scilicet quia et miseri pariter et luxuriosi sumus? Esto enim;, sint vitia ista (elicium, (quamvis nemo idem et probrosus esse possit et felix, quia ubi non est vera honestas, non est vera felicitas) sed tamen, ut supra

« ZurückWeiter »