Abbildungen der Seite
PDF

nie ! il a été un temps que vous étiez la chose du monde à laquelle mon cœur pensoit le moins , & que j'avois plus d'estime pour la vanité & pour les créatures que pour les trésor de votre grace , & pour l'espérance de votre gloire ; mes desirs donnoient la loi à ma vie , j'obéiffois aveuglement à mes convoitises , & je faisois aussi peu de cas de vous , que si jamais je ne vous eusse connu. J'ai été cette insensée , qui a dit en son cœur: il n y a point de Dieu ; parce que j'ai vécu long-temps comme si j'eusse crû qu'il n'y en avoit point. Je n'ai jamais rien fait pour votre amour , je n'ai jamais craint votre justice , je ne me fuis jamais retirée du mal par la crainte de vos Loix; je ne vous ai jamais rendu les graces que je vous devois pour vos bienfaits. Et quoique je fusse que vous êtes par-tout, je n'ai pas laissé de vous offenser impunement en votre présence. J'ai accordé à mes yeux tout ce qu'ils ont desiré , &c je n'ai jamais fait la moindre violence à mon cœur , pour le détourner d'aucun plaisir déréglé : ma vie n'a été qu'une . opposition & une guerre continuelle contre vous , & qu'un renouvellement de tous les tourmens & de toutes les peines que vous avez foufferts pour moi.

MÉDITATION

Pour le second jour.

QUelque indigne que je sois de vous recevoir dans ce Sacrement Eucharistique , vos miséricordes me font espérer que ce pain de vie me donnera la vie éternelle. Faites que j'examine bien 'si je n'ai plus aucune part avec les démons car on ne peut pas participer à leur table & à la vôtre. Lavez-moi les pieds comme à vos Apôtres , & si je ne suis pas encore pure dans tout le; reste , lavez-moï non-feulement les pieds , mais aníîì les mains & la tête; puisque fi vous ne me lavez, je ne puis avoir de part avec vous. Purifiez-moi de tout ce qui fouille le corps ou l'cfprit , & achevez l'œuvre de ma sanctification par votre crainte. Purifiezmoi du vieux levain , & rendez-moi une créature nouvelle & toute pure , pour manger le corps de l'Agneau qui a été immolé pour moi. Faites que je mange , non avec le vieux levain du péché , ni avec le levain de la malice & de la corruption; mais avec les fentimens d'un cœur vraiment contrit & smcèrement converti.

Que mon cœur devienne tout brûlant en moi , lorsque je vous recevrai , &c que vous me parlerez. Que mes yeux s'offrent dans cet heureux moment:

Que Que je vous reconnoiffe pour mon Seigneur & mon Dieu : Que je voie le vuide affreux de tout ce qui est créé, & que j'avoue qu'il n'y a que vcus seul qui puissiez me satisfaire &c remplir tous mes desirs & toutes mes affections.

Vivifiez-moi , Seigneur , par votre Esprit ; car votre chair séparée de cet esprit ne sert de rien. Vous me commandez de prendre & de manger votre Corps en mémoire de vous , 8c pour annoncer votre mort, faites-moi mourir au péché , & vivre en vous. Faites qu'étant crucifiée avec vous, je puisse dire avec l'Apôtre : Je vis ou plutôt ce n'eji point moi qui vis , mais ceji Jtsus-Ckri(l qui vit en moi.

M'appuyant donc , Seigneur , sur votre bonté & sur votre miséricorde , je viens à vous , comme malade & infirme , à mon médecin & mon Sauveur , & comme à celui qui est ma force & ma consolation. •

Que puis - je penser de meilleur & de plus salutaire j <[ue de m'humilier profondement devant vous , & d'adorer votre bouté. Vous êtes le Saint des Saints , & vous ne dédaignez pas de vous abaisser jusqu'à moi , qui ne suis pas digne d'élever les yeux vers vous.

Vous venez à moi , vous voulez être avec moi , vous m'invitez à votre table , vous voulez me donner à manger le pain

C

du Ciel , le pain des Anges , le pain vivifiant , qui n'est autre que vous-même , que vous qui êtes le pain descendu du Ciel , & qui donnez la vie au monde. C'est vous , mon Seigneur & mon Dieu , vrai Dieu &c vrai Homme., qui êtes renfermé en cette Hostie , que je dois recevoir. Mettez en moi les dispositions avec lesquelles vous voulez que je vous reçoive : donnez-moi une foi vive , une humilité profonde , une charité ardente.

Conservez fans tâche mon cœur & mon corps , afin que je puisse plus souvent participer au bonheur de vous recevoir. C'est en vous seul en qui je trouve tout ce que je puis , & tout ce que je dois desirer. Vous êtes mon salut & ma rédemption: vous êtes mon espérance & ma force: vous êtes mon bonheur , ma vie , & ma gloire.

Mon ame brûle du desir de recevoir votre corps adorable , & mon cœur d'être uni à vous ; car vous êtes l'unique consolation de l'ame fidèle , pendant qu'elle est étrangère & exilée ici-bas dans son corps mortel. Rien n'est digne ici-bas % ô mon Dieu! d'être aimé: vous ferez le seul que j'aimerai toute ma vie, &c que je desire aimer pendant toute l'éternîté.

MÉDITATION.

Pour U troisième jour.

OProdige jncompréhensible d'amour! vous m'aimez , Seigneur ! Eh qui suis-je ? Vous m'aimez jusqu'à i'excès 1 Et que trouvez-vous en moi d'aimable î II est vrai qu'à mon Baptême j'avois reçu dans mon ame l'image de la Divinité , mais hélas! que cette image a été défigurée par mes innombrables péchés 1 je ne puis revenir de l'étonnement où me jette un fi prodigieux amour. Daignez , Seigneur , daignez écouter là-deíîus les sentimens de mon cœur , car ma langue n'a point de paroles pour les exprimer: que pourrai-je faire , ô mon aimable Sauveur , pour reconnoître I'excès de votre amour ? Je vous • aime de tout mon cœur , je voudrois avoir un million de cœurs pour répondre en quelque façon à votre amour. Je ferois bien dure & bien insensible , si l'ardeur de votre , amour n'attendrisioit mon cœur ; si ce brasier du plus pur amour dont brûle le votre , n'en allurrœit au moins quelque étincelle dans le mien.

Je vous proteste que je ne veux aimer que vous ; je veux que vous soyez Puni 1 que objet de toutes mes asseyions. Le matin , le soir , à toute heure , à tout

« ZurückWeiter »