Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

quelles lar

[ocr errors]
[ocr errors]

les actions de graces , quelles hofties de louanges ne dois-je point vous facrifier ô mon Dieu ! Mais quelle douleur devroit pénétrer mon coeur mes devroient noyer mes yeux pour y être tombée : Donnez-moi mon Dieu, la grace de ne vivre plus que pour vous remercier continuellement de cette effusion abondante que je viens de recevoir de votre Sang , & de pleurer sans cesse ma misère passée. Mais mon Dieu

affermissez votre ouvrage,

achevez l'oeuvre de ma converfion foutenez-moi de votre bras toutpuissant , afin que je ne cède plus aux attaques du démon, ni aux emportemens de mes passions.

Faites que je fuie les occasions clu péché, que je répare tout le mal qui s'en est enfuivi. , que je sois fidèle à vos Commandemens , & que j'y persévère jusqu'au dernier soupir de ma vie. Agréez , mon Dieu

la pénitence qui m'a été imposée , & celle que j'y ajouterai , pour la satisfaction que je dois à votre justice. Dans le desir de venger sur moi les offenses que j'ai commises embraffe & j'accepte tous les maux qui peul, vent m'arriver par la disposition de votre Providence ; je veux les fouffrir avec foumission avec patience , & en esprit de pénitence ; je mérite bien que toute la na

[ocr errors]
[ocr errors]

ture conspire avec vous pour me persécuter , après que j'ai offensé fon Créateur.

Tout ce que je peux faire ou souffrir ne suffit pas pour satisfaire votre justice ; mais je vous offre en même temps les mérites de Jesus-Christ votre Fils unique infiniment plus grands que mes péchés. Je suis assez capable de pécher , & je ne peux de moi-même y satisfaire ; je vous offre tout en Jesus-Christ qui me fortifie & en qui j'ai une satisfaction très-abondante à vous offrir.

Je vous présente donc le prix de ma rédemption, puisqu'ayant pris sur soi mes iniquités , il les a portées sur la Croix dans son propre corps;

il
a souffert

pour

les pier , & m'a fait part de ses mérites & du fruit de les travaux, de ses souffrances & de fa très-sainte Mort.

Regardez Seigneur , non pas votre justice ni mes çuvres mais la personne de votre Christ, dans lequel je veux vous fatisfaire ; voyez fon Corps sacré immolé pour moi sur le cruel autel de la Croix , & fur l'autel innocent de votre Eglise , & écoutez la voix de fonSang qui vous demande miséricorde.

ex

[ocr errors]

Toute la vie Chrétienne , selon l'Evangile , doit être une pénitence continuelle ; & il ne faut pas se contenter de s'être confeffé, & d'avoir pratiqué quelques actions fa:isfactoires pour ses péchés, on doit conserver toujours l'esprit de pénitence ; &

dans cet esprit, s'humilier devant Dieu, que l'on a eu le malheur d'offenfer. Détestez votre ingratitude, veillez sans cesse sur votre conduite pour ne pas retomber après la grace reçue ; exercez-vous dans les æuvres de piété , de mortification & de charité. Faites tous les jours l'examen de votre confcience, & fi vous trouvez que vous soyez retombée en quelques fautes, cherchez-en le remède par la contrition du cœur ; & au plutôt par le Sacrement , auquel vous devez vous présenter souvent, comme à la véritable piscine qui guérira vos maladies.

Vous voyez que vous avez été guérie , ne péchez plus , de peur qu'il ne vous arrive un plus grand mal.

Il faut que le péché, quelque grand ou petit qu'il soit, soit puni , ou de l'homme pénitent, ou de Dieu vengeur ; voulez-vous que Dieu ne le punisse pas, punissez-le vous-même. Si vous ne faites pénitence, vous périrez tous.

Quiconque ne prend pas sa Croix & ne me suis pas, n'est pas digne de moi.

Que ferviroit à un homme de gagner tout le monde, & de perdre son ame?

Le Royaume des Cieux est attaqué par la force, & c'est la violence qui l'emporte.

Prenez garde à vous , veillez & priez , parce que vous ne savez pas quand le temps du Jugement ) doit venir.... ce que je vous dis , que vous veillez , je le dis à tous.

Il y aura plus de joie dans le Ciel pour un pécheur qui fait pénitence, que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n'ont pas besoin de pénitence.

8o

PRATIQUE

POUR LE JOUR

DE LA SAINTE COMMUNION.

S

ge-Gardien dit ce qu'un Arge dit autrefois aú Prophète Élie : Levez-vous & manger; ou ces paroles de l'Evangile ; Voici l'Epoux qui vient, allez audevant de lui ; ou ces autres : Venez aux Nộces a tout est prét.

En vous habillant, fongez à revêtir votre ame de la robe nuptiale, de crainte d'être chassée avec ignomi. nie de la Calle du feftin. Faites des Actes de Contrition pour vous dépouiller du vieil homme. Pratiquez des A&tes de Foi , d'Espérance & de Charité, pour vous revêtir du nouveau.

Étant habillée , dites les Prières du Matin. qui sont ci-devant à la page 3. Puis faites la Méditation suivante , pour vous disposer à communier dignement.

O evenje fuis indigne de vous re

M É DI TATION
Avant la Sainte Communion.
Que je
uis

de vous recevoir mon Souverain & Dieu ! Hélas ! qui suis-je , & qui êtesvous ? Vous êtes le plus beau & le plus parfait des enfans des hommes , êtes le Fils unique du Dieu vivant, égal en tout à votre Père : vous êtes infiniment bon , infiniment puissant , infiniment sage infiniment Saint, ou plutôt vous êtes la

vous

bonté, la sagesle, la puissance, la fainteté même. Et moi je ne suis qu'un ver de terre, qu'un amas de boue & de corruption , un grain de poussière , un néant. Que dis-je ? Je suis encore quelque chose de plus méprisable que tout cela, je suis une pécherefle , une ingrate qui ai abuse de vos bienfaits

qui me suis révoltée contre vous , l'unique & le souverain Maître de mon coeur ! Non , Seigneur, je ne mérite pas que vous me faffiez la grace de venir dans moi.

Vous n'ignorez pas mes misères & cependant vous m'invitez avec une tendresse & un empreffement extrême à vous recevoir ; vous me le commandez, vous me menacez de la mort si je ne le fais. Mon indignité me fait trembler mais vos aimables invitations tant de. fois réitérées me rassurent. Je sais qu'il faudroit avoir la pureté des Anges pour vous recevoir , & fi j'ose approcher de la Sainte Table , c'est que je sais que vous êtes un Dieu de miséricorde , & que vous m'avez rachetée en répandant pour moi votre précieux fang. "Humblement profterné aux pieds de vos Autels , je vous facrifie l'attachement à mes commodités ; je vous facrifie ces defirs em pressés d'être estimée & d'être aimée des hommes : Je vous facrifie cette humeur fière & intrajtáble , je vous facris

[ocr errors]
« ZurückWeiter »