Histoire ancienne et moderne d'Abbeville et de son arrondissement

Cover
A. Boulanger, 1834 - 606 Seiten
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 29 - Milites (Chevaliers) devait entretenir pour chacun d'eux un cheval , un bouclier, une épée , une lance , et les autres armes. La chapelle des nobles...
Seite 29 - Servientium per omnia liber est ) ; la rue des Cordonniers munissait de souliers les valets et les cuisiniers de l'abbaye ; la rue des Bouchers était taxée...
Seite 147 - Le corps de ce chevalier, dont le casque avait pour cimier la queue d'un paon mêlée d'or, fut reconnu par son frère Geoffroy d'Harcourt. Le cri de sa maison : Harcourt ! Harcourt ! que ce dernier avait entendu pendant la bataille l'avait saisi de douleur et de remords. L'aspect de ce corps sanglant le fit frémir d'horreur ; il vint se jeter aux pieds de Philippe, l'écharpe au cou en...
Seite 30 - Saint-Riquier, qui possédoient des terres à titre de bénéfices militaires. On voit de plus treize autres villages sans mélange de fief; et ces villages , dit la notice , sont moins des villages que des villes et des cités. Le dénombrement des églises, des villes, villages et terres dépendants de Saint-Riquier...
Seite 226 - Torne, chanteur en place, qui payés li ont esté de don à li fait des graces de le ville, par courtoisie à li faite pour se paine et travail qu'il eut de canter en son romans des istoires des seigneurs anchiens, le jour...
Seite 153 - Villani, nous apprend qu'Edouard avait entremêlé à ses archers « des bombardes qui, avec du feu, lançaient de petites balles de • fer, pour effrayer et détruire les chevaux ; et que les coups de ces » bombardes causait tant de tremblement et de bruit, qu'il semblait • que Dieu tonnait, avec grand massacre de gens et renversement de
Seite 28 - Le marché, chaque semaine, fournissait quarante sous d'or, et le péage, vingt sous d'or. Treize fours produisaient chacun, par an, dix sous d'or, trois cents pains et trente gâteaux, dans le temps des Litanies. La cure de Saint-Michel donnait un revenu de cinq cents sous d'or, distribués en aumônes par les frères de l'abbaye. Le casuel des enterrements des pauvres et des étrangers était évalué, année courante, à cent sous d'or, également distribués en aumônes. L'abbé partageait chaque...
Seite 31 - Saint-Riquier, treize autres villes , trente villages , un nombre infini de métairies, ce qui produisoit un revenu immense. Les offrandes en argent , faites au tombeau de Saint - Riquier , s'élevaient seules par an à quinze mille six cents livres de poids, près de deux millions numériques de la monnoie d'aujourd'hui.
Seite 252 - ... qui leur en pourrait arriver. Des commissaires furent donc nommés de part et d'autre pour dresser le projet de traité. Il avait pour base les traités d'Arras et de Conflans ; mais tout ce qui s'était élevé de difficultés sur leur explication se trouvait résolu au bénéfice de la Bourgogne : la seigneurie pleine et entière avec le droit de lever des aides et...
Seite 432 - ... aux dites charges , ne pouvant satisfaire à la dépense qu'il convient de faire pour soutenir cette dignité , étant de médiocre condition et n'ayant que peu de biens , sont obligés d'abandonner leur commerce et profession...

Bibliografische Informationen