Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

ENCYCLOPEDIE

THÉOLOGIQUE,

OU TROISIÈME e'r DERNIÈRE

SÉRIE DE DICTIONNAIRES SUR TOUTES LES PARTIES DE LA SCIENCE RELIGIEUSE,

ORTRAIT II MAUÇAII, ET PAR ORDRE ALPHABÉTIQUE,
LA PLUS CLAIRE, LA PLUS FACILE, LA PLUS COMMODE, LA PLUS VARIÉR

ET LA PLUS COMPLÈTE DES THÉOLOGIES :

CES DICTIONNAIRES SONT, POUR LA TROISIÈME SÉRIE, CEUX :

DES SCIENCES POLITIQUES ET SOCIALES, — DES MUSÉES RELIGIEUX ET PROFANES, -
D'ÉCONOMIE CHRÉTIENNE ET CHARITABLE, — DES BIENFAITS DU CHRISTIANISME, DE MYTHOLOGIE UNIVERSELLE,
DE LA SAGESSE POPULAIRE, — DE TRADITION PATRISTIQUE ET CONCILIAIRE, — DES LÉGENDES CHRÉTIENNES, --
DES ORIGINES DU CHRISTIANISME, — DES ABBAYES ET MONASTÈRES CÉLÈBRES, -- D'ESTHÉTIQUE CURÉTIENNE,

- D'ANTITIILOSOPHISME, DES HARMONIES DE LA RAISON, DE LA SCIENCE, DE LA LITTÉRATURE
ET DE L'ART AVEC LA FOL CATHOLIQUE, – DES ERREURS ET SUPERSTITIONS POPULAIRES, -

DE THÉOLOGIE SCOLASTIQUE, — DES LIVRES APOCRYPHES, DE DISCIPLINE ECCLÉSIASTIQUE, -
D'ORFÉVRERIE CHRÉTIENNE, - DE TECANOLOGIE UNIVERSELLE, — DES SCIENCES PHYSIQUES ET NAI URELLES

DEPUIS L'ANTIQUITÉ LA PLUS RECULÉE JUSQU'A NOS JOURS, — DES CARDINAUX, DES PAPES,
DES OBJECTIONS POPULAIRES CONTRE LE CATHOLICISME, - DE LINGUISTIQUE, -- DE MYSTIQUE CHRÉTIENNE, -

DU PROTESTANTISME, - DES PREUVES DE LA DIVINITÉ DE JÉSUS-CHRIST, —
DO PARALLÈLE DES DOCTRINES RELIGIEUSES ET PHILOSOPHIQUES AVEC LA FOI CATHOLIQUE, -

DE BIBLIOGRAPHIE CATHOLIQUE, — DE BIBLIOLOGIE, — DES ANTIQUITÉS BIBLIQUES, —
DES SAVANTS ET DES IGNORANTS, - DE PHILOSOPHIE CATHOLIQUE, - D'HISTOIRE ECCLÉSIASTIQUE, -
DE PHYSIOLOGIE, — DE LA DOCTRINE CATHOLIQUE PROUVÉE EN SON ENTIER PAR LES SEULS CANONS DE3 CONCILES :
Publication sans laquelle on ne saurait parler ni lire utilement, n'importe en quelle siluation de la vie :

PUBLIÉE

PAR M. L'ABBÉ MIGNE,
ÉDITEUR DE LA BIBLIOTIÈQUE UNIVERSELLE DU CLERGÉ,

OU
DES COORI COMPLETI SUR CRAQUE BRANCHE DE LA SCIENCE ECCLÉSIASTIQUE.
PRIS : 6 FR. LE VOL. POUR LE SOUSCRIPTEUR A LA COLLECTION ENTIÈRE, OU A 50 VOLUMES CHOISIS DANS LES TROIS
Encyclopédies, 7 FR. ET MÊME. 8 FR. POUR LE SOUSCRIPTEUR A TEL OU TEL DICTIONNAIRE PARTICULIER.

. TROISIÈME SÉRIE.

60 VOLUMES, PRIX : 360 FRANCS.

TOME TRENTE-TROISIÈME

DICTIONNAIRE DES OBJECTIONS POPULAIRES.

TOME UNIQUE.

PRIX : 7 FRANCS.

S'IMPRIME ET SE VEND CHEZ J.-P. MIGNE, ÉDITEUR,
AUX ATELIERS CATHOLIQUES, RUE D'AMBOISE, 20, AU.PETIT-MONTROUGH, .

AUTREFOIS BARRIÈRE D'ENFER DE PARIS, MAINTENANT DANS PARIS.

[blocks in formation]

DES

OBJECTIONS

POPULAIRES
CONTRE LE DOGME, LA MORALE, LA DISCIPLINE ET L'HISTOIRE

DE L'ÉGLISE CATHOLIQUE,

CONTENANT, POUR CHAQUE DIFFICULTÉ,

UNE RÉPONSE CLAIRE ET PRÉCISE,

OITRANT, OUTRE LES PROPRES IDÉES DE L'AUTEUR, CE QU'ONT DIT DE PLUS REMARQUABLE LES

PLUS CÉLÈBRES APOLOGISTES TANT ANCIENS QUE MODERNES;

PAR M. L'ABBL PINARD,

Prêtre du diocèse de Tours, auteur de plusieurs autres ouvrages religieus.'

PUBLIÉ

PAR M. L'ABBÉ MIGNE,

ÉDITEUR DE LA BIBLIOTHÈQUE UNIVERSELLE DU CLERGÉ,

. 00
DES COURS COMPLETS SUR CHAQUE BRANCHE DE LA SCIENCE ECCLÉSIASTIQUE.

TOME UNIQUE.

PRIX : 7 FRANCS.

S'IMPRIME ET SE VEND CHEZ J.-P. MIGNE, EDITEUR,
AUX ATELIERS CATHOLIQUES, RUE D’AMBOISE, 20, AU PETIT-MONTROUGE,

AUTREFOIS BARRIÈRE D'ENFER DE PARIS, MAINTENANT DANS PARIS.

1860

Quelles sont les objections recueillies ici avec la uénomination de populaires ? - a qui s'adresse la réfutation qui en est faite ? — D'où sont tirées ces objectionis ? — D'où la réponse faite à chacune d'elles?

Avant d'entrer en matière, il nous a paru important de répondre, par avance, aux questions que se fera naturellement le lecteur en prenant cet ouvrage : Quelles sont, demanderat-on sans doute, los objections recueillies ici avec la dénomination de populaires ? A qui s'adresse la réfutation qui en est faite ? D'où sont tirées ces objections ? D'où la réponse faite à chacune d'elles ?

Les objections auxquelles nous avons entrepris de répondre dans cet ouvrage sont celles qui s'élèvent le plus communément contre la religion, et que nous appelons ici populaires, soit parce qu'elles ont cours déjà dans le public, soit parce qu'elles peuvent y pénétrer d'un jour à l'autre, étant à la portée du grand nombre. Quoique le danger soit moins pressant en ce dernier cas, il n'en est pas moins un danger véritable, contre lequel il importe de se prémunir.

Vous allez me demander peut-être ici s'il n'y a pas plus d'inconvénients que d'avantages à aller ainsi au-devant du danger, à le faire naître en quelque sorte, pour un certain nonbre, en lui donnant plus de publicité qu'il n'en a.

Mais non, nous ne faisons point naitre le danger : il existe réellement, avons-nous dit; quelques-uns y ont échoué, d'autres y échouent chaque jour; et d'un moment à l'autre, il peut devenir public. Il importe donc de le signaler hautement à ceux surtout qui, par état ou par position, étant chargés de conduire les autres, doivent étudier à fond le terrain sur lequel nous marchons, quel que soit, pour eux-mêmes, le résultat de celle étude. Nous ne pensons pas, du reste, qu'ils aient beaucoup à craindre; car, d'une part, ils sont forts; et, d'une autre part, Dieu n'abandonne jamais ceux qui se dévouent à sa gloire et au saJut de leurs frères.

Ce que nous venons de dire doit faire comprendre déjà à qui s'adresse plus particulièrement notre ouvrage. C'est au livre fait pour le peuple; mais non pas pour être remis entre les mains du peuple. Sa forme ne le permet pas ; et nous croyons, de plus, que tout recueil d'objections, quelle qu'en soit la forme, ne doit pas être remis, généralement parlant, entre les niains du peuple. Par suite de la corruption du cour humain, l'objection nous plait naturellement beaucoup plus que la réponse. L'objection est un trait empoisonné, destiné à blesser l'esprit ou le cour, si ce n'est même l'un et l'autre à la fois; la réponse à l'objection est le remède propre à prévenir ou à guérir la blessure : mais si, quand le remède arrive, la blessure est déjà faite, il faut du temps pour la guérir, et encore n'y parvieni-on pas toujours. Un recueil d'objections ne pourrait donc être remis entre les mails du peuple qu'autant qu'il ne renfermerait que des objections parfaitement connues; et encore serait-il à craindre que certains lecteurs ne les eussent pas toutes connues précé. demment,ou les vissent là présentées sous une forme nouvelle et plus saisissante. Quoi qu'il en soil des autres recueils d'objections, le nôtre n'est point destiné à être remis entre les mains du peuple, comme nous l'avons dit déjà. Fait pour le peuple, ainsi que son titre lo déclare, il ne s'adresse point à lui, immédiatement du moins, mais bien à ceux qui, soit par état, soit par position, sont chargés de le diriger. C'est un arsenal où ceux qui ont pour mission de combattre les ennemis du salut pourront apprendre à bien connaître les armes dont ils se servent le plus habituellement, et celles que nous devons prendre pour leur résister, et même les terrasser.

Ceci explique pourquoi nous n'avons pas cru devoir donner loujours le genre populaire aux 'objections que nous avons recueillies ici, non plus qu'à la réfutation que nous en avons faite. À quoi cela eût-il servi, la plupart du temps ? Ce qui est populaire ici ne le sera point ailleurs; en sorte qu'il y a presque toujours nécessité, quand on a étudié un sujet quelque part, de le modifier, pour l'approprier aus besoins de ceux à qui on veut s'adresser. Nous avons donc dù tenir au fond des choses beaucoup plus qu'à la forme, persuadé que ceux par l'intermédiaire desquels nous adressons nos idées au peuple, leur donneraient l'expression convenable, faisant ainsi ce que nous n'étions point obligé de faire, et ce qui nous élait même impossible la plupart du temps.

Ceci explique encore l'étendue que nous avons donnée à nos articles Dieu, Ame, Religion, Enfer.., en un rot à tous nos articles importants. « C'est trop long pour le peuple, » diroul quelques lecteurs. Sans doute, aussi n'est-ce point au peuple que nous parlons, mais à ceus

DICTIONS. DES OBJECT. POPUL.

« ZurückWeiter »