Tractatus de Indulgentia S. Mariae de Portiuncula. Nune primum entegre adicht P. Sabatier

Cover
Fischbacher, 1900 - 204 Seiten
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite xvii - Il ya quelques années, j'ai rejeté en bloc tout ce qui avait trait à ce fameux pardon, mais de nouvelles études entreprises à Florence, à Rome et surtout à Assise m'ont amené à la conviction que j'avais eu tort. Ces recherches m'ont fait découvrir un certain nombre de documents nouveaux ; puis elles m'ont montré que les documents traditionnels qui en passant par les mains de copistes ignorants, souvent indiscrets ou même sans scrupules, ont perdu une partie de leurs caractères originaux,...
Seite xliii - L'écart entre les premiers témoignages et la tradition orale allait en effet s'accentuant tous les jours et devait fatalement aboutir à des tentatives de conciliation entre les récits les plus hétéroclites. de la postérité pour des esprits peu critiques, plutôt que de renoncer à émouvoir et à exalter la piété de leurs auditeurs par des récits de visions et d'apparitions acceptés sans examen rigoureux. 11 faut cependant noter à leur éloge que leur désir d'harmoniser et de combiner...
Seite xxxii - ... saint François ; pour eux, l'indulgence est un fait à côté d'autres faits ; ils ne le voilent pas prudemment comme faisaient d'autres autour d'eux pour des motifs de politique ecclésiastique, mais ils ne lui donnent pas non plus, comme certains le firent plus tard, une place prépondérante ; c'est un détail dans la vie de leur maître, et ils y tiennent comme à un exemple particulièrement doux de sa puissance spirituelle. Ce qui est au premier plan, ce n'est pas l'indulgence, c'est saint...
Seite lxx - IPS liollandistes publieront le document dans son intégrité et que lu lumirrc foni|>li'Mo sera failo. toute l'histoire de la concession de l'indulgence. C'est une véritable compilation que nous avons devant nous; mais ce qui donne à celle-ci un caractère tout spécial, c'est qu'elle ne met en œuvre que les attestations qu'on a déjà vues. Fr. Théobald, en l'écrivant ne fait guère qu'apposer son visa épiscopal à ces témoignages et leur donner l'approbation de l'Ordinaire.
Seite lvi - ... à une faveur si inouïe ; 5° elle énerve le sacrement de pénitence, etc., etc. Je ne connais rien de plus serré ni de plus vivant que l'argumentation par laquelle Olivi répond à ses contradicteurs. Il faut lire et relire cela pour comprendre ce qu'était pour les Franciscains spirituels l'indulgence de la Portioncule et retrouver chez un disciple bien authentique du Poverello l'émotion que celui-ci dut ressentir à Pérouse lorsque le souverain pontife la lui la bibl.
Seite xxxii - Nous nous y trouvons en présence de disciples bien authentiques de saint François ; pour eux, l'indulgence est un fait à côté d'autres faits ; ils ne le voilent pas prudemment comme faisaient d'autres autour d'eux pour des motifs de politique ecclésiastique, mais ils ne lui donnent pas non plus, comme certains le firent plus tard, une place prépondérante ; c'est un détail dans la vie de leur maître, et ils y tiennent comme à un exemple particulièrement doux de sa puissance spirituelle....
Seite xxx - H n'est pas nécessaire de traîner Bartholi et ses émules aux gémonies comme on le fit au XVIe siècle; mais il ne faut pas non plus leur faire un titre de gloire de leur manque de critique ; on peut les excuser, les plaindre, mais ils n'ont qu'à être reconnaissants pour les lustoriens qui plaident en leur faveur l'irresponsabilité, simplement parce qu'ils n'ont pas pu arriver à déterminer avec exactitude la part de volonté et la part de sottise que supposent leurs étranges récits. Le...
Seite lxxiii - ... d'invraisemblable, et on est tenté de penser que les érudits sont allés un peu vite lorsqu'ils ont parlé d'un Théobald 1er et d'un Théobald II, sans compter ceux qui ont introduit, entre 1295 et 1329, Benedetto Castelli et Fra Thebano, alias Theobaldus, c'est-à-dire un troisième Théobald1.
Seite x - ... de longues hésitations que j'ai entrepris et que je poursuis, seul, cette campagne contre une erreur qui en autorise d'autres. L'érudition est « une manière très humble, et par là même d'autant plus méritoire de servir la vérité, non enim possumus aliquid adversus veritatem » (i). Elle « est peut-être la meilleure école d'humilité et de respect par laquelle on puisse passer ; ces deux vertus... sont l'âme de toute recherche » (2). Transformer l'authenticité prétendue d'une...
Seite 114 - Dei et meam, quia firmiter scio, quod ilia est vera obedientia. Et dilige eos, qui ista faciunt tibi, et non velis aliud de eis, nisi quantum Dominus dederit tibi. Et in hoc dilige eos et non velis quod [pro te?

Bibliografische Informationen