Histoire de Marie Stuart, Band 1

Cover
Firmin-. Didot, 1850
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 309 - Puis, aux derniers abois de sa proche ruine, Elle dit : « Vous avez, félons, ensanglanté « Le sein qui vous nourrit et qui vous a porté...
Seite 109 - Ply contre ply retors et replié, Habit de deuil, vous sert de couverture Depuis le chef jusques à la ceinture, Qui s'enfle ainsi qu'un voile quand le vent Soufle la barque, et la single en avant.
Seite 105 - Ce qui m'estoit plaisant Ores m'est peine dure; Le jour le plus luisant M'est nuit noire et obscure. Et n'est rien si exquis Qui de inoy soit requis.
Seite 362 - N'avez-vous donc pas de crainte de Dieu non plus que les autres, vous qui vous trouvez condamné au même supplice? «Encore pour nous c'est avec justice, puisque nous souffrons la peine que nos crimes ont méritée; mais celui-ci n'a fait aucun mal.
Seite 107 - Un bois sa fueille, un antre son effroy, Un grand Palais la pompe de son Roy, Et un anneau sa perle precieuse, Ainsi perdra la France soucieuse Ses ornemens, perdant la Royauté Qui fut sa fleur, sa couleur, sa beauté.
Seite 109 - Du beau cristal de vos larmes roulées, Triste marchiez par les longues allées Du grand jardin de ce royal Chasteau Qui prend son nom de la source d'une eau.
Seite 200 - Pourquoy le mesme ordre n'aurait-il lieu envers moy Royne souveraine, vostre plus proche parente et légitime héritière ? Je pense que ceste dernière qualité en a esté jusques icy la principalle cause à l'endroict de mes ennemys, et de toutes leur calomnies, pour, en nous tenant en division, faire glisser entre deux leur injustes prétentions.
Seite 105 - Ou bien je le vois en l'eau, Comme dans un tombeau. Si je suis en repos Sommeillant sur ma couche, J'oy qu'il me tient propos, Je le sens qui me touche : En labeur, en recoy Tousjours est près de moy.
Seite 135 - N'a eu de moi que la moitié, Une part te reste, elle est tienne : Je la fie ù ton amitié, Pour que de l'autre il te souvienne.
Seite 186 - L'agréable sujet de nos vers emporté; Comment pourroient chanter les bouches des poètes, Quand par vostre départ les Muses sont muettes? Tout ce qui est de beau ne se garde longtemps : Les rosés et les lys ne régnent qu'un printemps.

Bibliografische Informationen