De l'art de la comédie, Band 1

Cover
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 217 - L'honneur de contredire a pour lui tant de charmes, Qu'il prend contre lui-même assez souvent les armes; Et ses vrais sentiments sont combattus par lui, Aussitôt qu'il les voit dans la bouche d'autrui.
Seite 400 - Ces gens, dis-je, qu'on voit d'une ardeur non commune Par le chemin du Ciel courir à leur fortune, Qui, brûlants et priants, demandent chaque jour, Et prêchent la retraite au...
Seite 213 - C'est un parleur étrange, et qui trouve toujours L'art de ne vous rien dire, avec de grands discours. Dans les propos qu'il tient, on ne voit jamais goutte, Et ce n'est que du bruit, que tout ce qu'on écoute.
Seite 213 - C'est, de la tête aux pieds, un homme tout mystère, Qui vous jette, en passant, un coup d'œil égaré, Et sans aucune affaire, est toujours affairé. Tout ce qu'il vous débite, en grimaces abonde; A force de façons, il assomme le monde, Sans cesse il a tout bas pour rompre l'entretien...
Seite 98 - Cette faiblesse est précisément la même que celle d'un bourgeois qui veut être homme de qualité; mais la folie du bourgeois est la seule qui soit comique, et qui puisse faire rire au...
Seite 214 - Ah ! quel orgueil extrême ! C'est un homme gonflé de l'amour de soi-même; Son mérite jamais n'est content de la cour : Contre elle il fait métier de pester chaque jour, Et l'on ne donne emploi, charge ni bénéfice, Qu'à tout ce qu'il se croit on ne fasse injustice.
Seite 92 - Je me sentis atteint de desirs ruineux ; Mais ma vertu pour lors en moi fit un prodige : Vous en aurez menti , maudite robe , dis-je, Vous ne pourrez jamais me porter dans le cœur Rien de votre poison , ni de votre noirceur; Pour soleil d'équité je veux qu'on me renomme, Et qu'on voie une fois sous vous un honnête homme.
Seite 400 - Qui savent ajuster leur zèle avec leurs vices, Sont prompts, vindicatifs, sans foi, pleins d'artifices, Et, pour perdre quelqu'un, couvrent insolemment De l'intérêt du ciel leur fier ressentiment; D'autant plus dangereux dans leur âpre colère, Qu'ils prennent contre nous des armes qu'on révère Et que leur passion, dont on leur sait bon gré, Veut nous assassiner avec un fer sacré.
Seite 189 - D'aise, en lisant vos vers, je la vois tressaillir ; Surtout quand un amour, qui n'est plus guère en vogue, Y brille sous le titre ou d'idylle, ou d'églogue. Elle n'a plus l'esprit maintenant occupé Que des bords du Lignon, des vallons de Tempe...
Seite 390 - Cours, aux ruelles, aux tables, De leurs vers fatigans lecteurs infatigables. Pour moi, je ne vois rien de plus sot, à...

Bibliografische Informationen