Histoire de la philosophie allemande depuis Leibnitz jusqu'à Hegel: De l'alliance philosophique de la France et de l'Allemagne, Leibnitz, Kant, Fichte. -t.2. Schelling, Hegel. Conclusion

Cover
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 55 - De sorte qu'après y avoir bien pensé et avoir soigneusement examiné toutes choses, enfin il faut conclure et tenir pour constant que cette proposition, je suis, j'existe, est nécessairement vraie toutes les fois que je la prononce, ou que je la conçois en mon esprit.
Seite 52 - Je supposerai donc, non pas que Dieu, qui est très bon , et qui est la souveraine source de vérité, mais qu'un certain mauvais génie, non moins rusé et trompeur que puissant , a employé toute son industrie à me tromper; je penserai que le ciel, l'air, la terre, les couleurs, les figures, les sons, et toutes les autres choses extérieures, ne sont rien que des illusions et rêveries...
Seite 55 - Archimède, pour tirer le globe terrestre de sa place et le transporter en un autre lieu , ne demandait rien qu'un point qui fût ferme et immobile : ainsi j'aurai droit de concevoir de hautes espérances si je suis assez heureux pour trouver seulement une chose qui soit certaine et indubitable...
Seite 400 - Napoléon, premier, notre empereur ? R. Les chrétiens doivent aux princes qui les gouvernent, et nous devons en particulier à Napoléon Ier, notre empereur, l'amour, le respect, l'obéissance, la fidélité, le service militaire, les tributs ordonnés pour la conservation et la défense de l'empire et de son trône ; nous lui devons encore des prières ferventes pour son salut et pour la prospérité spirituelle et temporelle...
Seite 51 - ... facile, si l'on se peut imaginer rien de plus facile que cela? Mais peut-être que Dieu n'a pas voulu que je fusse déçu de la sorte, car il est dit souverainement bon.
Seite 359 - J'ai parcouru les mondes, je me suis élevé audessus des soleils, et là aussi il n'est point de Dieu ; je suis descendu jusqu'aux dernières limites de l'univers, j'ai regardé dans l'abîme et je me suis écrié : — Père, où es-tu...
Seite 33 - Tout à coup la trompette retentit, elles volent « avec la rapidité de l'aigle, un nuage de poussière « s'élève sur la vaste carrière; je les vis près du •' chêne, mais le nuage s'épaissit, et bientôt je les
Seite 396 - Berlin, en 1813, une leçon sur le devoir ; il parla des calamités de l'Allemagne, et termina sa leçon par ces paroles : « Le cours sera donc suspendu jusqu'à la fin de la « campagne. Nous le reprendrons dans notre « patrie devenue libre, ou nous serons morts pour
Seite 61 - Elle aperçoit par l'entendement pur les choses spirituelles, les universelles, les notions communes, l'idée de la perfection, celle d'un être infiniment parfait, et généralement toutes ses pensées, lorsqu'elle les connaît par la réflexion qu'elle fait sur soi. Elle aperçoit même par l'entendement pur les choses matérielles, l'étendue avec ses propriétés; car il n'ya que l'entendement pur qui puisse apercevoir un cercle et un carré parfait...
Seite 125 - Cette lecture universelle, nous dit un de ses plus spirituels biographes, jointe à un grand génie, le fit devenir tout ce qu'il avait lu. Pareil en quelque sorte aux anciens , qui avaient l'adresse de mener jusqu'à huit chevaux attelés de front, il mena de front toutes les sciences (i !. » — «De plusieurs Hercules, ajoute-t-il un peu plus loin, l'antiquité n'en a fait qu'un; et du seul M. Leibnitz nous ferons plusieurs savans. » L'universalité était , en effet , le vrai caractère du...

Bibliografische Informationen