Histoire de la révolution française, Band 4

Cover
J.P. Meline, 1834
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 220 - Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est pour le peuple et pour chaque portion du peuple le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.
Seite 88 - France qu'il avait formé une liste de proscription ; je n'ai' pas voulu récriminer ; mais j'ai vu hier la séance des jacobins ; j'ai frémi pour la patrie ! J'ai vu se former l'armée du nouveau Cromwel , et je me suis armé d'un poignard pour lui percer le sein si la Convention nationale n'avait pas le courage de le décréter d'accusation,^( Marques d'approbation réitérées.
Seite 78 - ... constituer l'unité du gouvernement sous l'autorité suprême de la Convention nationale, qui est le centre et le juge, et écraser ainsi toutes les factions du poids de l'autorité nationale, pour élever sur leurs ruines la puissance de la justice et de la liberté : tels sont les principes.
Seite 206 - ... formes à employer dans les poursuites contre un membre de la représentation nationale. Ce décret fut longtemps discuté , et avec le plus grand acharnement de part et d'autre. Les montagnards voulaient, pour éviter une nouvelle décimation, rendre les formalités longues et difficiles. Ceux qu'on appelait les réacteurs voulaient, au contraire, les simplifier, pour rendre plus prompte et plus sûre la punition de certains députés désignés sous le nom de proconsuls. Il fut décrété enfin...
Seite 78 - S'il est impossible de les réclamer sans passer pour un ambitieux, j'en conclurai que les principes sont proscrits, et que la tyrannie règne parmi nous, mais non que je doive le taire ; car que peut-on objecter à un homme qui a raison et qui sait mourir pour son pays ? « Je suis fait pour combattre le crime, non pour le gouverner.
Seite 69 - La véritable victoire, disait- il, est celle que les amis » de la liberté remportent sur les factions; c'est cette « victoire qui rappelle chez les peuples la paix, la justice » et le bonheur. Une nation n'est pas illustrée pour avoir » abattu des tyrans ou enchaîné des peuples. Ce fut le » sort des Romains et de quelques autres nations : notre » destinée , beaucoup plus sublime , est de fonder sur la » terre l'empire de la sagesse, de la justice et de la vertu.
Seite 152 - Qui voudra nous interroger et nous demander compte de ces mouvements qu'il est impossible de prévoir et de diriger? La Révolution est faite, elle est l'ouvrage de tous. Quels généraux, quels soldats n'ont jamais fait dans la guerre que ce qu'il fallait faire, et ont su s'arrêter où la raison froide et tranquille aurait désiré qu'ils s'arrêtassent? N'étions-nous pas en état de guerre contre les plus nombreux et les plus redoutables ennemis? Quelques revers n'ont-ils pas irrité notre courage,...
Seite 76 - Ôtez-moi ma conscience, je suis le plus malheureux de tous les hommes ; je ne jouis pas même des droits du citoyen ; que dis-je ? il ne m'est pas même permis de remplir les devoirs d'un représentant du peuple.
Seite 77 - ... qu'elle doit sa force à une coalition criminelle qui intrigue au sein même de la Convention; que cette coalition a des complices dans le comité de sûreté générale...
Seite 24 - Les enfants étaient couronnés de violette, les adolescents de myrte, les hommes de chêne , les vieillards de pampre et d'olivier. Les femmes tenaient leurs filles par la main , et portaient des corbeilles de fleurs. Vis-à-vis de l'amphithéâtre, se trouvaient des figures représentant l'Athéisme , la Discorde, l'Égoïsme.

Bibliografische Informationen