Journal de l'anatomie et de la physiologie normales et pathologiques de l'homme et des animaux, Band 8

Cover
Ch Robin, Georges Pouchet, Mathias Duval, Édouard Retterrer, Frédéric Tourneux
F. Alcan, 1872
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Inhalt

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 112 - Ires-précoces; la prédominance des systèmes qui se complètent plus rapidement, du système musculaire et de ses dépendances, a pour contrecoup la subordination du système osseux, du système cutané et de ses appendices. » De là une ossature légère, une tête fine et mince, comme le sont les côtes et toutes les parties dont le squelette forme la base ; de là, des membres courts, et d'un petit diamètre dans leurs rayons inférieurs. Tous les organes qui s'isolent du tronc, la tête, les...
Seite 509 - Notez d'ailleurs qu'ici il n'ya qu'une très-lointaine analogie entre l'expérimentation et l'observation clinique : par une forte excitation du pneumogastrique, on peut bien arrêter momentanément les contractions du cœur, mais on ne tue pas pour cela l'animal par syncope ; car, quels que soient l'intensité du courant et le nombre d'intermittences, on n'obtient jamais l'arrêt du cœur pendant plus de 15 à 30 secondes. Après quoi le cœur recommence à se contracter, faiblement d'abord, puis...
Seite 317 - ... et à des degrés divers. Mes expériences physiologiques ont été faites dans le laboratoire de M. Robin , à l'École pratique de la Faculté de médecine; les expériences thérapeutiques, dans divers hôpitaux (Charité, service de M. Sée ; Pitié, dans un service dirigé par M. Lancereaux); enfin, dans ma pratique.
Seite 316 - ... tête et de la faiblesse dans les membres inférieurs. Elle n'est pas anexosmotique, très-peu soporifique et peu analgésique chez l'homme. Narcéine. — La narcéine est la plus soporifique des bases de l'opium chez les animaux; mais ce n'est pas à dire pour cela qu'elle soit très-somnifère. En effet, il faut plus de 5 centigrammes de son chlorhydrate injecté sous la peau d'un chien de taille moyenne pour le faire dormir. Elle est beaucoup moins soporifique que la morphine chez l'homme;...
Seite 325 - On sait, d'après les recherches de l'un de nous, que les chlorates ne subissent aucune réduction dans l'organisme, que les bromates s'y réduisent tous avec la plus grande facilité, de sorte qu'on retrouve des bromures dans les urines des personnes qui ont pris ces derniers composés, ainsi que dans celles des animaux auxquels on les a administrés, ou dans le sang desquels on les a injectés. Il était intéressant de savoir ce que devenaient les cyanates dans l'économie. On pouvait se demander,...
Seite 325 - H était intéressant de savoir ce que devenaient les cyanates dans l'économie. On pouvait se demander, d'abord, si ces composés étaient toxiques, puis s'ils se réduisaient en se transformant en cyanures, ou s'ils subissaient dans l'organisme la décomposition qu'ils éprouvent au contact de l'eau. Nos recherches, qui ont porté sur les cyanates de potasse et de soude, prouvent: 1° que ces sels ne sont pas toxiques, comme on aurait pu le présumer-, 2° qu'ils donnent naissance dans l'économie...
Seite 315 - C'est ce que m'avait démontré déjà l'expérience suivante, qui a été faite pour chacun des opiacés. J'ai injecté sous la peau , chez un chien , 5 centigrammes de chlorhydrate de tbéliaïne, puis j'ai porté, dans une anse intestinale, une solution de sulfate de soude; or, cette anse, après avoir été remise dans l'abdomen, s'est remplie de liquide, de sorte que le purgatif a agi comme si l'animal n'avait pas été thébaïne. On verra qu'il n'en est pas de même chez un...
Seite 112 - ... une large attache, indice d'un développement central puissant, et sont déliés à leur terminaison ; ils prennent ainsi une forme conique, qui est d'autant plus accusée que la base est plus large et l'extrémité plus effilée. De là le peu d'épaisseur de la peau, qui est moelleuse, douce au toucher, roulant comme sur un coussinet graisseux, et recouverte d'un poil doux, soyeux, qui donne à la main la sensation d'une mousse élastique. De là, la finesse des cornes et de toutes les parties...
Seite 151 - Observations sur les rapports qui existent entre le développement de la poitrine, la conformation et les aptitudes des races bovines (Annales du Conservatoire des arts et métiers.
Seite 232 - Lorsque survient la quatrième mue, les membres régénérés ont toufe leur force. Dans la première année de leur existence, soixantedix jours suffisent aux jeunes écrevisses pour la régénération de ces divers membres. Il n'en est pas de même pour l'écrevisse adulte : il faut à la femelle de trois à quatre ans pour refaire ses membres et au mâle un an et demi à deux ans, car le mâle adulte mue deux fois par an et la femelle une seule fois.

Bibliografische Informationen