Oeuvres complètes de M. le vicomte de Chateaubriand: Voyages: Itinéraire de Paris à Jérusalem. Voyages en Italie, en Amérique, etc. Les Natchez. Atala. Le dernier des Abencérages

Cover
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 294 - Vous apercevez ça et là quelques bouts de voies romaines, dans des lieux où il ne passe plus personne , quelques traces desséchées des torrents de l'hiver : ces traces, vues de loin, ont elles-mêmes l'air de grands chemins battus et fréquentés , et elles ne sont que le lit désert d'une onde orageuse qui s'est écoulée comme le peuple romain.
Seite 314 - Les méditations y prennent je ne sais quel caractère grand et sublime, proportionné aux objets qui nous frappent , je ne sais quelle volupté tranquille qui n'a rien d'acre et de sensuel.
Seite 298 - Pour que cette nature nous intéresse encore , il faut qu'il s'y attache des souvenirs de la société : nous nous suffisons moins à nous-mêmes ; la solitude absolue nous pèse, et nous avons besoin de ces conversations qui se font le soir à voix basse entre des amis...
Seite 163 - Tombeau sacré , mais encore de savoir qui devoit l'emporter sur la terre , ou d'un culte ennemi de la civilisation , favorable par système à l'ignorance, au despotisme, à l'esclavage, ou d'un culte qui a fait revivre chez les modernes le génie de la docte antiquité , et aboli la servitude?
Seite 295 - ... portés sur le vent du soir avec une grâce inimitable, font comprendre l'apparition des habitants de l'Olympe sous ce ciel mythologique; quelquefois l'antique Rome semble avoir étendu dans l'occident toute la pourpre de ses consuls et de ses césars, sous les derniers pas du dieu du jour. Cette riche décoration ne se retire...
Seite 295 - ... dans lesquelles il ne s'insinue toujours un peu de lumière. Une teinte singulièrement harmonieuse marie la terre, le ciel et les eaux : toutes les surfaces, au moyen d'une gradation insensible de couleurs, s'unissent par leurs extrémités, sans qu'on puisse déterminer le point où une nuance finit et où l'autre commence. Vous avez sans doute admiré dans les paysages de Claude Lorrain cette lumière qui semble idéale et plus belle que nature? Eh bien, c'est la lumière de Rome...
Seite 73 - Jacob devaient visiter mon sommeil ; mais je n'irais plus chercher une terre nouvelle qui n'a point été déchirée par le soc de la charrue ; il me faut à présent de vieux déserts qui me rendent à volonté les murs de Babylone ou les légions de Pharsale, grandia ossa! des champs dont les sillons m'instruisent, et où je retrouve , homme que je suis , le sang , les larmes et les sueurs de l'homme.
Seite 142 - Et tout d'un coup un ange du Seigneur » se présenta à eux , et une lumière divine les » environna , ce qui les remplit d'une extrême » crainte : » Alors l'ange leur dit : Ne craignez point,
Seite 197 - ... de la terre ; et un petit peuple, dont l'origine précéda celle de ces grands peuples, existe encore sans mélange dans les décombres de sa patrie. Si quelque chose, parmi les nations, porte le caractère du miracle, nous pensons que ce caractère est ici. Et -qu'y at-il de plus merveilleux , même aux yeux du philosophe , que cette rencontre de...
Seite 89 - Corinthe , renvoyant l'éclat du jour nouveau brillait sur l'horizon du couchant, comme un rocher de pourpre et de feu. Du lieu où nous étions placés , nous aurions pu voir , dans les beaux jours d'Athènes, les flottes sortir du Pirée pour combattre l'ennemi ou pour se rendre aux fêtes de Délos ; nous aurions pu entendre éclater au théâtre de Bacchus les douleurs d'OEdipe, de Philoctète et d'Hécube ; nous aurions pu ouïr les applaudissements des citoyens aux discours de Démosthène.

Bibliografische Informationen