Vœux d'un solitarie. Suite des Vœux d'un solitaire. Fragment sur la théorie de l'univers. Mémoire sur les marées. Fragment sur le même objet

Cover
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 186 - ... de pythagoriciens occupés à élever, sous le même régime, les enfants des colons américains, dans tous les arts qui intéressent l'agriculture. Puisse réussir cette éducation, digne des plus beaux jours de l'antiquité! Elle ne convient pas moins à une nation guerrière, qu'à une nation agricole. Les enfants des Perses, du temps de Cyrus, et par son ordre, étaient nourris avec du pain, de l'eau et du cresson: ils se...
Seite 503 - Confidents du Très-Haut, substances éternelles, Qui brûlez de ses feux, qui couvrez de vos ailes Le trône où votre maître est assis parmi vous, Parlez: du grand Newton n'étiez-vous point jaloux?
Seite 82 - ... du despote qui le soudoie ? O nobles qui voulez élever votre ordre, élevez l'ordre du peuple ! Ce fut la grandeur du peuple romain qui fit la grandeur du sénat romain. Plus un piédestal est haut, plus sa colonne est élevée : plus la colonne est liée avec le piédestal , plus elle est solide. Il est très-remarquable que les Romains n'accordèrent les plus illustres marques de distinction qu'à ceux de leurs citoyens qui avaient bien mérité du peuple. « La couronne civique, « dit Pline,...
Seite 261 - La terre appartient non à celui qui s'en empare , mais à celui qui la cultive. Les lois de la nature sont vraies en général comme en particulier. Un jour je vis hors de -la grille de...
Seite 307 - pourquoi, que celui qui parle une langue demande à Dieu le « don de l'interpréter : car si je prie en une langue que je n'en« tends pas, mon cœur prie , mais mon esprit et mon intelli
Seite 240 - J'appelle politique, non l'art moderne de tromper les peuples, qui est un grand vice; mais, suivant son étymologie même, l'art antique de les gouverner, qui est une grande vertu, et qui est une émanation de la sagesse divine. Le plus grand mal que l'or puisse produire dans un état, c'est lorsqu'il s'accumule dans un petit nombre de mains: c'est comme si les rayons du soleil se fixaient dans la seule zone torride, et abandonnaient le reste du globe aux glaces.
Seite 166 - Europe, aux testateurs de stipuler dans leurs testaments, sous peine de nullité, les donations en faveur de l'Église, avec privation de la sépulture ecclésiastique contre les gens qui mouraient sans faire de testament, n'avait pas été abrogée, ainsi que la permission aux gens de mainmorte d'acquérir des biens-fonds, il est certain que toutes nos terres seraient depuis longtemps au pouvoir du clergé, comme toutes nos dignités sont à celui de la noblesse.
Seite 303 - L'inquisition est seule la cause de la méfiance , de la mauvaise foi , de tous les vices du cœur et de toutes les erreurs de l'esprit qu'on reproche aux nations chez lesquelles elle a fondé son empire. Cette justice infernale se glisse partout comme un serpent; elle empoisonne de son venin les établissements les plus utiles , même chez les peuples qui lui sont étrangers. Qui croirait, par exemple , qu'il ya à Rome une bulle qui condamne à mort les francs-maçons , dont la société n'a cependant...
Seite 189 - POUR LES NATIONS. La même politique qui lie , pour leur bonheur , toutes les familles d'une nation les unes avec les autres , doit lier entre elles toutes les nations , qui sont des familles du genre humain. Tous les hommes se communiquent, même sans s'en douter, leurs maux et leurs biens, d'un bout de la terre à l'autre. La plupart de nos guerres , de nos épidémies, de nos préjugés , de nos erreurs , nous sont venus du dehors. Il en est de même de nos arts, de nos sciences et de nos lois....
Seite 160 - Je désire donc , pour subvenir aux besoins du peuple , que tout homme valide manquant de travail , ait le droit d'en demander à l'assemblée de son village ou de son quartier. Si elle n'en a point à lui donner, elle enverra sa demande à l'assemblée de la ville dont elle ressortit; celle-ci, dans le même cas, la portera à l'assemblée provinciale , qui la fera parvenir à l'assemblée nationale, si elle est dans la même impuissance.

Bibliografische Informationen