Journal de l'anatomie et de la physiologie normales et pathologiques de l'homme et des animaux, Band 8

Cover
Ch Robin, Georges Pouchet, Mathias Duval, Édouard Retterrer, Frédéric Tourneux
F. Alcan, 1872
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Inhalt

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 435 - ... étant intermédiaire. Notre étude démontre que ce type n'existe point, et que les sujets nés de ce croisement sont purement et simplement des métis qui, à la façon de tous les autres, oscillent durant un certain temps entre leurs divers types naturels ascendants, pour faire en définitive retour à l'un ou à l'autre. Dans les expériences de M. Gayot, le plus grand nombre s'en est allé résolument et sans arrêt vers le type du Lapin, tandis que quelques-uns seulement tendaient vers...
Seite 324 - ... sait que l'action combinée de la morphine et du chloroforme produit l'analgésie sans que le sommeil soit nécessaire. Or, un chien qui avait reçu sous la peau 5 centigrammes de chlorhydrate de narcéine, et qui avait été endormi ensuite par le chloroforme, ne sentait plus rien à son réveil. On pouvait le pincer, le piquer, lui marcher sur les pattes sans qu'il témoignât la moindre douleur; cependant il marchait, courait même dans le laboratoire. Cet état extraordinaire, dans lequel...
Seite 584 - Notez d'ailleurs qu'ici il n'ya qu'une très-lointaine analogie entre l'expérimentation et l'observation clinique : par une forte excitation du pneumogastrique, on peut bien arrêter momentanément les contractions du cœur, mais on ne tue pas pour cela l'animal par syncope ; car, quels que soient l'intensité du courant et le nombre d'intermittences, on n'obtient jamais l'arrêt du cœur pendant plus de 15 à 30 secondes. Après quoi le cœur recommence à se contracter, faiblement d'abord, puis...
Seite 335 - Le cyanate de soude peut être injecté impunément chez un chien à la dose de 1 gramme, parce que les sels de sodium sont, pour ainsi dire, inoffensifs comparativement aux sels de potassium. Les urines deviennent alors franchement alcalines. Les cyanates de potasse et de soude donnent, par conséquent, naissance dans l'organisme à des carbonates de potasse et de soude. Nous n'avons pu retrouver, dans les urines, du carbonate d'ammoniaque, qui doit se produire également dans la décomposition...
Seite 468 - ... Muschenbroeck, au siècle dernier, reconnut la nature électrique de la décharge de la torpille. "Walsh, en 1778, vit également que l'engourdissement produit par cet animal ne diffère en rien de celui que provoque la décharge d'une machine électrique. Il prouva, par un grand nombre d'expériences, que c'est bien de l'électricité qui est produite par ce poisson. Il en soumit la décharge à une série d'épreuves dans lesquelles elle se comporta comme l'électricité des machines. Ainsi,...
Seite 499 - La durée de la décharge électrique, dans le cas ci-dessus, était, avons-nous vu, de 1/14 de seconde. A l'inspection de la figure, on voit que cette durée est très-sensiblement celle de chacune des secousses musculaires qui nous servaient de signal. Les expériences myographiques ont donc confirmé de tout point les prévisions qui me les avaient fait entreprendre; elles ont montré qu'une parfaite analogie existe entre la décharge électrique de la torpille et la secousse d'un muscle de la...
Seite 50 - ... la cornée, a des conséquences capitales non-seulement sous le rapport de la régénération du cristallin, mais encore sous celui de la marche des phénomènes consécutifs à l'opération de l'extraction du cristallin. 9» La régénération secondaire du cristallin, c'est-à-dire celle qui a lieu après l'extraction d'un cristallin déjà régénéré une fois, peut avoir lieu, mais elle est limitée. 10» La structure microscopique des éléments du cristallin régénéré ne diffère pas...
Seite 469 - ... une de ces ruptures coïncidant avec la décharge, pour peu que celle-ci ait de durée. Notons en passant que ce fait, que deux étincelles aient pu se produire pendant la décharge de la Torpille, montre bien clairement que cette décharge a une durée appréciable, mesurée, au moins, par le temps qui s'est écoulé pendant le passage du laiton sur deux dents successives de la lime. Moreau réussit à recueillir cette électricité sur un condensateur, ce qui lui permit de mesurer les variations...
Seite 302 - Ils ont démontré que trois d'entre eux seulement étaient soporifiques (la narcéine, la morpbine et la codéine); qu'ils étaient tous toniques à haute dose et à des degrés divers ; qu'ils étaient tous [convulsivanls, excepté la narcéine. Il était intéressant d'étudier ces mêmes principes comparativement chez l'homme et chez les animaux, non-seulement au point de vue...
Seite 326 - Elle n'est pas anexosmotiqne, très-peu soporifique et peu analgésique chez l'homme. Narcéine. — La narcéine est la plus soporifique des bases de l'opium chez les animaux ; mais ce n'est pas à dire pour cela qu'elle soit très-somnifère. En effet, il faut plus de 5 centigrammes de son chlorhydrate injecté sous la peau d'un chien de taille moyenne pour le faire dormir. Elle est beaucoup moins soporifique que la morphine chez l'homme; mais elle ne l'est...

Bibliografische Informationen