Histoire de l'economie politique: ou, Etudes historiques, philosophiques et religieuses sur l'economie, Band 1

Cover
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 233 - Bienheureux ceux qui souffrent persécution pour la justice, parce que le royaume des cieux est à eux.
Seite 261 - Cent dix milites (chevaliers) devait entretenir pour chacun d'eux un cheval, un bouclier , une épée , une lance et les autres armes. » « La chapelle des nobles octroyait chaque année douze livres d'encens et de parfum ; les quatre chapelles du commun peuple (populi vulgaris ) payaient cent livres de cire et trois d'encens.
Seite 435 - Majesté en mon particulier qu'un repas inutile de mille écus me fait une peine incroyable, et, lorsqu'il est question de millions d'or pour la Pologne, je vendrais tout mon bien, j'engagerais ma femme et mes enfants, et j'irais à pied toute ma vie pour y fournir, s'il était nécessaire.
Seite 242 - Les barbares avaient à peine paru aux frontières de l'empire , que le christianisme se montra dans son sein. La coïncidence de ces deux événements , la combinaison de la force intellectuelle et de la force matérielle, pour la destruction du monde païen , est un fait où se rattache l'origine , d'abord inaperçue , de l'histoire moderne. Quelques invasions promptement repoussées , une religion inconnue se répandant parmi des esclaves , pouvaient-elles attirer les regards des maîtres de la...
Seite 241 - Ce monde était trop corrompu, trop rempli de vices, de cruautés, d'injustices, trop enchanté de ses faux dieux et de ses spectacles, pour qu'il pût être entièrement régénéré par le Christianisme. Une religion nouvelle avait besoin de peuples nouveaux; il fallait à l'innocence de l'Évangile l'innocence des hommes sauvages, à une foi simple des cœurs simples comme celle foi. Dieu ayant arrêté ses conseils, les exécute.
Seite 157 - ... ouvriers qu'il forme en seront moins habiles. — Cela est vrai. — Ainsi les richesses et la pauvreté nuisent également aux arts et à ceux qui les exercent.
Seite 154 - Ce qui donne naissance à la société, c'est l'impuissance où nous sommes de nous suffire à nous-mêmes, et le besoin que nous avons d'une foule de choses. Ainsi, le besoin ayant engagé l'homme à se joindre à un autre homme, la société s'est établie dans un but d'assistance mutuelle. — Oui; mais on...
Seite 71 - Il n'était pas permis d'être inutile à l'État : la loi assignait à chacun son emploi , qui se perpétuait de père en fils '. On ne pouvait ni en avoir deux , ni changer de profession ; mais aussi toutes les professions étaient honorées.
Seite 366 - Sully, que les rois ont deux souverains, Dieu et la loi; que la justice doit présider sur le trône, et que la douceur doit être assise à côté d'elle; que Dieu étant le vrai propriétaire de tous les royaumes, et les rois n'en étant que les administrateurs, ils doivent...
Seite 107 - ... tartares par l'influence lente, mais irrésistible des lettrés de la Chine. Il organisa la partie orientale de cet empire gigantesque, qui menaçait alors d'envahir le monde entier, et prépara de loin la révolution qui , en renvoyant les Mongols dans leurs déserts, devait affranchir la Chine d'une domination étrangère et lui rendre un gouvernement fondé sur la base des mœurs naturelles et des traditions nationales.

Bibliografische Informationen