Oeuvres complètes, Band 2

Cover
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 367 - Mais que sais-je ce qui va suivre ! Quelle aveugle précipitation! Qui le presse? Comment ne craintil pas de défaillir avant l'arrivée ? Ah ! si dans l'antique Épopée nous suivons de mers en mers les destinées errantes d'Ulysse jusqu'à son île chérie, qui nous dira quand finiront les aventures de cet étrange voyageur , et quand il verra de loin fumer les toits de son Ithaque?
Seite 367 - Le moindre grain de sable battu des «vents a en lui plus d'éléments de durée que la fortune «de Rome ou de Sparte. Dans tel réduit solitaire je con«nois tel petit ruisseau , dont le doux murmure, le cours «sinueux et les vivantes harmonies surpassent en antiquité «les souvenirs de Nestor et les annales de Babylone. Au«jourd'hui, comme aux jours de Pline et de Columelle, la «jacinthe se plaît dans les Gaules , la pervenche en Illyrie, «la marguerite sur les ruines de Numance, et pendant...
Seite 367 - C'est un voyageur pressé , plein d'ennui , loin de ses foyers : parti de l'Inde avant le jour , à peine s'est-il reposé dans l'enceinte de Babylone , qu'il brise Babylone ; et , restant sans abri , il s'enfuit chez les Perses, chez les Mèdes, dans la terre d'Egypte. Un siècle , une heure et il brise Palmyre, Ecbatane...
Seite 256 - ... les portes de l'Église qui, posées par saint Pierre, se sont ouvertes pour les Borgia. C'est le rire de l'Esprit universel qui prend en dédain toutes les formes particulières, comme autant de difformités; c'est l'idéal qui se joue du réel. Au nom des générations muettes que...
Seite 367 - Au«jourd'hui, comme aux jours de Pline et de Columelle, la «jacinthe se plaît dans les Gaules , la pervenche en Illyrie «la marguerite sur les ruines de Numance , et pendant «qu'autour d'elles les villes ont changé de maîtres et de «nom, que plusieurs sont rentrées dans le néant, que les «civilisations se sont choquées et brisées, leurs paisibles «générations ont traversé les âges, et se sont succédé «l'une à l'autre jusqu'à nous , fraîches et riantes comme «aux jours des...
Seite 227 - J'allais dire qu'elle pourrait convenir dans les gouvernements despotiques, où tout ce qui inspire la crainte entre plus dans les ressorts du gouvernement; j'allais dire que les esclaves, chez les Grecs et les Romains... Mais j'entends la voix de la nature qui crie contre moi (1).
Seite 386 - J'en conclus que, pendant que le genre humain poursuit sur cette terre sa carrière de perfectionnement, l'être individuel continue sa marche parallèle dans quelque séjour et sous quelque forme que la Providence lui a préparés de sa main.
Seite 366 - ... humain contre le monde qui l'enchaîne, le triomphe de l'infini sur le fini, l'affranchissement de l'esprit, le règne de l'âme; le jour où la liberté manquerait au monde serait celui où l'histoire s'arrêterait. Poussé par une main invisible, non-seulement le genre humain a brisé le sceau de l'univers et tenté une carrière inconnue jusquelà, mais il triomphe de lui-même...
Seite 366 - L'histoire, dans son commencement comme dans sa fin, est le spectacle de la liberté, la protestation du genre humain contre le monde qui l'enchaîne, le triomphe de l'infini sur le fini, l'affranchissement de l'esprit, le règne de l'âme.
Seite 400 - D'abord plongé au sein du monde cosmique, il étend son être sur l'espace et la durée sans bornes. De son souffle de vie, il anime les cieux errants, les vastes mers. C'est Empédocle qui agite des mouvements précipités de son sein la cime des monts, les voûtes des forêts, le cours des fleuves. Dans ce premier culte, embrassant tout, adorant tout, n'oubliant que lui-même, il a une cosmogonie, une théogonie, et point d'histoire. C'est l'Inde et l'Orient, sitôt qu'il apparaît. De l'univers...

Bibliografische Informationen