Mémoires de Brissot ... sur ses contemporains: et la révolution française, Band 1

Cover
Anacharsis Brissot de Warville
Ladvocat, 1830
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 130 - Laharpe se plaindre si fort des attaques deLinguet, quand lui-même l'avait plus d'une fois critiqué dans son Mercure; ce n'était point par des coups d'autorité que Linguet lui avait répondu, mais par deux épigrammes, les seules peut-être qu'il ait faites en vers, et dont l'une me revient à l'esprit.
Seite 246 - ... l'Europe éclairée et libre doit du moins un témoignage de souvenir et de regret à l'un des plus grands hommes qui aient jamais servi la philosophie et la liberté. Je propose qu'il soit décrété que l'Assemblée nationale portera pendant trois jours le deuil de Benjamin Franklin.
Seite vii - A mesure que je l'ai connu davantage, je l'ai plus estimé ; il est impossible d'unir un plus entier désintéressement à un plus grand zèle pour la chose publique , et de s'adonner au bien avec plus d'oubli de soi-même ; mais ses écrits sont plus propres que sa personne à l'opérer, parce qu'ils ont toute l'autorité que donnent à des ouvrages , la raison , la justice et les lumières , tandis que sa personne n'en peut prendre aucune , faute de dignité...
Seite 68 - J'espère, monsieur, que vous voudrez bien rendre ma déclaration publique par la voie de votre journal, d'autant plus que votre zèle magnanime pour la cause de la liberté vous fera une loi de ne pas laisser aux mauvais citoyens le plus léger prétexte de calomnier l'énergie des défenseurs du peuple.
Seite 245 - Ne serait-il pas digne de nous, messieurs, de nous unir à cet acte religieux, de participer à cet hommage rendu à la face de l'univers et aux droits de l'homme, et au philosophe qui a le plus contribué à en propager la conquête sur toute la terre?
Seite viii - ... intérêts, et qui n'a pas plus de honte de la pauvreté que de crainte de la mort , regardant l'une et l'autre comme le salaire accoutumé des vertus publiques ! Je l'ai vu consacrant tout son temps à la révolution , sans autre but que de faire triompher la vérité et de concourir au bien général , rédigeant assidûment son journal, dont il aurait pu faire aisément un objet de spéculation , se contenter de la modeste rétribution que lui donnait son associé.
Seite 245 - Assez longtemps les cabinets politiques ont notifié la mort de ceux qui ne furent grands que dans leur éloge funèbre ; assez longtemps l'étiquette des cours a proclamé des deuils hypocrites.
Seite 205 - Je vous conseille de débuter plutôt par Madame Dupin, qui a encore de la beauté plus qu'il n'en faut pour un jeune drôle comme vous ; elle a aussi du monde, de...
Seite 389 - M. le duc de Bourbon à dire ce qu'il veut : je suis ici à ses ordres. « Monsieur, a répliqué M. le duc de Bourbon en adressant la parole à M. le comte d'Artois , et en baissant la pointe de son épée, je suis pénétré de reconnaissance de vos bontés , et je ii oublierai jamais l'honneur que vous m'avez fait.
Seite ix - Brissot avait fait un voyage en conséquence, et ils étaient sur le point d'y passer lorsque la Révolution l'enchaîna. Né à Chartres, et camarade de Pétion qui est de la même ville, Brissot se lia encore plus étroitement avec lui dans l'Assemblée constituante, où ses lumières et son travail aidèrent plusieurs fois son ami. Il nous le fit...

Bibliografische Informationen