Histoire de la souveraineté: ou, Tableau des institutions et des doctrines politiques comparées

Cover
V. Lecou, 1854 - 564 Seiten
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 338 - L'État ne peut trouver de salut que dans l'accord des citoyens à vouloir son existence et sa durée. Or, c'est ce qu'on rencontre à Sparte ; la royauté est satisfaite par les attributions qui lui sont accordées ; la classe élevée , par les places du sénat, dont l'entrée est le prix de la vertu ; enfin le reste des Spartiates, par l'Éphorie qui repose sur l'élection générale. Lycurguc lui-mêmc. Clio, Co. Voir pas pourquoi il n'aurait point pmCragius, liv. II, cb. iv.—Andries. ployé...
Seite 287 - Mais il pourra se faire qu'un citoyen de la race d'or ait un fils de la race d'argent, qu'un autre de la race d'argent mette au monde un fils de la race d'or, et que la même chose arrive à l'égard des autres races.
Seite 359 - ... indisciplinables , et n'ont jamais pu conquérir leurs voisins. En Asie , au contraire , les peuples ont plus d'intelligence, d'aptitude pour les arts ; mais ils manquent de cœur, et ils restent sous le joug d'un esclavage perpétuel. La race grecque, qui topographiquement est intermédiaire , réunit toutes les qualités des deux autres. Elle possède à la fois l'intelligence et le courage; elle sait en même temps garder son indépendance et former de bons gouvernements, capable, si elle...
Seite 406 - Pour lors Rome ne fut plus cette ville dont le peuple n'avait eu qu'un même esprit, un même amour pour la liberté, une même haine pour la tyrannie, où cette jalousie du pouvoir du sénat et des prérogatives des grands, toujours mêlée de respect, n'était qu'un amour de l'égalité. Les peuples d'Italie étant devenus ses citoyens, chaque ville y apporta son génie, ses intérêts particuliers, et sa dépendance de quelque grand protecteur.
Seite 287 - Dieu qui vous a formés a fait entrer de l'or dans la « composition de ceux qui sont propres à gouverner « les autres ; aussi sont-ils les plus précieux. Il a « mêlé l'argent dans la formation des guerriers, le « fer et l'airain dans celle des laboureurs et artisans.
Seite 21 - Européens, la cause eu est surtout aux saisons, qui, chez eux, ne sont point marquées par de grands changements de chaleur ou de froid , mais offrent une température presque égale. Il n'ya pas alors ces vives secousses de l'âme, et ces fortes révolutions du corps, qui naturellement effarouchent l'humeur, et la rendent plus indocile et plus violente qu'elle ne le serait dans une situation uniforme. Car ce sont les brusques passages d'un extrême à l'autre qui excitent le moral des hommes, et...
Seite 406 - La ville déchirée ne forma plus un tout ensemble ; et comme on n'en était citoyen que par une espèce de fiction, qu'on n'avait plus les mêmes magistrats, les mêmes murailles, les mêmes dieux, les mêmes temples, les mêmes sépultures, on ne vit plus Rome des mêmes yeux, on n'eut plus le même amour pour la patrie, et les sentiments romains ne furent plus.
Seite 331 - ... ont une telle supériorité de mérite , que le mérite de tous les autres citoyens ne puisse entrer en balance , et que l'influence politique de cet individu, ou de ces individus, soit incomparablement plus forte , de tels hommes ne peuvent être compris dans la cité.
Seite 287 - J'en conviens. Mais puisque j'ai commencé, écoute le reste. Vous êtes tous frères, leur dirai-je ; mais le dieu qui vous a formés a fait entrer de l'or dans la composition de ceux d'entre vous qui sont propres à gouverner les autres ; aussi sont-ils les plus précieux. Il a mêlé de l'argent dans la formation des guerriers, du fer et de l'airain dans celle des laboureurs et des autres artisans.

Bibliografische Informationen