Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

. fendre les Gaules contre les incursions des Peuples de la Germanie. Aussi Tacite nous aprend, qu'il y a eu jusqu'à deux Légions Romaines & plusieurs Cohortes auxiliaires. Cette Viile avoit un Evêque fuffragant de Besançon. L'un d'eux apellé Bubulcus, assista au Concile des Provinces du Royaume de Bourgogne tenu à Epaone en 518;& Grammaticus autre Evêque de Vindisc, aux quatrieme & cinquiéme Conciles d'Orléans. Mais Vindilc ayant été ruiné dès lors par les Allemans, le siége de fon Evêché fut transferé à Constance , & celui de Besançon perdit par là un de ses Suffragans , parce que la Ville de Constance n'étoit pas dans la Province.

Ebrodunum. Cette Ville est marquée dans les Cartes de Peutinger sur la route d'Avanche à Besançon, dans la situation où est Yverdun en Suisse , auprès du Lac du même nom.

Olino , Forteresse de l'ancienne Province Séquanoise, étoit le lieu de la résidence du Duc qui commandoit sur la frontiere. Il y avoit une garnison , dont les Soldats sont apellés Latavienses dans la Notice, d'où l'on conclut qu'ils étoient de Latavie en Phénicie. N'y auroit-il point ici une faute de Copiste ? & ne faudroit-il pas lire Batavi au lieu de Latavienses ? car il est plus probable que cette garnison étoit de troupes Hollandoises, que de Phéniciens dont le Païs est fi éloigné, & n'étoit pas sous l'Empire d'Occident dont la Forteresse d'Olino dépendoit. L'on voit dans la Notice la figure de cette Forterelle , distinguée & plus belle que celle de toutes les autres. Il faut la chercher sur le bord du Rhein auprès de Balle, où les Allemans contre lesquels elle avoit probablement été bâtie, avoient coutume de passer. L'on prétend qu'elle étoit. au lieu qu'on nomme Holé.

Les Notices varient sur le nom du Port qui étoit dans la Province Séquanoise, & quelques - unes semblent le confondre avec Caftrum Rauracenje , car elles l'apellent Castrum Ravirense ou Rausicense seu portus Abucina. Mais la plus correcte de toutes, que le P. Sirmond a adoptée

par cette raison, les distingue , & nomme séparément Castrum Rauracenfe & portus Abucini. L'on ne peut trouver ce Port que sur le Rhein ou sur la Sône , qui étoient les deux grandes Riviéres navigables de la Province Séquanoise.

Ce ne peut pas être à Basle , qui est nommé séparé. ment dans la Notice; ni à Augst, parce que la Notice distingue le Port Abucin de la Ville d'Augit, & que les bords du Rhein sont trop élevés en cet endroit, pour qu'il y ait eu un passage ou un abord de bateaux. Je ne vois pas qu'on puisse le mettre ailleurs sur le Rhein.

Je le place donc sur la Sônė, qui touchoit le Païs des Séquanois dès sa source jusqu'à son embouchure dans le Rhône , qui porte bateau presque dans tout son cours, & par laquelle les Habitants du Comté de Bourgogne,font conduire leurs bleds & leurs autres marchandises à Lyon ·

& à la mer.

Il me semble que ce Port devoit être au lieu qu'on apelle Port sur Sône dans le Bailliage de Vesoul, qui conserve encore une partie du nom de Portas Abucini, & qui a été anciennement le lieu du plus grand commerce du Comté de Bourgogne : car les marchés de Port sur Sône ont toujours été en réputation , & nos anciennes Ordonnances portent, que les mesures à grain de la Province, seront réglées sur celles dont on se servoit dans ce lieu.

Nous lisons d'ailleurs dans les Leçons de l'Office de S. Vallier, que l'Eglise de Besançon fait le 28 Octobre & qu'elle a tirée d'une ancienne vie de S. Urbain; que S. Vallier Archidiacre de Langres se retiroit au Mont Jura par la Province Séquanoise, pour fuir la persécution des Vandales; mais qu'ayant été surpris par ces Barbares au Port Abucin , ils lui firent souffrir le martyre. * Ce ne * In Segnanos vepeut être qu'à Port sur Sône, qui n'est pas éloigné de la nit, ad portum

la Buccinum ; quod Ville de Langres, dans la Paroille duquel il y a un Villa- oppidum jam runc ge qui porte le nom de S. Vallier , & une Chapelle dé- occupaverant Bardiée à ce Saint, bâtie dans l'endroit où l'on dit qu'il fut martyrisé.

bari.

La Légende apelle Port sur Sône,Oppidum. Il convenoit qu'il y eut en cet endroit une Ville, & une Ville forte , parce que c'étoit la frontiére de la Province Séquanoise du côté des Langrois ; Peuple puissant & entreprenant, avec lequel les Šéquanois avoient souvent des affaires à démêler , même après que ces deux Peuples furent réunis sous l'Empire Romain. Enfin la Franche-Comté qui étoit au centre du Pais des Séquanois, a été divisée lous les premiers Rois de Bourgogne, en quatre Comtés ou Païs, Pagi, dont l'un s'apelloit le Comté des Portisiens , Comitatus Portifiorum. Il comprenoit ce que nous apellons aujourd'hui le Bailliage d'Amont , dans lequel elt Port sur Sône qui lui avoit probablement donné lon nom, parce que c'étoit la place la plus considerable du Comté, & le lieu de la résidence du Comte.

Ce font là toutes les Villes des Séquanois nommées dans les Notices, quoiqu'il y en eut beaucoup d'autres. Je ne parlerai point ici de celles qui étoient dans l'Helvétie, la haute Allace, la Bresse & le Bugey , dont on peut trouver l'Histoire ailleurs. Je dirai seulement quelque chose des autres Places considerables qui étoient dans la partie de la Province Séquanoife, qui porte aujourd'hui le nom de Franche-Comté.

César parlant du lieu où les Eduois furent défaits par les Séquanois joints à Arioviste, dit que la bataille se donna auprès d'Amagetobrie. Cluvier pense qu'on cherchera inutilement cette Ville. Cependant il me semble qu'elle doit être sur les bords de la Sône qui séparoit les Païs de ces deux Peuples , & l'on trouve dans le confluent de cette Riviere & de l'Ognon, plusieurs marques ausquelles je

crois qu'on ne peut pas méconnoître Amagetobrie. Mais *Voyez la secon- c'est un fait que j'éclaircirai ailleurs, * de même que celui de Dissertation.

on d'une autre Ville que les éditions de Ptolomée apellent

Dittatium ou Didation, dont l'existence me paroît dou* Troisiéme Dif. teuse. * festation.

Mandeure sur le Doux auprès de Montbéliard , est l'Epomanduodurum de l'Itinéraire & de la Carte de Peutin

ger.

des eaux, des pa

a mosaïque, & des

ger. Son nom est dérivé ab equis, suivant Mr. de Valois, comme l'Eporedium d'Italie , parce qu'on y tenoit de la Cavalerie , ou qu'on y nourisloit des chevaux ; ce qui me paroît confirmé par une Inscription , qui marque que Castor y étoit réveré. * L'on y a trouvé des Statuës, des * Voyez aux No Médailles, des instruments de Sacrifice , des pierres gra- tes. vées, des canaux de plomb & de brique pour conduire

e marbre & à la m débris de plusieurs anciens Edifices, * qui prouvent qu'il • Chiff. Vefone. y avoit une Ville considerable.

pari. z. cap. 38. L'on a découvert des restes d'antiquité au Lac d'Antre & aux Villars auprès de Moirans , qui méritent une defcription particuliére & une Dissertation ; * beaucoup de * Voyez la quaMédailles & quelques bas-reliefs & Statuës antiques à Cita triéme Differta

tion. auprès de Vesoul, à Grozon où il y avoit des Salines, à Arinto , & à Pontarlier. L'on ne creuse point à Osselles, Village à deux lieuës & demie de Besançon, qu'on n'y découvre des restes de bâtimens Romains, & souvent des canaux pour conduire les eaux, des marbres qui ont fervi à des incrustations, & des Médailles..

Les anciens manuscrits de la vie de S.Desiré Evêque de Besançon dans le quatriéme siécle , qui portent que cet Evêque fut inhumé à Lons-le-Saunier, suposent que c'étoit déja un lieu considerable. Il y avoit en effet des Salines comme à Grozon, & l'on y a battu monnoie.

Jonas, dans la vie de S. Colomban qui établit le fameux Monastére de Luxeul au Païs des Sequanois dans le fixiéme siécle , dit qu'il y avoit eu un fort Château , des bains superbement bâtis, & qu'on y voyoit encore les débris de plusieurs Statués. C'étoit une Ville ruinée par Attila.

Poligni est nommé comme un lieu considerable, dans le partage que firent en 878, Louis de Germanie & Charles le Chauve des Etats de leur neveu Lothaire , & fon nom paroît venir de Tolexmov, oppidum.

Les autres Villes du Comté de Bourgogne, doivent leur origine à des Salines comme Salins; à des Monasteres

comme S. Claude , Lure, Baume les Nones ; à la beauté de leurs situations, qui ont engagé les Comtes du Païs à y faire des Maisons de plaisance, comme Grai,Dôle, Quingey , Arbois; ou à ce qu'elles se font trouvées propres à y faire des Châteaux forts, comme Vesoul , Faucogney, Ornans , Orgelet.

Les richesses de la Province Séquanoise, le commerce qui y florissoit , & le passage des troupes qu'on envoyoit d’Italie sur le Rhein, y ont fait faire plusieurs voies Romaines qui sont décrites dans l'Itinéraire & dans les Cartes de Peutinger , particuliérement aux environs de Besançon, d'Augit & d'Avanche. Je ne parlerai ici que de celles de Besançon, dont on voit encore des vestiges. Il y en avoit

une qui conduisoit à Milan, par Filo Musiaco, Ulier, * Nommé dans Ariurica Pontarlier, * Urbam Orbe, Lacum Lausaunium les Cartes de Peu. tinger. Abiblical Lausane, Equestrim Nion, Cenabum Genève, &c. Une

* Cette station autre à Strasbourg & à Augst, par Velatudurum Voillans, * croir changée au remis des entre els Epomanduodurum Mandeure , &c. Une troisiéme dans la de Peutinger, qui Gaule Belgique, par Segobodium Seveux, Varcia Vars, la mettent à Los

io. Lo- Andematunum Langres. Et une quatriéme à Lyon, par pofagio Lucio.

Crusinio Dubris , Ponte Tenurcio & Cabillione.

Les Séquanois fournissoient des troupes à l'Empire Romain : car Goltzius raporte une Inscription , dans laquelle il est fait mention d'une Cohorte Séquanoise, qui étoit dans la Cappadoce. La Cavalerie qui fervoit avec la Légion Valeria , étoit aussi de cette Nation , suivant la Notice. Il y est encore parlé de troupes auxiliaires Séquanoises sous le commandement du Général de l'Infanterie , & d'une Légion qui s'apelloit Vefontine, du nom de Velointio Capitale du Païs. Cette Notice nous représente les Enseignes que les Empereurs envoyoient à chaque Corps de leurs Soldats. L'on voit dans l'Enseigne des troupes auxiliaires Séquanoises , un globe d'or dans un cercle rouge

sur un champ verd; & dans celle de la Légion, le cer* L'on ne s'ex a

cle & le globe, font cantonnés de quatre de ces boucliers plique pas ici en termes de Blazon, qu

qu'on avelloit Peltæ. Ces boucliers font de couleur bleuë.* parce qu'il n'étoit 'Tel étoit l'état de la Province Séquanoise sous l'Em

pas inventé.

« ZurückWeiter »