Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

& Tite son fils la dédommagerent dans la suite, en y en* Preculph. tom. voyant une Colonie, & l'honoran de leurs bienfaits.* 2. lib. 1. cap. 3. La mort de Vitellius délivra les Séquanois d'un dange

reux ennemi ; mais cette inimitié même , & l'attachement qu'ils avoient eu au parti de Vindex & de Galba, les rendit chers à Vespasien, à qui ils eurent d'ailleurs le bonheur de rendre un service signalé dès le commencement de son régne.

Les Armées & les Partisans de Galba , d'Othon, de Vitellius , & de Vespasien, qui avoient prétendu se faire Empereurs presque en même tems,avoient mis toutes choses en confusion. L'incendie du Capitole qui arriva dans ces entrefaites, parut un présage de la fin de l'Empire, & les Gaulois se crurent assez puissants pour le transferer chez eux. Quatre des plus grands Seigneurs de la Nation, en formérent le projet. Ce furent Civilis Batave , Claflicus & Julius Tutor de Tréves, & Julius Sabinus de Langres. Ils gagnérent les troupes de Vitellius qui étoient restées dans les Gaules, & qui aimoient mieux périr que de se soumettre à Vespalien. Ces troupes jointes aux Partisans des quatre Seigneurs Gaulois, formnérent une puissance bien redoutable.

Julius Sabinus se disoit descendu de Jules-César, parce que ce Conquérant avoit aimé sa bisayeule, pendant qu'il étoit dans les Gaules. Il se fit proclamer Empereur par une

grande multitude qui suivoit son parti , &ilmarcha con* Fulius Sabinus, projectis foederis tre les Séquanois qui avoient pris les armes pour soutenir Romani monu- les interêts de l'Empire Romain. Ils avoient senti l'illusion mentis , Cesarem Te falutari jubet. du projet de transférer cet Empire au deçà des Monts, qui Magnam & incon- auroit attiré des guerres éternelles à la Nation Gauloise; & dicam popularium Surban in Sequo leur inclinationjointe à leur devoir,les attachoit fortement nos repis, conter- à Vespasien. Ils acceptérent donc la bataille que Sabinus minm, civitatem leur offrit,& combattirentsi vaillamment avec leurs feules ego nobis fidam. Nec Sequani de- forces,qu'ils défirent l'Armée de Sabinus, & le réduisirent fra Elavere certa

nam à disparoître. * On tient qu'il demeura neuf ans caché men. Forting me. lioribus affuit, dans un sépulchre , où ses amis & sa femme Epaunine fuf Lingones. Tacii. Hiß. lib.4. eurent soin de lui, sans le découvrir..

La

[ocr errors]

La victoire des Sequanois rétablit les affaires de l’Empire dans les Gaules. Leur exemple fit faire des réflexions aux autres Provinces, qui rentrerent insensiblement dans leur devoir. * Classicus Tutor & Civilis, qui avoient d'a- *Se bord eu de l'avantage fur les Légions Romaines, furent prospera acie, belli enfin défaits , & leur parti dislipe. Ainsi Vespasien de- impetus stetir, Re

sipiscere paulatim meura possesseur paisible de l'Empire , & il eut l'obliga- civitates, fafque tion aux Séquanois du premier succès de ses armes dans les á fædera respice

ore, o c.Tacir. Ibid. Gaules. Assuré de leur affection, & de celle des Eduois, qui étoient unis depuis long-tems aux vuës & aux interêts des Séquanois, il compta li fort sur l'obéissance de la Nation entiére, qu'au lieu de huit Légions que ses prédécefseurs avoient entretenuës dans cette partie de l'Empire, il n'y en laissa plus que quatre; moins encore pour la contenir dans le devoir , que pour la défendre contre les irruptions des Germains.*

* Tacit. Am. lib. L'Histoire nous aprend, qu'Adrien parcourut les Gaules 4. Joseph de bello dans ses voyages pacifiques. L'on prétend qu'il reste des preuves de son affection pour les Sequanois, & de son palfage dans leur Païs. Ce sont deux Ponts, l'un sur le Doux à Pontarlier, l'autre sur la Sône à Pontailler, qui portent, à ce qu'on dit , le nom de cet Empereur. On lit aussi dans * Voyez aux No une Inscription trouvée du côté d'Avanche, qu'à son tes. arrivée dans cette contrée, il y fit quelques libéralités. * * Voyez aux No

La famille des Antonins, ceux de tous les Empereurs tes. qui ont gouverné avec le plus de sagesse , étoit originaire des Gaules. Je crois qu'elle avoit des Domaines dans la Province Séquanoise : car l'on a trouvé sur le territoire de Besançon, l'Inscription du tombeau d'une certaine Cosonia Donata, dressé par les soins de Candidus son mari , Esclave ou Affranchi né dans la maison d'Antonin Pie. * *Voyez aux No- Candidus établi à Besançon avec sa famille, y demeuroit res. probablement, pour prendre soin des terres de son maître qui étoient dans la Province.

On lit aussi dans la vie de Marc Auréle , qu'il y eut fous *Resin Sequanis son Empire du trouble & des dissentions entre les Séqua- turbatas , cenfurâ

Ti dy authoritaie re. nois ; qu'il en prit connoillance , & qu'il les apaisa. * Il prelit. Jul. Cape

22

y a aparence que ce fut lui-même, étant sur les lieux, parce qu'on sçait qu'il vint dans les Gaules par les Alpes Grecques , & c'étoit son chemin de passer par la Province Séquanoise.

La Ville de Besançon avoit reçû de ce Prince & de Luce Vére son Collégue, quelques bienfaits : car elle leur marqua sa reconnoiffance, par un monument dont on a

retrouvé l'Inscription auprès de l'Eglise de Sainte Marie* Quatrieme Magdeléne. Je conjecture qu'ils avoient fait faire le canal Dissertation.

qui y portoit les belles eaux d'Arcier, & couper le rocher

qui s'oposoit au passage de ces eaux, au lieu qu'on apelle * Quatriéme la Porte taillée à l'entrée de Besançon.* Dissertation.

Ce sont à ce que je crois, les mêmes Empereurs qui ont fait ouvrir la montagne de Durvaux, pour pratiquer un nouveau passage de l'Helvétie dans l'ancien Païs des Séquanois, auprès de Porentru: car il y a une Inscription dans le rocher , qui marque qu'il a été coupé sous deux Empereurs qui régnoient ensemble. Ces Princes n'y sont pas nommés ; mais le titre d'Augustes au pluriel qui leurs eft

donné, convient à Marc Aurele & à LuceVére, qui furent * Ipfi funt ,' qui les premiers associés à l’Empire,qui ont aimé les Gaules, primi duo Augus- & qui y ont fait faire beaucoup d'ouvrages publics. ci appellati sunt. Ful. Capit.. L'on voit à Besançon les restes d'un Arc de triomphe, Voyez l'Inscrip- que l'on a crû jusqu'à présent avoir été dressé à l'honneur tion aux Notes.

d'Aurélien. Il me semble qu'il représente l'éducation & les victoires de Crispus César , fils du grand Constantin ; d'où je conclus que ce jeune Prince a rendu quelque service considerable à cette Ville , & qu'elle a été apellée

Crispopolis de son nom, comme Bilance a été nommée *Voyez la qua. Constantinopolis de celui de son pere. * triéme Differta.

Il y avoit long-tems que les Gaules accoutumées à la dotion.

mination Romaine , vivoient tranquiles & dans une profonde paix. Elles n'avoient à se défendre que de l'avarice & des autres pallions des Magistrats qu'on leur envoyoit pour les gouverner, ce qui leur étoit facile sous les bons Empereurs. Quelques-uns de ces Magistrats les démembrérent pour un teins, & y dominerent; mais ce furent

les Légions qui les élurent Empereurs : La Nation y prit peu de part , & n'en souffrit rien, ou peu de chose.

Ces Empereurs, qu'on apelle Tyrans, parce qu'on ne reconnoît pas en eux la succession légitime à l'Empire, étoient de grands hommes, très dignes de commander, & qui ont bien défendu les Gaules contre les étrangers qui s'éforçoient de les envahir. Tels furent les Posthumes, les Victorins & les Tetricus , qui ont succédé les uns aux autres , & parmi lesquels Posthume le pere a porté justement le titre de Restaurateur des Gaules. Un Auteur contemporain, nous fait aussi de Victorin pere, l'éloge le plus magnifique. * Et les Tetricus aimérent mieux le démet- * Vi&torino ne. tre de l'Empire qu'ils auroient pû conserver , que de le preferendum, non

minem existimo voir déchirer par des guerres civiles.

in virtute Traja. C'étoit alors un très grand avantage pour les Gaules nim. non Anto:

nium in clementia, d'être passées sous l'Empire Romain, parce qu'elles étoient non in gravitate assiégées d'une multitude prodigieuse de Barbares , qui fe Nervam , non in

gubernando ærario poussoient les uns & les autres comme les flots de la mer, Vefpafimum , non & qui venoient febriser sur les frontieres , contre les Lé- in censura totius gions Romaines qui les gardoient. La Province Séquanoise militari Pertinaplus exposée que les autres, lentoit les principaux fruits

Jul. Afer.apud de leur protection.

Pollion. Parmi ces Barbares , il n'y en a point eu de plus puisfants & de plus obstinés à pénétrer dans l'Empire, que les Allemans. Quoiqu'ordinairement repousses & battus , ils revenoient sans cesse à la charge , & sembloient renaître de leurs défaites. Cependant ils l'ont tellement affoibli pendant près de deux liécles de guerres continuelles qu'ils l'ont ouvert aux autres Peuples du Nord; n'en ayant que peu profité eux-mêmes , parce qu'ils étoient épuisés par les sanglants combats qu'ils avoient essuyés ; & ils ont enfin été vaincus & subjugués par les Francs sous Clovis.

Leur réputation a été sigrande, qu'on a donné leur nom à tous les Peuples de la Germanie , comme on leur avoit donné auparavant celui de Germains, à l'occasion de quelques Nations de ce Païs qui pallérent le Rhein, & s'établirent à main armée dans les Gaules avant que les Romains

vita ac severitate

101,

s'en rendissent les maîtres. On les apelloit Gerreman , qui signifie en langueTudefque, des hommes de guerre;& de là étoient venus les noms de Germains &de Germanie.

Comme les Allemans étoient voisins de la Province Séquanoise, & que c'est dans cette Province qu'ils ont fait la plus grande partie de leurs irruptions; il ne sera pas hors de propos de les faire ici connoître, & de raporter en peu de mots les guerres qu'ils ont eu avec l’Empire.

Leur nom en langue Tudesque , signifie des hommes de tous Païs, ce qui fait croire qu'ils étoient descendus des Gaulois ramalles de diverses Provinces, qui allérent s'établir dans la Germanie avec Ségovese leur Chef. Ils habitoient entre le Mein & le Rhein, aux environs des sources du Danube , dès le Lac de Constance jusqu'à Mayence. Antonin Caracalla a porté le titre d'Allemanique , pour quelques victoires remportées sur eux. Ils occupérent la Réthie, & entrérent en Italie sous Claude le Gothique, qui les défit auprès du Lac de Garde , & les força de s'en retourner , après avoir tué la moitié de leurs troupes. Probus & Maximien les battirent & les repousférent jusques bien ayant dans leurs Païs. Constance Chlore remporta sur eux deux grandes victoires, l'une auprès de Langres, l'autre à Vindisc dans la Province Séquanoise. I en réduisit en esclavage dans une autre occasion, un grand nombre qui fut surpris par un dégel subit dans une ie du Rhein, où ils étoient venus sur les glaces, pour passer encore dans cette Province.

Constantin le Grand & ses fils, les chassérent des Gaules à différentes fois; & les batailles qui y furent gagnées contre eux par Crispus & par Constantin le Jeune , sont prouvées par leurs Médailles , au revers desquelles on voit cette légende, Alemannia devi&ta , avec une Victoire qui tient de la main droite un trophée, une palme de la gauche, & qui foule aux pieds un Captif. Cependant ils y firent encore de grands ravages sous l'Empire de Constans autre fils de Constantin, & défirent Arbetion son Général , qui les batit à leur retour, &leur enleva le butin qu'ils avoient fait.

« ZurückWeiter »