Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

e 273

Roi de la Bourgogne Transjurane en 994, l'Abbaïe de Baume. Le Pape confirma cette donation en l'année suivante ; & comme un Comte nommé Bernard s'étoit emparé de l’Abbaïe de Baume , Bernon en porta ses plaintes aux Plaids généraux qui se tinrent à Varenes, par Hermengarde qui gouvernoit le Royaume d'Arles pour le Roi Louis son fils dont le Comté Bernard étoit fujet , & Hermengarde fit cesser le trouble. * Elle prétendoit que son fils avoit droit à une partie du Comté de Bourgogne, que l'Empereur Arnoul lui avoit

donnée ; mais elle ne fut pas assez puissante pour la ti* Bibl. Sebuf. rer des mains de Rodolfe. * cent. 1. cap. 26. Bernon étant ainsi devenu Abbé de Baume & de Gigny, p. 60. Ann. Be. ned. tom. 3. lib. fit sa demeure à Baume, comme au lieu principal &

ar, 43 . 272. plus ancien. Ce fait est prouvé par la Vie de S. Odon,

Ann. Bened. & par une Bulle de Grégoire VII. de l'an 1078, dans lib. 39. art. 92. laquelle on lit, que Bernon soumit l'Abbaïe de Gigny à

celle de Baume. Monafterium Gimniacum , Abbatiæ Balmeni subjugavit.

La discipline qu'il fit observer dans ces Monasteres & dans ceux de S. Lauthein & de Moutier en Bresle qui dépendoient anciennement de Baume, engagea Guillaume Comte ou Duc d'Auvergne , de lui confier le gouvernement de Cluni , qu'il fonda en 910. Bernon en fut le premier Abbé, & peupla cette Abbaïe de ses Religieux de Baume & de Gigny. En 913, le Comte Guillaume mit encore sous sa conduite,l'Abbaïe du BourgDieu ; & en l'année suivante, on l'obligea de se charger de celle de Massay. Ces deux dernieres Abbaïes étoient dans le Berri.

Bernon universellement estimé, mourut à Cluni le 13 Janvier 927. Quelques Martyrologes lui donnent le titre de Saint , & d'autres seulement celui de Bienheureux. Le P. Mabillon cenfure les Religieux de Cluni , de n'avoir pas fait fa mémoirecomme celles des Saints Odon, Odilon, Hugues & Maïeul , ses Successeurs & fes Disciples. Il blâme leurs Ecrivains , de ne lui avoir pas fait

l'honneur qu'il méritoit , puisqu'on ne peut lui refuser la gloire d'être l'Instituteur de cette Congrégation, & d'y avoir établi la discipline qui l'éleva au point de grandeur où on la vit au douziéme siécle , auquel on comptoit deux mille Monasteres dans la dépendance.

Le faint Abbé désigna pour son successeur à Cluni,BourgDieu & Massay , Ođon qui avoit gouverné sous lui l'Abbaïe de Baume. Son choix fut généralement aprouvé, & justifié par la conduite d'Odon, qui fut un des plus illustres Abbés de Cluni. Nos Monasteres de Baume & de Gigny, ont donc eu l'avantage d'être le berceau de cette fameuse Abbaïe , & de lui avoir donné ses premiers Abbés & Religieux.

Quant aux Abbaïes d'au-deçà de la Sône , Bernon nomma pour les gouverner après sa mort,Guy fon neveu. Il y en avoit quatre ; Baume , Gigny, s. Lauthein & une autre qui est nommée Æricensis dans les Auteurs du tems. Le P. Mabillon n'a pas découvert où elle étoit fituée. Je crois que c'est Moutier en Bresle , qui dépend encore aujourd'hui de Baume, & qui est apellé dans les titres de cette Abbaïe, Monasterium S. Eugendi in Ætica.

L’Abbaïe de S. Lauthein étoit l'une des plus anciennes qu'il y eût au Comté de Bourgogne, puisque le Saint qui l'a fondée & dont elle a pris le nom, vivoit à la fin du cinquiéme siécle. Elevé dans la vie cenobitique sous l'Abbé Laurent, il se retira dans un lieu solitaire apellé Siéfe , où il établit une Communauté de soixante & dix Religieux. Il forma une seconde Communauté de quarante Religieux dans un lieu voisin nommé Maximiac. Le Pere Mabillon croit que Maximiac est Ménai auprès d'Arbois. Ce seroit plûtôt Monai auprès de faint Lauthein. Mais ce n'est ni l'un ni l'autre, car les Prieurés de Ménai & de Monai sont plus nouveaux, & dépendent , l'un de l’Abbaïe de Saint Claude , & l'autre du Prieuré de Vaux sur Poligny.

Saint Lauthein fut ordonné Prêtre par l'Evêque Amantius , que le Pere Pierre - François Chiftet croit avoir été Evêque de Nion en Suisse Suffragant gant de Besançon, ou de Besançon même ; & comme il alloit du côté de Genève, il rencontra S. Grégoire Evêque de Langres,qui lui annonça que la mort étoit prochaine. Cette circonstance fixe le tems de la vie de notre Abbé,

parce qu'on sçait certainement que le saint Evêque de * Ann.. Bened. Langres vivoit sur la fin du cinquiéme siécle & au comtom. 1. lib. 1. H. mencement du sixiéme. * On lit d'ailleurs dans un ancien 79.8. 32.

Cartulaire de l'Abbaïe de Luxeul, que S. Lauthein avoit rendu visite à S.Colomban, qui fonda cette Abbaïe en 592.

S. Lauthein mourut dans l'un des Monasteres qu'il avoit fondés, & qui porte aujourd'hui son nom. Il est probable que l'autre Monastere est Baume, qui a été ainsi apellé à cause des cavernes où plusieurs de ses Religieux se retiroient pour vivre en solitude, Notre saint Abbé fut levé de terre pour être expose à la vénération du Peuple, dans une Chapelle souterraine où l'on voit encore son tombeau. C'est un sarcophage de deux pierres. Les Religieux y entretenoient une grande quantité de lampes allumées. L'on en conserve une qui est à neuf lampions, dans l'Eglise de S. Lauthein.. La grande quantité d'huile que ces lampesconsumoient, a donné lieu au Peuple de croire, qu'il fortoit miraculeusement de l'huile du tombeau du Saint.

Il mourut le premier Novembre. Nous faisons sa Fête le second, & l'ancien Breviaire de Cluni la met au 25 Septembre. Cette difference peut venir de ce que son Corps a été levé en un de ces jours, & transferé dans l'autre : son Chef & la plus grande partie de ses Reliques sont à Baume, où elles reposent derrière le maîtreAutel à l'un des côtés.

Les Reliques de S. Aldegrin font à l'autre côté de cet Autel. Aldegrin étoit un Šeigneur de la Cour de Foulques premier du nom Comte d'Anjou, qui s'étant dévoüé à la pénitence, s'exerça avec Odon fon ami à la pratique de la Régle de S. Benoît , jusqu'à ce qu'ils trouvassent un Monastere où elle fut observée dans sa

pureté

pureté. Il entreprit le voyage de Rome pour chercher ce Monastere, & paslant par Baume, il fut si édifié de la ma. niere dont les Religieux y vivoient fous la conduite de l'Abbé Bernon,qu'il demanda d'y être reçû,&qu'il écrivit à Odon qa'il avoit trouvé ce qu'ils souhaitoient depuis long-tems.

Odon l'y vint trouver,y prit l'habit, fut Maître des Novices, chargé d'enseigner les Religieux & préposé à leur gouvernement , lorsque Bernon alla établir le Monastére de Cluni. Cependant Aldegrin se donna à la vie anacorétique. Il vécut pendant trois ans réclus dans fa chambre, & se retira ensuite sur une montagne voisine de l'Abbasé de Baume, où il finit faintement ses jours dans la solitude. L'on y voit encore un Hermitage, une Eglise & une Maifon, qui portent le nom d'Hermitage & Prieuré de S. Aldegrin, & où le Peuple vient fréquemment en dévotion. L'on porte ausfi ses Reliques en Procession sur la demande des Habitans de Baume, qui recourent à son interceflion pour obtenir un tems favorable. · Les principaux traits de sa vie sont raportés par l'Auteur de celle de S. Odon. Mr. Duchesne & le P. Mabillon conviennent de la sainteté. Mais le P. Mabillon dit qu'il n'a rien découvert de fon culte ni de ses Reliques. C'est parce qu'il l'a cherché à l'Abbaïe de Cluni, auprès de laquelle il a crû que notre Saint s'étoit retiré & étois mort dans la solitude. Il l'auroit apris à Baume où fes Reliques sont en grande vénération, & où l'on fait fa Fête & fon Office le second de Juillet.

Il y a aussi eu dans ce même tems un saint Solitaire nommé Drogon dans l’Abbase de Baume , suivant le témoignage d'Aimoin. L'on n'en a pas conservé les Reliques ni la mémoire.

L'Eglise Abbatiale de Baume , dédiée à Saint Pierre comme le Monastére de ce nom, a deux cens cinquante pieds en longueur ; fon Autel principal est orné d'un Retable, dont les connoisseurs estiment les peintures & les sculptures. L'on y conserve le Chef de Saint Desiré

H hh

Archevêque de Besançon , & des Reliques de Sainte
Florence.

L'on y voit aussi dans une Chapelle collatérale, le
Tombeau du Bienheureux Renaud Religieux de Baume,
qui finit sa vie dans la solitude comme Saint Aldegrin,
& qui mourut en 1104 en odeur de sainteté. Ce Tom-
beau a été élevé en 1538, avec cette Inscription.
: Anno Domini 1538, à die 10 Septembris , ad diem 15
Decembris; Frater Sergius Monasterii Religiofus, mem-
brorum omnium penitus laborans impotentiâ atque imbecili-
tate, precibus ad Domini Reginaldi tumulum fufis , idque
novem dierum spatio , convaluit omnino à morbi gravitate,
Propter quod acceptum Beneficium , hac feretrum suis im-
pensis componi & depingi curavit , anno 1547. De l'autre
côté est écrit. Beatus Reginaldus, egregius Anacoreta ,
fub hoc jacet tumulo , qui tempore Domini Bernardi Abbatis
hujus Monasterii , obiit 15 Kal. O&tobris ; poft cujus obi-
tum , frequens ac pene immunera variis morbis languen-
tium turba , fufis ad tumulum precibus, incolumitatem
recepit.
· L'on trouve dans la même Eglise , les Tombeaux de
Renaud de Bourgogne Comte de Montbéliard , de Ge-
rard de Vienne & d’Alix de Vilars sa femme, en marbre
& bien faits pour le tems; de Gautier de Vienne Sei-
gneur de Mirebel, & de plusieurs autres Seigneurs; avec
ceux d'Aimé de Chalon, de Guillaume de Poupet, &
de Jean de Watteville , tous trois Abbés de Baume &
Bienfacteurs de l'Abbaïe : les Tombeaux des deux pre-
miers, sont fort beaux & bien ornés. :

Suivant une Charte de l'Eglise Métropolitaine de Besançon, dattée du premier de Février de la quatorziéme

année du régne de Lotaire, dans le tems qu'il étoit dé* Ne quid minus terminé à faire le voyage de Rome; *ce Roi donna à fidele , profiscenti, in regno relinqui l'Eglise de Besançon, sur la demande d'Arduic qui en crederetur. étoit Archevêque, les Abbases de Baume & de Château

* Cavennacum: Chalon, pour dédommager cette Eglise de ce que le Campanius Tolfiacuns.

* Comte Atton s'étoit emparé de trois Terres * qui lui

« ZurückWeiter »