Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

lorum Principi, dono & guerpio, taillias & seroprisias , quas in fupradictæ Ecclesiæ terris faciebain; nihil omnino retinens, præter justitiam quam ibi habebam. Ut autem hoc in futurum firmiter maneat , præsentis privilegii paginâ , pofterum memoriæ transfigere curavi,manu propriâ, hoc ipsum me tenere juravi, & sigilli mei impressione fignavi.Prætereà Humbertus Venerabilis Ecclesiæ Bisuntinæ Archiepiscopus, meo rogacu , Pontificali gladio interdixit, ne ego , vel quilibet mihi in Comiracu succedens, ad hoc impugnandum vel infringendum, manum porrigat. Laudavit hoc Rainaldus Burgundiæ Comes frater meus, à quo ego Consulatum meum teneo. Scellé de pâte blanche à lacs de Coie verte du jaune.

Bulla Lucii III. anni 1184

T Ucius. Episcopus, fervus fervorum Dei. Dilectis in Chrifto filiaL bus, Abbatiffæ Monasterii S. M. & S. Petri de Caroli-Castro,ejus. que sororibus tam præfentibus quàm futuris, regularem vitam profefsis in prædicto Monasterio, Officium jufta poftulantibus indulgere,vigor æquitatis & ordo exigit rationis; præfertim quando pecentium voluntatem,& pietas adjuvat & veritas non relinquit. Quapropter dilectæ in Christo filiæ , justis vestris poftulationibus clementer annuimus , & præfatum Monafterium in quo divino mancipacæ eftis obfequio, ad exemplar fælicis memoriæ Urbani & Alexandri Romanorum Pontificum , sub Beati Petri & noftræ protectione fuscipimus , & præsenci fcripti privilegio communimus. In primis siquidem statuentes, ut Ordo monasticus, qui secundum Deum w Beati Benedicti Regulam effe dignoscitur institutus in eodem Monafterio , perpetuis temporibus in. viotabiliter observetur. Prætereà , quafcunque poffeffiones, quæcunque bona idem Monafterium justè & canonicè possidet , aut in fucurum concessione Pontificum, largitione Regum vel Principum, oblatione fidelium, seu aliis juftis modis præftante Domino poterit adi. pisci; firma vobis & his quæ poft vos successerint , & illibaca permaneant ; in quibus hæc propriis duximus exprimenda vocabulis. Noire & medietatem Oftclens, Ecclesiam de Moolers cum quadam parte territorii, Ecclesiam de Raons cum duobus mansis in eâdem Villa, Villam Sancti Lamani cum appendiciis suis, Ecclesiam de Brairi, in Villa Arlaci mansos tres , & Ecclesiam Sancti Vincentii, in Castello Arlaci Capellam Sancti Nicolai, in Blaterans sexdecim mansos & medietatem Villæ de Larnai , apud Vincens quinque mansos, in Lombar quatuor manfos, jus quod haberis in Ecclesia Sancti Germani & Capellania in Villa de Playnoisel , Ecclesiam Sancti Remigii & mansum de Moseres, Ecclesiam de Calmargis, in Parochia de Vetors quidquid juftè possidetis, Caftrum de Galardin quod nobilis vir Willelmus

perillam Saci manSancti

Villa A Sancti Laam de Raon

Comes in tuâ dilecta in Chrifto filia & aliorum plurimorum præfencia refucavit , Ecclesiam de Juvingey, Ecclesiam de Arinthod, Villam Plesiaci cum appendiciis fuis, Villam de Louverés, Villam Maronensem in .... mansos tres, in Chilim quinque mansos, Ecclefiam Ture bionis cum ipsà Villâ, cerciam partem de Faisle cum Ecclesia, Ecclefiam de Fied cum ædificio Domini Guidonis Heremitæ, in Beseno Ecclesiam Sancti Joannis Baptistæ , in Crorenai Ecclesiam S. Petri, Capellam de Nova Villâ, villam Ministroli, Caroli-Caftrum integrum cum omnibus pertinentiis fuis, & quidquid in Parochià Ledonensi poslidecis. Præterea Willelmo Comite Burgundionum & Marisconenfis viam univerfæ carnis ingresso , Pontia Comitissa uxor ejus cum Stephano & Gerardo filiis fuis , callias & alia emolumenta quæ in earum terra contra justiciain faciebant , in præfentiâ. venerabilis fratris noftri Humberci Bisuntinensis Archiepiscopi, supradictæ Ecclefiæ pietatís intuitu , refutarunt; & Tibertus de Montmorec Ecclesiam Painta. rum,campanariam & gerbariam quæ in quosdam homines Monasterii faciebat, & feptem nummos quos in fefto fancti Marcini annuacim in unoquoque manso & Caroli-Castrensi Ecclesiâ exigebat , in præfentiâ quorumdam nobilium pro animæ suæ remedio & falute, reliquic. Eas. dem refutaciones, præfenti scripci privilegio communimus & inconcus. fas perpetuis temporibus statuimus permanere. Sanè quieci veftræ in pofterum providere volentes, authoricate apoftolicâ inlibemus; ut in poffeffionibus cænobii vestri, sine vestro & carum quæ vobis fuccellerint confilio & assensu , nullus omnino, turres, domos, vel municiones aliquas ædificare præsumar. Adjicientes etiam , ut terras & poffesiones: ad veftrum Monasterium pertinentes, nullus absque causâ rationabili, vobis vel his qui poft vos luccellerint nescientibus & invicis , emendi habeat facultatem ; & fi emerit,venditio illa nihil habeat firmitatis. In electione autem Abbatisfæ , nulla prorsus sæcularis persona, vocem vel potestatem sibi audeac arrogare, fed obeunte te Petronillâ Abbatislà. dilectâ in Chrifto filià, vel earum quæ tibi successerint, nulla ibi qualiber subreptionis asturia seu violentia propronatur, præter eam quam forores ejuidem loci,vel sororum pars concilii fanioris, secundum Dei timo. rem & beati Benedicti regulam providerint eligendam. Decernimus ergo, ut nulli omnino hominum, liceat supradictum Monasterium temerè perturbare , aut ejus possessiones auferre , vel ablaras recinere & minuere , feu quibuslibet vexationibus fatigare ; sed illibata omnia & in. tegra conferventur ..... pro quarum gubernatione ac institucione,con. cella sunt usibus omnimodis profectura , falvâ Sedis Apoftolicæ authoritate & diocesani Episcopi canonicâ justitiâ. Sanè vos ad judicium hujus præscriptæ à Romanâ Ecclesiâ protectionis , decem libras ceræ septimo anno redeunte , Lateranensi Palacio persolvecis. Si qua igicur in futurum Ecclesiastica sæcularisve persona, hanc nostræ Constitucionis paginam fciens, contra eam temerè venire tentaverit, fecunda ter

tiove commonicu , nisi reatum suum dignâ fatisfactione correxerit , porestatis honorisque sui dignitate careat, reumque se divino judicio exiftere , de perpetratâ iniquitate cognofcat ; & à facratissimo corpore Dei ac Domini noftri Jesu Christi alienus fiar , ac in extremo examine districtæ ultioni subjaceat. Cunctis autem eidem loco sua jura servancibus , sic pax Domini noftri Jesu Chrifti, quatenùs & hîc bonæ actionis fructum percipiant, & apud districtum Judicem , præmia æternæ pacis inveniant , amen, amen.

Sequuntur sigria, Lucii Catholicæ Ecclefiæ Epifcopi, & multorum aliorum , tam Cardinalium quàm Episcoporum , ey in fine

Dacum Lateranensi per manum Alberti S. R. E. Presbyt. Cardinalis & Cancellarii, 5°. Kal. Martii, Indict. xv. anno Incarnationis Dominicæ 1184. Pontif. vero D. Lucii Pap. ann. 3.

Extrait des Régistres du Conseil d'Etat du Roi. Ur la Requête présentée au Roi écant en fon Conseil, par l'Abbesse » de l'Abbaïe de Chateau-Chalon au Comté de Bourgogne , contenant, que N. ..., s'étant présentée pour entrer dans ladite Abbase, trois Gencilshommes furent nommés pour examiner ses titres, lesquels ayant été trouvés défectueux, ladite N..... auroit en conséquence été refusée , & N..... pere de ladice Demoiselle se seroit adressé au Parlement de Besançon , lequel a ordonné que les titres de la famille dudic N. .... seroient examinés par des Commissaires qu'il a nommés. Ces Commissaires étant parents ou amis dudit N..... lui ont été favorables , & ont déclaré ses titres suffisants ; surquoi ladite Cour auroic enjoint à la Supliante, de recevoir ladite N.....à peine de saisie du temporel de ladite Abbaïe: & d'autant que ce sugement du Parlement de Besançon,est une entreprise nouvelle & excraordinaire, ladice Cour n'ayant jamais nommé de Commissaires pour examiner les titres de ceux qui doivent être admis dans les Maisons Religieuses de Noblesse d'Hommes ni de Filles qui sont en Comté, & que la Supliance a un interêt considerable qu'il ne soit rien innové à cet égard ; Requeroit pour ces causes , qu'il plûr à Sa Majesté sur ce lui pourvoir. Vù ladite Requête, & couc consideré; SA MAJESTE' étant en son Conseil, sans avoir égard à ce qui a été ordonné par lad. Cour de Parlement de Besançon, a ordonné & ordonne,que les cicres de ladite N..... seront de nouveau examinés par trois Gencilshommes, l'un desquels sera nommé par l'Exposante, le second par N.... pere de ladice Demoiselle , & le croisiéme par les deux autres qui en conviendront entre eux; & li l'un desdits Commissaires nommés par l'une des Parties , étoit suspect à l'autre, Sa Majesté trouve bon en ce cas,que fadice Cour de Parlement juge, si les moyens de suspicios

ladite Couriançon,eft un

examiner

doivent être admis , & ordonne qu'il soit nommé par la partie un autre Commissaire au lieu de celui qui se trouvera légitimement récusé, sans que ladite Cour nomme lesdits Commissaires. Fait au Conseil d'Etat du Roi, Sa Majesté y étant , tenu à Versailles le 25 Novembre 16920

I QUIS par la grace de Dieu , Roi de France & de Navarre: Au L premier nôtre Huissier ou Sergent sur ce requis, Nous te mandons & commandons par ces Présentes, signées de notre main; que les Ler. tres ci-attachées sous le Contrescel de notre Chancellerie, ce jourd'hui données en notre Conseil d'Etat, Nous y étant , sur la Requête de l'Abbesse de l'Abbaïc de Charel-Chalon au Comcé de Bourgogne; cu signifies à cous qu'il apartiendra, afin qu'ils n'en précendent cause d'ignorance; & falle au surplus pour l'exécution d'icelui,cous exploits, significations & autres actes requis & nécessaires , fans , pour ce , demander aucre congé ni permission ; Car tel est notre plaisir. Donné à Versailles le 25 Novembre l'an de grace 1692, & de notre Regne le cinquantiéme. Signé par le Roi. Et scellé du grand Sceau en cire jaune.

[ocr errors][ocr errors]

PREUVES POUR L'ABBAYE

DE MIGETTE. NATOs Joannes de Cabilone, Dominus de Arlaco ,notum facimus uni. TVverfis præsencibus & futuris; quòd cum felicis recordationis Dominus Hugo de Cabilone pater noster , in suo teftamento & ultimâ voluntace suâ, donavit penitùs acin perpetuum Abbacillæ & Ecclesiæ de Migecis , ad opus Sororum Minoriflarum sive Cordeliarum ibidem po. nendarum ; videlicet ad luftentationem Dominarum ac Sororum Minorissarum ibidem Domino ferviturarum, & pro negotiis suis temporalibus meliùs adimplendis, ducentas libratas terræ annui & perpetui redicûs percipiendas & levandas annuatim ad monetam Stephaniensem, prout in clausulis sui testamenti continetur , quarum clausularum cenog sequitur in hæc verba.

libus meliùs andas & levandas a nontinetur , quar

NT Ous commandons noftre corps & nostre ame à maintenant , &

quand elle partira de nostre corps, à nostre Seigneur Jesus Christ nostre Crcacour , & à la benoiste & glorieuse Vierge Marie sa mere , & à toute la Cour célestialle ; & élisons la sépulture de nostre corps, en l'Eglise des Religioux de Mont-Sainte-Marie emprès nostre chier Sei. gnour & pere , Monsiour Jean de Chalon Seigneur d'Arlay jadis , cui Dieu absolve, au cas ce que Nous trépasserions de ce siécle en Bourgo

civ . Preuves pour l'Histoire

Preuves pour 1 hijroite gne,en cel lieu d'où l'on peust convenablement nostre corps porter en l'Eglise dessusdite ; & noftre cuer voulons estre enseveli avec nostre mere Madame Marguerite , jadis Dame d'Arlay , à Migecte ; & volons, ordonnons & commandons, que nos hoirs soient tenus à construire, parfaire , édiffier & accomplir enciérement l'Eglise & le lieu , que Nous avons ordené & établi à faire illec,pour mettre Cordelieres ; auquel lieu Nous donnons, assignons, alleons & afférons dois ja perpétuellement, doux cens livres de terre en la forme & en la maniere que s'enfuit. C'est à sçavoir la grange des Conches & toutes les appartenances & appendices d'icelle, pour quarance & cinq livres de terre , quitte, franche & délivrée de tous frais, de toutes charges réelles & personnelles , rachapt, prestation annuelle , & de tous autres frais ordinaires & extraordinaires de quelque nature qui soient , & de tous les autres empeschements, &c. volons &.commandons que nostre héritier lour oftent , & soient tenus iceux à ofter & délivrer du tout; & à ce obligeons expressément lesdits héritiers. Encore baillons en l'assignation desdites doux cens livres de terre, quatre-vingt & dix livres de terre , lesquelles Huguenin de Chanvans, a, prend & perçoit chacun an à sa vie foulement , au Pui de Salins , sur le communal de la Salnerie dudit lieu , lesquelles doivent venir à Nous après le décès dudit Huguenin : volons & commandons, que tant que ledic Huguenin vivra, nostre héritier soit tenu & obligé, à payer & rendre en deniers chacun an, lesd. quatre-vinges & dix livres ésdites Cordelieres ; & que tôt après la mort dudit Huguenin, leíd. quatre vingts-dix livres que nous donnons, veignent quittement & déiivrément éldites Cordelieres perpétuellement, pour vertu de ceftes nostre derniere ordination ou der. niere voloncé ; & volons & commandons,que nostre héritier accompliffe, entérine, parfaise & soit tenu d'accomplir, entériner & parfaire ce qui défaudroit desdices doux cens livres de terre, en bon lieu & convenable, aillours qu'audic Pui, si ce n'estoie du consentement & vo. doncé desdites Cordelieres ; ésquelles nous laissons, donnons & baillons dois jay fans prix,tout noftrejabergement dudit lieu de Migette, excepté la maison derriere , en laquelle ly cellier est , laquelle nous retenons pour nous & pour nos hoirs; & s'il advenoit que pour aucune évidante & inévitable nécessité, ladite maison pour nous retenuë,fut befougnable à aucun temps à venir èsdites Cordelieres, nous volons expressément, commandons & ordenons que nonobstane ladice retenuë que nous en avons faite, nostre héritier-en celui cas , soit cenu de la lour laisser, bailler & délivrer durablement, & Nous en celui cas la lour donnons & laissons dois jay sans prix; & volons qu'elles aient en outre, le vergier dudie lieu de Migette sans prix. Auquel testament furent nommés exécutours, la femme dudit Monliour Hugues teftatour, fean frere dudit teftatour, Mesire Jean Abbé de Baume, ly Abbé de Monc-Sainte-Marie, que ores est Messire Girard de Vaices, Meffire

Guillaume

« ZurückWeiter »