Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

Guillaume Ligalois, Messire Guy de Baume Archidiacre de Faverney, & Messire Amey de Montagu Chanoine de Besançon.

Quam donationem factam dictus pater nofter in parte in suo cestamenco prouc ibi continetur , assignavit eisdem, & dilecta mater noftra Beatrix de Viennâ, integravit in locis inferiùs nominandis, tanquam tutrix noftra ; videlicet super Villam & homines de Croseto, decem li. bras annuatim ; icem super prata de Gariagiâ & Othonem filium Rahot & suum mansum integrè , decem libras; item fuper decimas de Gariagià sex libras , retentis Nobis & fuccefforibus nostris altâ Justiciâ , convocatione ad exercitum , & emendâ sexaginta folidorum ; item super furnum de Ternoz, viginti & octo libras annuatim; item super furnum de Gevresim, novem libras annuatim ; item super furnum de l'Abergement, duodecim libras annuatim. Volumus insuper,quod in dictis Villis, videlicet de Ternoz & de Gevresim ac de Abergamento, dicti fur. ni sint bannales ; & quod non possimus nec alii causam habentes in dictis Villis , furnos alios construere feu ædificare , in præjudicium dictorum furnorum. Promitcimus etiam bonâ fide, quòd nos femper cum opus fuerit, compellemus subditos nostros ad coquendum & deferendum pastas suas in dictis furnis, nec alibi in domibus suis vel aliis furnis decoqui faciemus; & eis à modo præcipimus hoc & mandamus fieri, & perpetuò inviolabiliter servari, & ad hoc fubdicos nostros Villarum & eorum hæredes & successores in perpetuum obligamus. Prætereà concedimus plenariam facultatem , auchoritatem & poteftatem ac mandatum , {urneriis dictorum furnorum qui pro tempore sunt & erunt , & à dictis Religiofis instituendi ibidem in pofterum, ut eis liceat liberè per se seu per alium vel alios nomine ipsorum & pro ipsis ad usum dictorum furnorum, ligna capere & gratis de nemoribus noso tris extrahere , prout in dictis Villis ubi furni sicuantur hactenùs eft consuetum ; contradictione noftrâ vel alterius perfonæ non obstante. Item quòd voluit & ordinavit dictus Dominus Hugo pater nofter, quod nos Joannes prædictus hæres ejus compleremus & perficeremus integrè,fi quid defecerit de dictis ducentis libratis terræ, in bonis locis & alibi quàm in dicto Puteo Salinensi, nisi in hoc dictarum Cordeliarum consensus accederet , ut hæc inter cætera in dicto teftamento prout fue periùs jam tactum est & pleniùs continetur; nos volentes & cupientes coco corde, tam sanctam, piam & adeò placentem ordinationem, ultimam voluntatem & elemosinam jugiter & in perpetuum stabilem & firmam permanere; dictam ordinationem & donationem factam ut fuprà dictum est de dictis ducentis libraris terræ , ac assignationem suprà bona prædicta & in locis superiùs designatis , necnon integrationem , ratas & gratas atque firmas habemus & volumus; præcipimus & mandamus pro nobis & hæredibus nostris penitùs & in perpetuum, quòd dictæ Religiofæ & earum fucceffores in Ecclesiâ seu Monasterio earum de dictis Migetis , dictas ducentas libracas terræ, per fe vel per alium

earum etiam nuncium vel mandatarium, annis singulis in perpetuum, absque alio mandato à nobis expectato capiant , habeant , levent , reci. piant , percipiant pacificè & quiete,absque impedimento & curbatione quibuscumque , ad opus & fuftentationem earum & Monafterii earumdem,femper & de bonis redicibus ac hominibus ante dictis; ipsas & earum successores constituentes Procuratores tanquam in rem suam propriam Ecclesiæque ac Monafterii de dictis Migetis. Ratificantes etiam per præsentes & approbantes,integritatem factam à prædictâ prædilectâ matre nostrâ,prout fuperiùs est expressum ; & eadem bona prædicta donata ab ipsâ tucrice dilectâ matre noftrâ , iterùm in quantum in nobis eft , dicto Monasterio & Religiofis prædictis de dictis Migeris donamus; & ea bona, ab omoibus servicutibus realibus, personalibus, direc. tis, mixtis & utilibus, liberamus in perpetuum; promitcentes pro nobis & fuccefforibus atque hæredibus nostris , per juramentum noftrum ad sancta Dei Evangelia præfticum , omnia & fingula in hoc instrumento contenta & superiùs expreffa, penitùs & in perpetuum tenere & obfervare , & contrà non facere vel venire per nos vel per alium , expresse vel tacitè; sedres & bona donaca ut superiùs, dictis Religiofis & earum fuccefforibus, in perpetuum garantire, deffendere & pacificare, & ipsas Religiosas & Garum mandatum in pofterum,ipforum bonorum, jurium ac redicuum fruifacere ; & fi quid de dictis ducentis libracis terræ defecerit, annuatim de nostro in pecuniâ numerarâ, dictis Religiofis vel earum mandato folvere , perficere & complere,promitcimus bonâ fide; obligantes propter hoc dictis Religiofis & Monafterio & earum succes. foribus , nos , bæredes & succeffores noftros,& bona nostra reliqua præsentia & futura ; renunciantes in hoc facto, fide datâ, omni excepcioni doli mali, circumventionis , deceptionis & beneficio resticutionis in integrum, nobis ex quâcunque causa competencis; Juridicenti,donationem excedentem quingentos aureos debere actis insinuari, & quibufvis aliis exceptionibus contra præsens instrumentum proponendis ; & præcipuè Juri,generalem renuntiationem reprobanti : confitentes in veritate fpontè, providè & ex certâ fcientiâ, nos Joannes prædictus,præ- . habitâ deliberatione diligenti , omnia & fingula præmiffa, effe vera & ita effe acta, eademque tenere & observare promittimus, fide darâ. In cujus rei teftimonium figillum nostrum præfentibus litteris duximus apponendum. Datum Nozereti, die Martis ante feftum Nacivitatis Beatæ Mariæ Virginis, anno Domini millesimo trecentesimo triselimo quarto.

#************************ PREUVES POUR L'ABBAYE

DE MONTIGNY. NT Os Othes Cuens Palatin de Bourgogne & Sire de Salins , façorts

| sçavoir à tous ces qui verront & oiront ces présentes lectres; que · nos loons , ouctroyons & confermons, l'armone que nostre amé tance

Alis Vicomtesse , hay fait à Sæurs de l'Ordre de Sainte Clere, en la Ville & Finage de Monteigney devant Vesoul; c'està sçavoir, le champ que l'on dit champ de Blats, & telle raison comme elle avoit à Deime de Monteigney, de Chauveigney , de Monfote & de la Grange dou Boys ; aussi bien de la demoure comme de ses autres terres , & doues fauchées de prels qu'on dit Prels-Bonart, la corvée & lou fourg bannal de ladire Ville de Monteigney, & l'usuaire ès pastures dudit Monteigney, aussi comme cil de la Ville en usent ; & volons que cettui lou & ouctroy foie farme & estables permanablement; en témoignaige de laquelle chose Nous avons fait mettre nostre scel pendant à ces présentes Lertres, à la Requefte & à la priere de nostre amé tante Alis Vicomtesse de Vesoul devant dire. Lesquelles Lettres furent faites en l'an de grace mil doux cens, quatre-vingt & fix, ou mois de Janvier. Avec scel y pendant. *E*6383.843 8543. 8836993.*34*340023863.9.2003 8033 Et poeg. 60903 6363.80983.6063*

I Quis par la grace de Dieu, Roi de France & de Navarre : à nos Lamés & féaux Conseillers les Gens tenans notre Cour de Parlement à Besançon , Salur ; Par Arrêt rendu en notre Conseil d'Etar, Nous y étant , le vingt-cinquiéme Aout mil sepecens vingt-cing , Nous aurions pour rétablir le bon ordre & la paix daus l’Abbaïe de Migerte en notre Comté de Bourgogne, évoqué à Nous & à notre Conseil les procès & différends nés & énoncés audit Arrêt, entre l'Abefle & les Religieuses de ladite Abbaïe & autres, tant concernant la discipline qu'autres choses , & iceux procès avec leurs circonstances & dépendances , renvoyés pardevant le Sieur de la Neuville Conseiller en nos Conseils , Maître des Requêces Honoraire de notre Hôtel, Intendant de Justice, Police & Finances en notre Comté de Bourgogne, le feu Sieur Doroz lors notre Procureur Général en notre Cour de Parlement de Besançon , & le Sieur Hugon Vicaire Général du Diocèse de Besançon, pour entendre les parties, & nous proposer cel Régleinent qu'ils jugeroient à propos sur le spirituel & le temporel de ladite Abbaïe ; avec pouvoir aufdics Sieurs Commissaires de donner telles Ordonnances qu'ils aviseroient pour l'instruction desdites contestations, pour le tour vû & raporté, être par Nous ordonné ce qu'il aparciendroit : à quoi lesdits Sieurs Commis. Saires ayant satisfait ; Nous aurions après avoir examiné en notre Confeil, tout ce qui formoit la matiere desdits procès & contestations entre lesdites Abbesses & Religieuses, & entretenoit entre elles depuis longtems la division si contraire à leur état , & vû l'avis desdics Sieurs Commissaires, pourvû par Arrêt en forme de Réglement, rendu en notre Conseil d'Etat, Nous y étant, le vingt-huit du mois de Janvier dernier, à ce qui doit entretenir le bon ordre à l'avenir dans ladite Abbaïc , & rétablir la paix & l'union entre lesdites Abbesses & Religieuses;& vou. lant assurer l'exécution de ce Réglement , & l'utilité qu'en doivent retirer ladite Abbaïe & lesdites Abbesses & Religieuses d'icelle. ACES CAUSES, de l'avis de notre Conseil qui a vû ledit Arrêt, rendu en icelui ledic jour vingt-huit du mois de Janvier dernier, concernant ledic Réglement, dont l'Expédition est ci-accachée sous le Contrescel de notre Chancellerie; Nous avons conformément à celui ordonné & 08donnons par ces Présentes signées de notre main,

I. Que les Abbesses, Religieuses & Monaftere de Migette reconnoî. tront toujours pour légitime Supérieur, quant au spirituel, & en tout ce qui concerne la discipline réguliere, le Provincial des Freres Mineurs Conventuels de la Province de Saiot Bonaventure, avec le droit de visiter ladite Abbaïe, selon ses Régles & les Consticucions Canoniques.

* Il. Nous avons confirmé & confirmons par les présentes , l’Abbaie de Migette dans l'écat où elle se trouve présencement, pour ce qui concerne le nombre des sujets qui la composent , qui est de six Religieufes prébendées, outre l'Abbesse, & de douze Religieuses apellées Mypartistes, lesquelles jouissent conjointement avec les six Prébendées de dix-huic parts de vinge des revenus de la manse Capitulaire ; les deux autres parts cédant au profiç de l'Abeffe , & lesdites Religieuses n'arrivant ausdites prébendes & aux myparts , que par l'ancienneté de leur Profession dans ladite Abbaïe; Ordonnons en conséquence, que l'écat actuel des six prébendes d'ancienne fondation dont la manse Abbaciale est chargée , sublistera suivant l'ancien usage , ainsi que le mypart provenant des doctes , fondations particuliéres, aumônes & autres biens de cette nature,qui forme la manfe Capitulaire, dont les revenus seront partagés en vingt parts , & distribués ainsi qu'il est expliqué ci-dessus.

III. Et comme il a été reconnu,que d'un cems immémoriall'on n'avoic admis dans ladite Abbaïe que des filles de condition, qualifiées & anciennement nobles ; Nous voulons & ordonnons pour conserver ladite Abbaïe dans tout son lustre , qu'aucune Demoiselle n'y poura être admise,qu'elle ne fasse preuve de Noblefle,de seize quartiers,jurés par quatre Gentilshommes, dont deux seront choisis par l'Abbefle & les Reli. gieuses,& les deux autres par les Parents de la Demoiselle Prétendante.

IV. Suivant l'ancien usage de ladite Abbaïe,les Religieuses Profesa fes Prébendées ou Mypartistes qui n'auront plus leur cance par adoption encore vivante, pouront se choisir chacune une niéce qu'elles présenteront à l'Abesle & aux Religieuses en Chapitre, & qui ne pouront être

dice Abbes ou pendiatraires.en

refusées, si elles ont les qualités requises par raport à la naissance, au corps, à l'esprit & aux mœurs.

V. Lorsque les Dames Prébendées ou Mypartistes mourront sans niéces reçûës & coëffées au tems de leur décès, ou que ces mêmes niéces après la mort desdites tantes viendront à quitter l'Abbaïe sans y faire profession, l'Abbesse seule aura le droit de nommer aux places alors va. cantes, en ne choisissant toutesfois pour les remplir que des sujets pourvûs des qualités nécellaires.

VI. Et accendu qu'il peur arriver que le nombre des dix-huit places étant rempli, quelques Demoiselles qui auroient la naissance & les con. dicions requises pour entrer dans ladice Abbaïe, par un efprit de zéle & de piété,demanderoient d'y être reçuës comme surnuméraires,en y aportant la dot réglée par l'usage, & des secours ou pensions de leurs familles, pour n'être point à charge à ladice Abbaïe, jusqu'à ce que par an. cienneté elles arrivent à une place ucile ; ordonnons qu'en ce cas, il en sera délibéré par lesdites Abbesses & Religieuses Capitulairement af. semblées, pour sçavoir s'il conviendroic d'en recevoir pour le bien de l'Abbaïe; & en cas qu'il soit trouvé à propos de le faire, le choix & la nomination du sujet aparciendra à l'Abbefle, laquelle le présencera au Chapitre pour y être reçû en la forme ordinaire &accoutumée.

VII. L'Abbesse seule sans recourir à d'autre autorité,aura le droit de coëffer ou donner l'habic Religieux à la Prétendante, de lui assigner le jour de cette cérémonie, aussi bien que celui auquel se feront les preuves de noblesse & le traité de sa dot; ausquels actes se trouveront toutes les Religieuses pour y délibérer suivant l'ancien usage.

VIII. Les Novices reçuës dans ladite Abbaïe, feront exactement une année de Noviciat selon le prescrit du Concile de Trente ; lequel Noviciat elles ne pouront commencer qu'après quinze ans accomplis, & ne pouront pendant ladire année s'absenter ni découcher de l'Abbare.

IX. Les Demoiselles qui auront été choisies pour niéces , feront ce Noviciat chez les tantes qui les auront choisies si elles vivent encore ; &à ce défaut, elles le feront chez une des Religieuses qui leur sera défignée par l'Abbefle; ce qui s'observera de même à l'égard de celles que ladite Abbeífe aura nommées.

X. Le Noviciat étant accompli, la Novice qui voudra faire profef. sion sera proposée au Chapitre, & il y sera délibéré pour l'admettre ou la refuser à la pluralité des suffrages , qui devra être de deux tiers , en conformité de la Bulle d’Urbain IV.auquel Chapitre auront droit d'alGfter,toutes les Religieuses Professes de l'Abbaïe avec voix délibérarive.

XI. Les parents jusqu'au second degré inclus & les tantes par adoption, se retireront du Chapitre, pour donner aux Religieuses, la liberté de dire ce qu'elles auront remarqué dans la Novice, & rentreront ensuite au Chapitre pour donner leurs suffrages.

XII. Si la Novice est reçuë à faire profession, l'Abesse en donnera

Gonformité de la Bulle des fuffrages, qui de libéré pour l'admeta

« ZurückWeiter »