Revue de l'Anjou

Cover
Cosnier et Lachèse, 1859
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 76 - Mme Récamier n'est de rien et paraît préférer sincèrement la vie retirée. Je ne crois pas qu'elle ait visé à l'effet, et c'est heureux, sa beauté et sa célébrité étant sur leur déclin : les débris ne font guère de sensation dans un pays de ruines. Il semble que pour être attiré à elle il faut la connaître davantage, et après de si brillants succès, rien assurément ne saurait être plus flatteur que de compter presque autant d'amis qu'autrefois d'adorateurs. Peut-être cependant...
Seite 332 - ... en se dirigeant vers l'appartement où étaient en permanence les membres de la municipalité. » Cet appartement avait également une porte par laquelle on communiquait sur cette terrasse, et par conséquent avec l'appartement du commandant Beaurepaire. Nous fîmes aussitôt des recherches dans ses papiers pour nous assurer s'il avait laissé quelques notes pour sa famille , pour moi ou pour quelqu
Seite 264 - X. sent toujours l'humain, et ce n'est pas ainsi que l'Esprit divin inspire. Je lis beaucoup, mon amie, et plus je lis, plus j'en reviens à ces premiers éléments qui sont si simples qu'on les fait bégayer à l'enfance. Je m'y borne et je ne songe qu'à purifier le vase qui les reçoit. Les environs de notre terre sont peuplés de rascolnicks, et comme je demandais hier à une pauvre femme d'un des villages qui en a le plus, si elle en était, elle me répondit : -^Non, petite mère; je marche...
Seite 332 - Mais nous ne trouvâmes rien , absolument rien qui pût faire penser qu'il s'était préparé à cette catastrophe. Aussi je déclare hautement que je n'ai jamais pu ployer ma raison jusqu'à croire que cette mort fût l'effet d'un suicide.
Seite 85 - Je me suis sentie liée avant de songer à m'en défendre; j'ai cédé à ce charme pénétrant, indéfinissable, qui vous assujettit même ceux dont vous ne vous souciez pas. Vous me manquez, comme si nous avions passé beaucoup de temps ensemble, comme si nous avions beaucoup de souvenirs communs ; comment...
Seite 86 - Vous avez été bien bonne pour moi, bien bonne d'accent et de paroles ; mais ce qui a pénétré le plus avant, ce sont ces éclairs d'une confiance que vous ne vouliez pas encore me donner. Quand vous me connaîtrez davantage, ce ne sera plus alors qu'un acte de justice ; aujourd'hui, c'est une grâce, et je suis comme bien des gens, j'aime mieux les recevoir que les mériter. Je donnerais déjà et de tout ce que j'ai et tout ce qui me manque pour vous savoir heureuse; soyezle sans moi, à la...
Seite 181 - J'ai été obligé, me dit-il, d'insister à Rome pour obtenir la condamnation de M. de Lamennais et pour empêcher qu'on se contentât de demi-mesures qui n'auraient fait que pallier le mal, sans y porter remède. J'ai dû dans cette circonstance faire le théologien auprès des cardinaux chargés de l'affaire, afin de leur ouvrir les yeux sur les périls de cette doctrine, et de leur démontrer qu'une condamnation était nécesaipe. Au reste, M. de Lamennais sait le rôle que j'ai joué dans cette...
Seite 71 - Cette charmante variété d'aspects, cet intérêt croissant ù chaque pas ! Je me croyais dans un monde nouveau et j'avais raison , car Rome comprend dans sa vaste enceinte tout ce qu'il faut ailleurs aller chercher au loin , et la ville et la campagne , tout le bruit de la foule et les plus silencieuses solitudes. Et cependant aucune transition n'est brusque ici; vous n'apercevez (1) Ambassadeur de France près le Saint-Siège.
Seite 86 - Vous me manquez comme si nous avions passé beaucoup de temps ensemble, comme si nous avions beaucoup de souvenirs communs. Comment s'appauvrit-on à ce point de ce qu'on ne possédait pas hier?
Seite 339 - Il marcha , pour ainsi dire , à grandes journées sur ces vastes chemins que la politique romaine avait ouverts d'un bout de l'empire à l'autre , pour le passage des légions. Il s'empara de toutes les dispositions que la haine du joug romain laissait dans le cœur des peuples asservis. Il releva par l'enthousiasme des âmes abattues par l'oppression. Parlant au nom de l'humanité, de la justice, de l'égalité primitive...

Bibliografische Informationen