Abbildungen der Seite
PDF

C'est en me rappelant ces augustes mystères, que j'ose implorer vos miséricordes, ô Père Eternel! votre divin Fils est l'objet de vos plus douces complaisances ; je vous l'offre, comme la seule Hostie pure, sainte et sans tache, le seul Holocauste digne de votre Majesté suprême et la seule victime qui puisse m'obtenir le pardon de mes péchés, et les secours que réclame ma faiblesse.

Excitez ici dans votre ume les sentiments d'humilité profonde, de contrition, de reconaissance, d'amour et de confiance dont vous devez être pénétrée en la présence de votre Dieu.

Au Mémento pour les Morts.

Souvenez-vous, Seigneur, de vos serviteurs et de vos servantes, qui nous ont précédés avec le signe de la Foi, et qui étant morts dans votre grâce, sans avoir entièrement expié leurs fautes, attendent que vous leur fassiez miséricorde: ayez pitié de ces ames souffrantes, ô mon Dieu! spécialement de celles de N.N.etdecellesqui sont les plus abandonnées. Ce sont vos créatures, vos enfants, vos épouses, vos, élus; vous les aimez, et le Sang de Jésus-Christ est répandu pour elles; donnezleur la paix, le rafraîchissement, la lumière et la félicité que l'Eglise vous demande en leur faveur, au nom de cette auguste Victime.

Au Nobis quoque Peccatoribus.

Quelque pécheurs que nous soyons, nous n'en espérons pas moins en vous, Dieu de bonté: nos misères sont grandes; mais vos miséricordes sont infinies, et l'espoir quenousavons d'être reçus dans la compagnie de vos Saints, n'est point fondé sur nos mérites, mais sur ceux de Jésus-Christ Notre-Seigneur, qui vit et règne avec vous et avec le Saint-Esprit, dans tous les siècles des siècles. Ainsi soit-il.

Au Pater, récitez l'Oraison Dominicale,
ou la prière suivante.

Écoutez, Seigneur, l'humble Prière d'un Enfant prodigue qui vient se jeter à vos pieds. J'ose vous appeler mon Père, mon tendre Père, autorisée par Tordre exprès de votre Fils Jésus. .Qu'il soit sanctifié à jamais et partout, ce nom adorable que j'ai déshonoré par tant de péchés: Que votre Royaume s'établisse en moi et dans tous les cœurs : que votre volonté à laquelle j'ai résisté tant de fois, s'accomplisse sur la terre comme au Ciel: Donnez-moi chaque jour le pain dont j'ai besoin, mais surtout le pain de larmes et de componction si nécessaire et si utile à un pécheur. Pardonnez-moi mes iniquités, comme je pardonne sincèrement et de bon cœur, toutes les injures qui m'ont été faites. Préservez-moi de la rechute dans le péché, en éloignant les tentations et les occasions dangereuses auxquelles je suis exposée, et délivrezmoi du mal uniquement à craindre, de la perte de votre grâce en ce monde et de celle de votre gloire en l'autre. Ainsi soit-il.

Au Pax Donîini et à /'Agnus Dei.
Agneau de Dieu, qui avez été immolé sur

la Croix, et qui continuez sur l'Autel votre Sacrifice, pour effacer les péchés du monde, ayez pitié de nous; pardonnez nos offenses, et donnez-nous la paix que le monde ne peut donner; la paix avec vous par une véritable réconciliation, et uue parfaite soumission à vos volontés; la paix avec nous-mêmes, par la victoire sur nos passions; la paix avec notre prochain, par l'union d'une charité sincère; la paix de l'Eglise et de l'Etat, par l'extinction des hérésies, des schismes, des guerres, et de tout ce qui peut altérer l'unité catholique, la charité fraternelle et la tranquillité publique.

Au Domine, non sum dfgnus.

Seigneur, je ne suis pas digne que vous entriez dans mon ame, par la Communion réelle de votre Corps sacré et de votre Sang précieux.

Je déteste de tout mon cœur les péchés qui me rendent indigne d'un aussi grand bienfait; mais, ô mon Dieu! vous pouvez me les pardonner : dites seulement une parole, etje serai guérie de tant d'infirmités volontaires qui me déshonorent à vos yeux; permettezmoi de ramasser au moins les restes sacrés qui tombent de votre table; accordez-moi quelque part aux biens que vous communiquez aux ames fidèles dans votre ineffable Sacrement, donnez-moi une foi vive, une espérance ferme et une charité ardente , qui m'unissent à vous spirituellement, qui anéantissent en moi tout ce qui vous y déplaît, qui vous fassent régner seul dans mon cœur, et qui me disposent à vous recevoir au plus tôt, d'une manière réelle et digne de vous; afin que votre Corps et votre Sang, devenant la vie de mon ame, la conservent dans votre grâce et lui assurent des droits à la vie éternelle.

Aux dernières Oraisons.

Je bénis, Seigneur, votre sagesse et votre puissance infiniesqui m'ont préparé une nourriture toute céleste; je rends grâces à votre bonté qui s'est montrée si libérale envers moi; j'adore votre Majesté suprême qui n'a pas dédaigné de s'abaisser jusqu'à mon néant. Mais comment reconnaître, ô mon Dieu, tout ce que vous avez fait en ma faveur? Je m'unirai à vous, Seigneur Jésus; et, comblée de vos bienfaits, j'invoquerai votre saint Nom et je le louerai éternellement. Ah! puisque vous vous donnez à moi avec une générosité si excessive, dès ce jour et pour jamais, je me consacre entièrement et irrévocablement à vous.

.4 la Bénédiction.

O Dieu tout-puissant, Père, Fils et SaintEsprit, daignez, en considération du grand Sacrifice qui vient de vous être offert, nous, bénir pour le temps et pour l'éternité.

A l'Evangile de saint Jean.

J'auoke, ô Jésus, votre naissance éternelle dans le sein de votre Père, et votre naissance temporelle dans le sein d'une Vierge très-pure. Ah! puisque, devenu semblable à moi selon la chair, vous avez voulu me rendre enfant de Dieu selon l'esprit; rendez-moi digne de cette haute destinée, et faites que je renaisse par vous, en vous connaissant, en vous aimant, et en vous suivant comme ma lumière véritable; afin que je conserve cette adoption divine que j'ai reçue dans le Sacrement de régénération. Venez en moi par vos grâces puissantes; venez-y par votre auguste Sacrement; établissez votre demeure dans mon ame, et régnez-y avec gloire, comme Fils unique du Père, plein de grâce et de vérité.

Après la Messe.

Nations, louez toutes le Seigneur; Peuples, louez-le tous;

Parce que sa miséricorde est affermie sur nous, et que la vérité des promesses du Seigneur subsiste éternellement.

Gloire au Père, etc.

IIe EXERCICE

POLR ENTENDUE LA SAINTE MESSE.

Allez à l'Eglise comme les Pasteurs à Bethléem pour voir l'enfant Jésus nouvellement né; ou comme la sainte "Vierge au calvaire, pour assister à sa mort, et l'offrir en sacrifice à Dieu, pour le salut du monde; ou comme les irois Apôtres au Thabor, pour le contempler dans le mystère de sa Transfiguration.

Adorez avec un profond respect Notre-Seigneur dans l'auguste Sacrement de l'Autel, vous unissant aux Esprits bienheureux prosternés sans cesse en sa divine présence.

Au commencement de la Messe.

Je m'approche de votre Autel, ô mon Dieu,

« ZurückWeiter »