Abbildungen der Seite
PDF

faire cette instruction ou à y assister. Pareille indulgence est accordée à ceux qui feront chaque jour, pendant un mois, une demi-heure, ou au moins un quart d'heure d'Oraison mentale. Ces indulgences sont appliquantes aux ames du Purgatoire. Benoît XIV.

VI. Ceux qui réciteront dévotement les Litanies du saint Nom de Jésus, gagneront chaque fois une indulgence de trois cents jours. Ceux qui réciteront de même les Litanies de la sainte Vierge, gagneront une indulgence de deux cents jours. Sixte V.

VII. Ceux qui, le matin, ou à midi, ou le soir, réciteront à genoux VAngelus, ou s'ils ne le savent pas, un Pater, et un ^ue.gagrferont chaque fois une indulgence de cent jours; et s'ils sont fidèles à s'en acquitter, une indulgence plénière une fois le mois. Cette prière doit être récitée debout, les Samedis depuis midi, ainsi que les Dimanches et pendant le Temps pascal ; auquel temps on peut substituera VAngelus le Begiva Cœli, avec le verset et l'oraison. Benoît X1U Benoit XIV.

VIII. Ceux qui réciteront chaque jour en l'honneur de la sainte Vierge et des Saints, le matin, Salve, Regina, etc., et le soir, sub luum praesidium, etc., avec les versets: Dignare me laudare te, Virgo sacrata : da mihi virlutcm contra hostes tuos. Benedicltts Deus in Sanctis suis, et Sanctus in omnibus operibus suis, gagneront une indulgence plénière, deux Dimanches par mois à leur option. Même indulgence plénière, chaque Fête de la sainte Vierge, celle de la Toussaint, et à l'article de la mort. Us gagueront encore une indulgence decent jours, chacun des jours de la sema ne, une de sept ans et de sept quarantaines, chaque Dimanche. Vie VI.

IX. Ceux qui, vers le soir, diront le Deprofundis, ou s'ils ne le savent pas, un Pater et un Ave, pour les ames du Purgatoire, gagneront chaque fois une iudulgence de cent jours ; ct s'ils sont fidèles à cette pieuse pratique, une indulgence plénière une fois le mois. Clément Xll.

X. Ceux qui salueront, l'un en disant: Loué so'U Jésus-Christ, et l'autre en répondant : Ainsi soit-il! gagneront chaque fois une indulgence de cent jours. Ceux qui introduiront cette pieuse pratique gagneront chaque fois la même indulgence. Sixte VI et Benoît XIII.

XI. Ceux qui invoqueront dévotement le saint Nom de Jésus et de Marie, gagneront chaque fois une indulgence de vingt-cinq jours. Sixte V.

XII. Ceux qui, durant les Prières de quarante heures, passeront une heure en prières devant le SaintSacrement, gagneront une indulgence de trois ans. Grégoire XIII.

XIII. Ceux qui accompagneront le Saint-Sacrement, lorsqu'on le porte à un malade, gagneront chaque fois une indulgence de cinq ans et cinq quarantaines. Innocent XII.

XIV. Les associés aux Confréries nouvellement érigées dans les Paroisses, savoir: la première en l'honneur du Très-Saint Sacrement ; la deuxième en l'honneur de la bienheureuse Vierge, Mère de Dieu; la troisième pour le soulagement des Fidèles trépassés ; la quatrième, dite de la Charité, en faveur des indigents et particulièrement des malades, participeront aux indulgences accordées à chacune de ces saintes Associations, en accomplissant les conditions prescrites dans le Décret d'érection.

XV. Indulgences attachées par notre Saint Père le Pape Pie Vil, aux Chapelets, Croix et Médailles nis par Sa Sainteté (1), en faveur des fidèles qui, ayant sur eux ou dans leurs maisons quelques-uns de ces objets, remplissent les œuvres de piété suivantes ou récitent devant eux les prières ci-après marquées.

(1) Ces indulgences ne slétendent point au-delà des personnes auxquelles ces objets appartiennent ou de celles à qui res mêmes personnes les ont distribués pour la première fois. On ne peut vendre, prêter ni donner précairement ces mêmes objets, à l'effet de communiquer les indulgences qui en ce cas, deviennent nulles.

Ceux qui une fois au moins chaque semaine, réciteront le Chapelet, ou le petit Office de la sainte Vierge, celui des Morts, ou les sept Psaumes de la Pénitence, ouïes graduels; ou feront le Catéchisme, ou visiteront soil les prisonniers, soit les malades, ou assisteront les pauvres, ou seront dans l'usage d'entendre la sainte Messe: s'ils sont vraiment pénitents, et qu'après s'être confessés, ils reçoivent la très-sainte Eucharistie à l'une des Fêtes suivantes: Noël, Epiphanie, Pâques, Ascension, Pentecôte, TrèsSainte Trinité,Fête-Dieu, Purification, Annonciation, Assomption, Nativité de la sainte Vierge, Fêtes des SS. Jean-Baptiste, Pierre et Paul, André, Jacques, Jean, Thomas, Philippe et Jacques, Barthèlemi, Matthieu, Simon et Jude, Mathias, Joseph et Toussaint, et prient avec ferveur pour l'extinction des hérésies et des schismes, pour la propagation de la Foi catholique, pour la paix et la concorde entre les Princes Chrétiens, et pour les autres besoins de l'Eglise Romaine, gagneront une indulgence plénière chacune des Fêtes susdites.

Ceux qui rempliront les mêmes conditions aux autres Fêtes de Notre-Seigneur ou de la sainte Vierge, gagneront sept ans d'indulgences et autant de quarantaines. Chaque Dimanche ou autres Fêtes de l'année, ils gagneront une indulgence de cinq ans et autant de quarantaines; et chaque autre jour de l'année, une indulgence de cent jours.

Ceux qui sont dans l'usage de réciter au moins une fois chaque semaine le Chapelet, ou l'Office de la sainte Vierge, celui des Morts, ou les Vêpres, ou du moins un des Nocturnes et Laudes, ou les sept Psaumes de la Pénitence avec les Litanies et les prières qui y sont jointes, gagneront, le jour qu'ils le feront, une indulgence de cent jours.

Ceux qui, à l'article de la mort, recommanderont dévotement leurameà Dieu, et qui, prêts à accepter la mort avec résignation de la main du Seigneur, véritablement pénitents, ayant confessé leurs péchés et recula sainte Communion, s'illeur est possible, ou s'il n'ont pu!e faire,qui,étant conlrits, invoqueront dévotement de bouche, s'ils le peuvent ou au moins de cœur, le saint Nom de Jésus, obtiendront l'indulgence plénière.

('eux qui, avant la célébration de la Messe, ou la réception de l'Eucharistie, ou la récitation de l'Office divin ou du petit Office de la sainte Vierge, auront fait une pieuse préparation, gagneront chaque fois cinquante jours d'indulgence.

Ceux qui visiteront des prisonniers, ou des malades dans les hôpitaux, et exerceront quelque bonnes œuvres envers eux, ou enseigneront la doctrine chrétienne dans l'Eglise, comme aussi dans leur maison, à leurs enfants, à leurs parents, à leurs domestiques, gagneront chaque fois deux cents jours d'indulgence (1).

Ceux qui, le Vendredi, penseront dévotement à la Mort et Passion de N. S. J.-C, et diront trois l'alcr et trois Ave, gagneront cent jours d'indulgence.

Ceux qui, se repentant de leurs péchés avec un ferme propos de se corriger, feront l'examen de leur conscience, et diront troisPateret trois Ave, en l'honneur dela Très-Sainte Trinité, ou cinq fois les mêmes prières en mémoire des cinq plaies de N. S. gagneront la même indulgence.

Ceux qui prieront Dieu pour les Fidèles à l'agonie, et diront pour eux au moins un Pater et un Ave, gagneront cinquante jours d'indulgence.

Toutes les indulgeuces ci -dessus peuvent être appliquées par chacun à sa propre utilité, ou aux ames du Purgatoire, par manière de suffrage.

Sa Sainteté déclare que, par la concession des iudulgences ci-dessus, elle ne déroge en aucune manière à celles que ses prédécesseurs auraient accordées pour les mêmes œuvres; voulant que ces concessions conservent toute leur valeur.

(I) Los indulgences attachées par S. S. à la récitation du l'Angelus et du lie profundis, se trouvent comprises dans les art. V|l et IX ci-dessus,

PRIÈRE qu'on pourra réciter pour gagner une Indulgence.

Prosternée devant vous, ô Père des miséricordes! pénétrée de mon indignité et de ma misère; m'appuyant sur votre immense Charité, et me conformant aux intentions du Père commun des Fidèles ; je vous offre, par JésusChrist votre divin Fils et notre Médiateur, mes humbles prières, et je vous supplie en son Nom de propager et d'exalter votre sainte Eglise catholique, de pourvoir à tous ses besoins, de la défendre, contre ses ennemis visibles et invisibles, et de réunir tous les Princes et tous les Etats Chrétiens, dans l'unité d'une même foi, par les liens de la Paix et de la Charité.

Ayez pitié, mon Dieu, ayez pitié des Peuples qui n'ont pas encore reçu la précieuse lumière de l'Evangile, ayez pitié de tant d'autres qui se sont séparés de l'Eglise Romaine, par le schisme ou par l'hérésie. Arrêtez les efforts criminels des impies, des hérétiques, des schismatiques, et de tous les ennemis de votre Religion sainte; désarmez-les par la vertu toute-puissante de voire bras, ou plutôt convertissez-les par la force et par la douceur de votre grâce. Inspirez toujours au souverain Pontife, à notre Evoque, aux Pasteurs des arues, et à tous les ouvriers évangéliques, un zèle ardent pour votre gloire, et une Charité tendre pour les brebis que vous leur avez

« ZurückWeiter »