Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

des extraits d'Aboûl Fedft qui ouvre ce volume, pour la rendre conforme au texte du manuscrit que possède aujourd'hui la Bibliothèque impériale, et d'y joindre le texte môme dont l'absence était une anomalie singulière dans le plan général du recueil. Des corrections, à la fin du volume, suffiront pour meure les extraits d'Ibn^el-Athîr en harmonie avec le reste. Notre infatigable confrère, M. de Slane, veut bien se charger de ce nouveau labeur ajouté à tant d'autres, ainsi que du remaniement de l'index, de concert avec M. Defrémery, en se réservant l'Introduction de ce premier tome et du recueil entier des Historiens arabes, dont le plan, soumis cette fois à la Commission, a été adopté par l'Académie.

La compensation d'Un retard nécessaire, et d'un sacrifice commandé par l'honneur de la science et par la mémoire même d'un confrère qui lui a rendu des services considérables, se trouvera dans la présentation prochaine du tome he r des Historiens arméniens des Croisades terminé par M. Dulaurier, avec une activité digne d'éloges. Il sera temps, dans quelques jours, d'en parleravec plus de détail.

Pour les Historiens grecs du même grand recueil, dont le premier volume, comprenant les textes avec la traduction latine, ne peut tarder beaucoup à se compléter, le second, qui doit embrasser les commentaires et dont l'impression se poursuit, débutera par les notes sur Anne Comnène. M. Miller, chargé de ce travail, ne peut manquer de consulter avec fruit un précieux manuscrit de la bibliothèque de l'Arsenal qui renferme les annotations autographes de Du Cange, en les confrontant avec celles qui ont été imprimées. Ce manuscrit vient d'être misa notre disposition par M. le Ministre de l'Instruction publique.

Je reviens aux recueils en préparation ou en voie d'exécution, qui concernent notre histoire nationale.

La collection des copies destinées à la rédaction du recueil des . Cliartes et diplômes non imprimés s'est accrue, dans les derniers six mois, des pièces transcrites par M. Simêon Luce, auxiliaire de M. Delisle, d'après les registres 69 et 70 du Trésor des Chartes. Oh espère recevoir, sous peu de temps, des envois considérables de Lille, de SaitttOmer et de Beau vais.

La Table des pièces imprimées de notre histoire, dont le tome Vtll est sous presse, n'a pas fait de grands progrès. Ce volume ne dompte encore que vingt-huit feuilles tirées. Sont en composition cependant les feuilles vingt-neuf à cinquante.

L'Académie et le public savant apprendront avec plaisir que le dernier fascicule du tome XV- du Gallia christiana a paru, et doitêtre, par conséquent, en distribution au ministère de l'Instruction publique. Quant au tome XVI, qui nous concerne, l'éditeur espère que le troisième et dernier fascicule sera entièrement imprimé avant l'expiration du semestre actuel. La rédaction des Index s'achève en ce moment. (

D'un autre coté, l'Académie se rappelle que le tome XXV de l'Histoire littéraire de la France lui a été présenté, il y a quelques semaines, au nom de la Commission des rédacteurs de ce grand ouvrage, par M. Hauréau ; et elle a remarqué, â travers les nombreuses notices dont se compose ce volume, indépendamment de celle qui est consacrée, suivant l'usage, à la mémoire du précédent éditeur, M. Victor Le Clerc, le travail étendu sur Jean Duns Scot, parmi les écrivains latins, ainsi que l'analyse non moins développée du poème d'âvêntUres sur Baudoin de Sebourg, parmi les français. La Commission s'est remise à l'œuvre sans interruption ; à toute* les séantes sont lues des notices qui doivent entrer dans les tomes XXVI et XXVII. En passant à la seconde série de nos publications, et d'abord à la plus ancienne après nos Mémoires, j'ai pu, bien avant la Un du précédent semestre, déposer sur le bureau la première partie du tome XXI des Notices et extraits des manuscrits, volume considérable à tous égards, qui termine la traduction si exacte et si savante des Prolégomènes historiques d'lbn-Khaldoun> par notre confrère M. De Slane. J'espérais pouvoir, dans les derniers jours de ce même semestre, vous présenter également la seconde partie du tome XXII des Notices, consacrée eh entier à une suite d'extraits de divers manuscrits pour servir à l'histoire des doctrines grammaticales au moyen âge, par M. ThUrot; mais, comme pour le volume terminé de notre confrère,, M. Dulaurier, je suis renvoyé, par les nécessités de l'Imprimerie impériale, à une époque ultérieure, quoique prochaine.

En attendant, je puis annoncer que la première partie de ce même tome XXII, qui commencera par le savant Mémoire de mathématique arabe de feu M. Wœpcke, imprimé sous la direction de M. De Slane, compte déjà un certain nombre de feuilles dont les épreuves sont attendues.

Ce qui n'intéressera pas moins l'Académie, c'est d'apprendre qu'une oeuvre aussi utile qu'épineuse, dont nous avions longtemps désespéré, celle de la partie française de la Table orientale des quatorze premiers tomes du recueil des Notices est aujourd'hui en pleine activité d'impression, Les feuilles une à neuf du tome XV, dont la seconde partie comprendra cette Table, sont tirées; un grand nombre de placards sont en deuxième épreuve corrigée, les lettres D à G en composition et la copie est entièrement préparée. Nous le devons aux sages mesures prises par la Commission des travaux littéraires, et au zèle de l'habile orientaliste, M. Dugat.

Tandis que la seconde série du double recueil que vous avez fondé pour l'encouragement des Savant* étrangers à l'Académie en reste toujours au grand Mémoire du regrettable M. Bourquelol, sur les foires de Champagne, la première série, celle qui est consacrée» à des sujets divers d'érudition, continue de marcher en avant. Le Syllabaire assyrien de M. Mènant, qui doit former le tome VII entier de celte première sério, a fait, durant le dernier semestre, de notables progrès. Cinquante et une feuilles sont aujourd'hui tirées ou bonnes à tirer, et il devient probable que la première partie du tome ne tardera pas trop à être publiée.

Quant à la première partie du tome VIII, elle le serait déjà, s'il n'eût paru à propos de réunir dans ce volume déjà considérable, avec les savants Mémoires de MM. Wescher et Th.-Henri Martin, entièrement imprimés, le travail aussi neuf que curieux de M. J. Oppert sur les Relutions de l'Assyrie et de l'Egypte, éclairées par le rapprochement des inscriptions cunéiformes avec les textes hiéroglyphiques, travail qui attendait depuis longtemps son tour. 8ix feuilles de ce dernier Mémoire vont être tirées, et presque toute la Copie est actuellement en placards. D'un autre Coté, la seconde partie de ce tome VIII compte déjà deux Mémoires imprimés relatifs à notre histoire, par MM. Abel Desjardins et Huillard-Bréholles, et j'attends le retour d'un travail archéologique d'un grand intérêt, sorti de mes mains pour recevoir quelques développements nouveaux. J'espère qu'il ne se fera pas trop attendre.

Les trois Mémoires devant ouvrir la seconde partie du tome XXVI de votre propre Recueil, que j'annonçais il y a six mois, après vous avoir présenté la première, sont aujourd'hui imprimés, et ceux qui leur succéderont m'ont été remis. J'ai donc l'espoir fondé que, cette année encore, il me sera donné de, publier un nouveau volume de votre nouvelle collection; ce sera un exemple de plus pour ceux qui doivent venir après nous. Ici encore j'ai la satisfaction de pouvoir vous annoncer que les mesures prises pour organiser une rédaction sérieuse et utile de la Table depuis longtemps désirée de la seconde décade de cette collection, sont en voie de succès. Le dépouillement sur bulletins de trois des dix volumes a été approuvé par votre Commission des travaux littéraires, et ce travail se poursuit sans interruption.

Très-prochainement sera publié le deuxième supplément à votre ancienne collection, qui doit être annexé à la première partie du tome XXIII de vos Mémoires, comprenant la suite de l'Histoire de rAcadémie, que j'eus l'honneur de vous présenter il y a sept ou huit mois. Le retard de cette publication lient aux difficultés de tout genre d'une édition du grand Mémoire de Fréret, faite sans manuscrit sur un imprimé déplorable, et qui pourtant, autant qu'il est possible, soit digne de son auteur et de vous-mêmes. Des trente feuilles in-4° dont se composera cette nouvelle édition, vingt doivent être aujourd'hui tirées, et, des dix autres, quelques-unes seulement exigent une dernière révision de l'éditeur.

D'après les renseignements que me transmet le savant secrétaire de la Commission chargée de rédiger le nouveau et important recueil fondé par vous, sous le titre de Corpus inscriplionum semiticarum, cette Commission, depuis sa formation récente, est loin d'être demeurée oisive. Le travail bibliographique préliminaire est à peu près complet. Déjà chaque monument, ou chaque groupe de monuments, a sa place dans un répertoire qui s'enrichira, au fur et à mesure, de maintes additions. Le dépouillement des publications étrangères, dont quelques-unes auraient été peu accessibles, de ce côté du Rhin, a été fait par un savant profondément versé dans la matière, M. le docteur Lévy, de Breslau. La Commission a commencé également à centraliser, dans une des pièces des bâtiments de l'Institut qui lui a été affectée, les plâtres, les estampages, les originaux même qui lui sont envoyés. Le zèle excité par l'annonce de la collection dont vous avez adopté le projet a répondu à ce qu'on devait attendre. Déjà nous pouvons signaler les précieux envois d'inscriptions libyques, dont quelques-unes bilingues (libycolatines.), dus à M. le docteur Reboud. La grave question des moyens de reproduction à employer pour obtenir des images des monuments, qui ne soient altérées dans l'exécution par aucune interprétation arbitraire, préoccupe sans cesse la Commission; elle soumettra bientôt à l'Académie ses idées et ses essais à cet égard.

M. le Secrétaire Perpétuel procède ensuite à la présentation des ouvrages offerts ou envoyés pour les concours.

Sont offerts à l'Académie:

1» Au nom de M. Miller, P. Taisand. Lettres inédites de Bossuet et de M'" de Scudéry (Paris, 1869, in-8°).

2e Mémoires de la Soc. archéol. de Londres, t. XLI, part. II (in4e).

Mémoires de la Soc. archéologique de Moscou (en russe), 2e partie du Ier vol. (Moscou, 1867, in-4°), avec une lettre d'envoi de M. Ch. Goertz, secrétaire de ladite Société.

Bulletin de la Soc. archéologique et hist. de la Charente : 4e sér. t. V(186").

Bibliothèque de l'école des Chartes : t. IV, 6e série, 6e livr.

Sont adressés:

I. Pour le concours du prix Volney, la 2e partie récemment annoncée par une lettre de l'auteur de l'ouvrage intitulé : The old Northern Runic Monuments of Scandinavia and England now flrst collected and deciphered by prof. George Stephens. .

II. Pour le concours des Antiquités de la France, un 2e exemplaire de l'ouvrage de M. Mégnin Sur la maréchalerie française.

Il est donné lecture de la suite de la correspondance.

M. le Directeur de l'Ecole française d'Athènes, par une lettre du 4 janvier, adresse à l'Académie les quatre premiers numéros du nouveau Bulletin de l'Ecole française d'Athènes, renfermant des annonces et nouvelles scientifiques relatives à la topographie, à l'archéologie et à la linguistique. — Par la même lettre, M. le Directeur prie l'Académie de vouloir bien dresser une liste nouvelle plus longue et plus variée de questions, dans laquelle les membres de l'Ecole puissent choisir, selon leurs goûts et leurs aptitudes, les sujets des mémoires qui doivent être soumis par eux au jugement de l'Académie. — Renvoi de cette partie de la lettre à la Commission de l'Ecole française d'Athènes.

M. le maire de Lunéville, par une lettre du 31 décembre, remercie l'Académie de la concession qu'elle a faite à là bibliothèque de cette ville de 12 vol. de la continuation de l'Histoire littéraire de la France.

M. Em. Michel, Président de l'Académie de Metz, exprime, au nom de cette Académie, par une lettre du 2 janvier, le vœu d'obtenir, pour sa bibliothèque, la concession des Comptes-rendus de l'Académie des Inscriptions ainsi que les Rapports annuels et autres publications dont il serait possible de disposer. — Renvoi à la Commission des travaux littéraires,

Il est passé à l'ordre du jour, après lecture donnée d'une lettre adressée à deux autres Académies, le 19 janvier, au sujet du mot télégramme, auquel l'a,utçur voudrait substituer télégramme.

M. Egger commence la lecture d'un morceau ayant pour titre: Part de F hellénisme dans la langue de Ronsard.

Séance du vendredi 29.
PRÉSIDENCE BE V, ftE,&NW.

Le procès-verbal de la séance précédente est lu et adopté.

Le SECRiTÀiHE PERP^Pili communique, une lettre de son cplr lègue de l'Académie des Beaux-Arts annonçant que, sur son invitation, cette Académie a, dans sa séance du 23 courant, désigné M. Delaborde pour faire partie de la Commission chargée de juger le concours Fould en 1869.

L'ordre du jour appelle l'élection d'un membre ordinaire en remplacement de M.vincent, décédé.— Le Secrétaire Perpétuel lit la liste des candidats dont les lettres ont été communiquées dans la précédente séance. Ce sont MM. Fauche, Defrémery, Huillard-Bréholles, Oppert et D'Hervey de Saint-Denis. — Le scrutin est ouvert. — Il y a 35 votants, majorité 18. — M. Huillard-Bréholles obtient 18 voix, M. Defrémery 8, M. Oppert 7; 2 voix perdues. —M. Huillard-Bréholles ayant réuni la majorité absolue des voix est déclaré par M. le Président membre de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. — Son élection sera soumise à l'approbation de l'Empereur.

On passe à la nomination de la Commission de 4 membres, chargée de présenter une liste de 3 candidats à la place d'associé étranger vacante par le décès, de M. Welçker. Le scrutin accuse la présence de 34 votants. Sont nommés à la majorité

« ZurückWeiter »