Le Correspondant, Band 72

Cover
Charles Douniol, 1867
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Inhalt

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 47 - Ah ! malheur à celui qui laisse la débauche Planter le premier clou sous sa mamelle gauche ! Le cœur d'un homme vierge est un vase profond : Lorsque la première eau qu'on y verse est impure, La mer y passerait sans laver la souillure Car l'abîme est immense, et la tache est au fond.
Seite 37 - ... esprit; que l'amour passionné de l'Église s'y concilie avec toutes les aspirations généreuses et sensées de la vie publique ; qu'elle est toujours décidée à revendiquer, pour défendre nos vieilles croyances, tout ce qu'il ya de si puissant et de si légitime dans les institutions libres, dans les progrès modernes ; qu'elle compte bien, par conséquent, ne pas laisser à nos adversaires le droit de se poser en représentants exclusifs de la civilisation et de la société contemporaine....
Seite 457 - Car, pour vous parler franchement de la géométrie, je la trouve le plus haut exercice de l'esprit, mais en même temps, je la connais pour si inutile, que je fais peu de différence entre un homme qui n'est que géomètre et un habile artisan. Aussi je l'appelle le plus beau métier du monde; mais enfin ce n'est qu'un métier; et j'ai dit souvent qu'elle est bonne pour faire l'essai, mais non pas l'emploi de notre force...
Seite 110 - Ma poi che fui al piè d' un colle giunto, là dove terminava quella valle, che m' avea di paura il cor compunto, guardai in alto, e vidi le sue spalle vestite già de' raggi del pianeta, che mena dritto altrui per ogni calle.
Seite 170 - J'ai mes maux, lui dit-il, et vous avez les vôtres : Unissons-les, mon frère, ils seront moins affreux. Hélas ! dit le perclus, vous ignorez, mon frère, Que je ne puis faire un seul pas : Vous-même vous n'y voyez pas : A quoi nous servirait d'unir notre misère...
Seite 456 - Il ne faudroit pas cependant, mon jeune amy, fatiguer trop vostre jeune imagination. Travaillez, estudiez ; mais que cela se fasse avec modération. C'est le meilleur moyen d'acquérir et de profiter des connaissances qu'on acquiert . Je vous parle par expérience. Car moy aussy dès ma jeunesse, j'avais haste d'apprendre, et rien ne pouvait arrêter ma jeune intelligence, si je puis parler ainsy.
Seite 675 - ... l'homme. Elle enseigne la spiritualité de l'âme, la liberté et la responsabilité des actions humaines, l'obligation morale, la vertu désintéressée, la dignité de la justice, la beauté de la charité; et, par delà les limites de ce monde, elle montre un Dieu auteur et type de l'humanité, qui, après l'avoir faite évidemment pour une fin excellente, ne l'abandonnera pas dans le développement mystérieux- de sa destinée.
Seite 534 - Christ lui-même unit les deux époux; et au milieu des nues paraît l'Éternel, accompagné des anges, comme si ce n'était pas trop du ciel et de la terre pour assister aux noces de ces deux mendiants. Ici rien ne rappelle les procédés de la peinture grecque : tout y est nouveau, libre, inspiré. Le progrès ne s'arrête plus parmi les disciples de Giotto appelés à continuer son œuvre : Cavallini, Taddeo Gaddi, Puccio Capanna.
Seite 230 - Honte à qui peut chanter pendant que les sicaires En secouant leur torche aiguisent leurs poignards , Jettent les dieux proscrits aux rires populaires, Ou traînent aux égouts les bustes des césars ! C'est l'heure de combattre avec l'arme qui reste ; C'est l'heure de monter au rostre ensanglanté , Et de défendre au moins de la voix et du geste Rome, les dieux, la liberté!
Seite 663 - C'était, dit Froissart, un chevalier de grand courage et moult vaillant de conseil et d'armes, selon sa puissance, car il était boiteux moult fort ; mais pour ce ne demeura mie qu'il ne fût hardi et entreprenant, et ne daigna onques fuir en bataille (1).

Bibliografische Informationen