L'Esprit des journaux, françois et étrangers, Ausgaben 9-10

Cover
Valade, 1806
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 220 - Il eut soif, et dans cette plaine On ne trouvait point de fontaine. Près de là seulement était un grand jardin Rempli de beaux cédrats, d'oranges, de raisin : A Dieu ne plaise que j'en mange ! Dit le roi, ce jardin courrait trop de danger : Si je me permettais d'y cueillir une orange, Mes vizirs aussitôt mangeraient le verger.
Seite 242 - Elle s'élance dans les cieux. Eh bien , soit ; comme vous sans doute Là-haut l'on parle, et l'on écoute. Mais sur la terre descendus. Les dieux , quand leur esprit est sage , Désenflent pour nous leur langage , Et veulent bien être entendus.
Seite 86 - Pygmalion devint amant De la Vénus dont il fut père Chacun tourne en réalités, Autant qu'il peut, ses propres songes : L'homme est de glace aux vérités, Il est de feu pour les mensonges.
Seite 6 - ... cette lettre, que personne peut-être n'eût voulu se charger de présenter au ministre, valut à Vauvenargues une réponse favorable, avec la promesse d'être employé lorsque l'occasion s'en présenterait. Mais un triste incident vint tromper ses espérances. Il était retourné au sein de sa famille pour se livrer en paix aux études qu'exigeait la carrière où il se croyait près d'entrer, lorsqu'il fut atteint d'une petite vérole de l'espèce la plus maligne, qui défigura ses traits,...
Seite 242 - D'accord; mais la langue a des lois. Vous accusez son indigence , Sa faiblesse ; et, malgré ses torts , Des peuples la reconnaissance Adopte et répand ses trésors. Par vos témérités nouvelles Prétendez-vous de nos modèles Vieillir les vers et les leçons ? Qu'à leurs pieds tout orgueil fléchisse ; Devant eux calmez les frissons De votre fièvre créatrice...
Seite 266 - Elle veut sur ses bords achever de mourir. Le caprice du sort, qui des États dispose, Je n'en sais pas trop bien la cause , Avait rempli la Perse et de trouble et de sang. Le sophi tout-à-coup avait perdu son rang.
Seite 255 - ... ses yeux aux cartes et aux dés , mettaient dans l'encensoir des morceaux de vieilles savates pour lui en faire respirer l'odeur. On les traînait ensuite tous par les rues , dans des tombereaux pleins d'ordures, où ils prenaient des postures lascives, et faisaient des gestes impudiques. Plusieurs monuments rappellent encore ces bouffonneries dégoûtantes.
Seite 298 - Récitée à la séance publique tenue par la classe de la langue et de la littérature française de l'Institut, le 21 décembre 1808, pour la réception de M.
Seite 233 - ... maîtres t'ont fait verser. Mais si les charmes de ce grand art te laissent tranquille, si tu n'as ni délire ni ravissement, si tu ne trouves que beau ce qui transporte , oses-tu demander ce qu'est le génie? homme vulgaire, ne profane point ce nom sublime. Que t'importerait de le connaître? tu ne saurais le sentir .^ fais de la musique française.
Seite 252 - Oh , combien la gloire est charmante Quand elle enflamme la beauté ! Ce premier sentiment de l'âme Laisse un long souvenir que rien ne peut user , Et c'est dans la première flamme Qu'est tout le nectar du baiser. Age aimant , âge d'innocence , Age où le cœur jamais n'a de replis obscurs , Ta pudeur...

Bibliografische Informationen