Collection des mémoires relatifs à la Révolution française, Band 36

Cover
Saint Albin Berville, François Barrière
Baudouin frères, 1823
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 311 - Girondins), dit-il, qui ne sont pas envoyés au tribunal révolutionnaire seront mis en état d'arrestation dans une maison d'arrêt et les scellés apposés sur leurs papiers. Il sera fait à leur égard un rapport particulier par le comité de sûreté générale.
Seite 27 - Ils saisissent avidement cette phrase, puis ils se hâtent d'envoyer des émissaires parmi les femmes attroupées devant les boutiques des boulangers pour les pousser à enlever, à prix coûtant, du savon, des chandelles et du sucre, de la boutique des épiciers détaillistes, tandis que ces émissaires pillent eux-mêmes les boutiques des pauvres épiciers patriotes. Puis...
Seite 273 - SUR L'ACTE D'ACCUSATION CONTRE LES DÉPUTÉS, PAR AMAR. Qu'il ait existé une conspiration contre l'unité et l'indivisibilité de la République , contre la liberté et la sûreté du peuple français, il est évident qu'elle ne peut avoir été formée que par des fauteurs.
Seite 298 - Chaque joui- ils provoquaient le peuple par de nouvelles insultes, pour avoir occasion de réclamer contre les murmures qui échappaient quelquefois au public indigné. Pour porter le désordre à son comble, ils feignirent de croire à l'existence d'un complot tramé par des républicains contre la Convention nationale. Pour le découvrir, c'est-àdire pour le créer , ils nommèrent une commission inquisitoriale , composée de membres connus par leur dévouement à la faction; elle proscrivit arbitrairement...
Seite 12 - Levez-vous , allez au-devant de l'ennemi : vos épouses, les enfaus et vieillards suffiront à la défense de cette ville. Le tocsin qu'on va sonner n'est point un signal d'alarme ; c'est la charge sur les ennemis de la patrie. » Tandis que tous les citoyens se rendent au Champ-de-Mars pour se faire inscrire ou donner leurs armes, l'aristocratie insolente fait éclater sa joie , insulte au dévouement et au patriotisme des citoyens. » Entraînée par un mouvement prodigieux, et cédant au transport...
Seite 220 - Nous déclarons qu'après avoir combattu et terrassé le despotisme dans l'immortelle journée du 10 août, nous combattrons jusqu'au dernier soupir tous les tyrans qui voudraient tenter de le rétablir de quelque espèce qu'ils puissent être. Voilà notre profession de foi. Maintenant, législateurs, nous vous demandons justice d'une insulte atroce faite à la nation; que dis-je, d'une insulte ! d'un forfait commis contre la majesté du peuple. Nous vous parlons du sacrilége politique proféré...
Seite 259 - Cherbourg, et des force -armées départementales du nord et de l'ouest de la république française une et indivisible, aux bons citoyens de Paris, salut : Déjà une fois j'ai contribué essentiellement à sauver la république, et les factieux m'ont calomnié et persécuté : aujourd'hui je suis appelé à la sauver plus efficacement, ils me proscrivent , ils mettent ma tête à prix. Les méchans vous disent : « Félix Wimpfen marche contre Paris.
Seite 206 - Nous demandons notre frère , notre ami , celui qui est investi de notre confiance , celui qui nous a toujours dit la vérité , celui que nous avons toujours cru fidèle.
Seite 216 - Oui, je demande que vous décrétiez que les sections de Paris ont bien mérité de la patrie, en maintenant la tranquillité dans ce jour de crise, et que vous les invitiez à continuer d'exercer la même surveillance, jusqu'à ce que tous les complots soient déjoués.
Seite 221 - Paris couvre de honte ses inventeurs; la Convention nationale vient encore de vous venger , en décrétant que Paris , qui a fait tant de sacrifices pour faire triompher la révolution , a bien mérité de la patrie. Non, elle ne disparaîtra pas du globe, cette illustre cité...

Bibliografische Informationen