Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

» Sion rapprochait ces quelques statues des autres monuments provenant d'Alexandrie qui se conservent dans des collections particulières, des médailles des Lagides et des vases de Cyrène, tels que le beau vase de Bérénice de M. Beulé, on trouverait les éléments d'une étude intéressante sur l'école artistique d'Alexandrie. Entre Alexandre et Auguste, la capitale grecque de l'Egypte fut un des principaux centres de l'art comme de la littérature, et cependant nous savons peu de chose de ses monuments. C'est un chaînon qui manque à l'histoire de l'art. On ne saurait trop se hâter de rapprocher le petit nombre de fragments qui nous sont parvenus de cette époque.

» Peut-être conviendrait-il d'y rapporter la stèle représentant un banquet funèbre dont M. Dumont vient de donner un dessin et une intéressante description dans la Revue archéologique. En effet, elle provient du cabinet d'un artiste français qui avait séjourné en Egypte, et le style de ce petit monument offre quelques rapports avec celui des statues dont il vient d'être question. »

Şont présentés à l'Académie :

1. Pour le concours de numismatique, Egypte ancienne : 1re partie

(Monnaies des rois), par F. Feuardent (Paris, 1869, gr. in-fo), avec une lettre d'envoi.

II. Pour le concours des Antiquités de la France :

10 Les trois ouvrages suivants de M. Ernest Lehr, docteur en

droit : I. L'Alsace noble, suivie du Livre d'OR DU PATRICIAT DE STRASBOURG (Strasbourg, 1868, 3 vol. in-4°); – II. La seigneurie de Hohengeroldseck et ses possesseurs successifs (Strasbourg, 1869, in-8°); – III. Les dynastes de Geroldseck-ės-Vosges (Strasbourg,

1870, in-8°). 2° Les hautes montagnes du Doubs entre le Jura et le Lomont depuis

les temps celtiques, par l'abbé Narbey, avec cartes géographiques et plans (2e édition refondue et augmentée. - Paris, 1868,

in-8°). 3o De l'influence du langage populaire sur la forme de certains mots de

la langue française, par Emile Agnel (Paris, 1869, in-89).

Les mouvements de la mer, ses invasions et ses relais, etc., par

M. L. Quenault (Coutances, 1869, in-80). 50 Le tome II (en manuscrit) de Benoît de Sainte-More et le

roman de Troie, etc., par M. A. Joly, dont le tome I imprimé a été présenté en 2 ex.

III. Pour le concours des prix Gobert :

10 Les errata historiques militaires, par M. Th. Jung, capitaine

d'état-major (1869, 3 fascic. in-8°) : 7 exemplaires dont 1 présenté pour le concours des Antiquités auquel il n'est pas admis

sible, les 6 autres pour le concours du prix Gobert. 2° La France pontificale, etc. Métropole de Cambrai : CAMBRAI, par

M. H. Fisquet (1 vol. in-8°), 6 ex.

IV. A titre d'hommages :

10 De la part de M. GARCIN DE Tassy, Histoire de la littérature

hindouie et hindoustanie : 2° édition, t. I (1870, gr. in-89). 2° Au nom de M. Polain, correspondant à Liége, Recueil des

ordonnances de la principauté de Liége : 2° série, for vol.

(Bruxelles, 1869, in-1°). 30 Revue africaine : novembre 1869. Giornale degli scavi di Pompei : Nuova serie, vol. I, n° 9 (in-40

avec une planche). L'Académie se forme en comité secret.

La séance redevenant publique, M. HUILLARD-BRÉHOLLES commence, en première lecture, la 3e partie de son mémoire intitulé : Etat politique de l'Italie depuis la paix de Constance jusqu'à la chute de la maison de Souabe.

APPENDICE

A la séance du vendredi 3 décembre.

M. RENIER a la parole pour une communication ; il s'exprime ainsi :

« Notre savant confrère, M. MILLER, à peine de retour de son voyage en Egypte, a bien voulu me communiquer deux intéressantes inscriptions, qu'il y a découvertes. Quoiqu'il soit présent à la séance, je crois devoir donner lecture de sa lettre :

Mon cher ami,

: J'arrive de la haute Egypte et je m'empresse de vous

envoyer deux inscriptions intéressantes pour l'histoire des armées romaines. J'ai trouvé ces inscriptions à Assouan, près de Philé, chez un marchand épicier. Je n'ai pas voulu les acheter, parce que j'aurais eu trop de mal à les rapporter en France. Voulez-vous en dire un mot à notre prochaine séance? .

Nous avons la date de la première, puisque Avidius Heliodorus était préfet d'Egypte en 140. Quant à la seconde, elle

contient une partie grecque, mais dont l'intérêt est absorbé par la partie latine : quand j'aurais fait remarquer l'iotacisme σημηαφ. pour σημειαφ. et le mot άωρος non traduit en latin, l'aurais fait deux observations importantes ! c'est à vous qu'il appartient de parler de l'ala Apriana. A vendredi et tout à vous..

E. MILLER. 18 novembre 1869.

1.

C

IMP.CAESAR · T · A ELIO. HADRIANO
ANTONINO. AVG-PIO.P.p
COHT.FLCIL-EQ-BASILICAM - FECIT PER
C.AVIDIVMHELIODORVM PRAEF - AEG-ET
T: FLAVIVM VERGILIANVM PRAEFCASTR
CVRAAGENTESTATILIO TAVROZ LEGHTBF

CURATORE COH'EIVSDEM

[ocr errors]

« La première de ces inscriptions doit se lire ainsi:

[ocr errors]
« ZurückWeiter »